Commentaires : Shadow vs Google Stadia : la startup française peut-elle rivaliser avec un mastodonte de la tech ?

shadow
cloud
cloud-gaming
google-stadia
Tags: #<Tag:0x00007f3d31d184e8> #<Tag:0x00007f3d31d18380> #<Tag:0x00007f3d31d18218> #<Tag:0x00007f3d31d180d8>

#1

Si l’on prend un peu de recul par rapport aux annonces de Google concernant le jeu vidéo en streaming, on sait que le concept même dépend d’une chose qu’aucun des acteurs ne maîtrise : la connexion à Internet. Les pays qui proposent massivement le débit et la latence qui permettent à ces services de répondre aux attentes des clients sont peu nombreux — pour ne pas dire inexistants. La 5G, avec ses promesses de belle bande passante et d’une latence améliorée….

Par Julien Cadot
Revenir à l’article


#2

Je ne sais pas si les deux sont vraiment comparables dans le fond.

A savoir que Stadia se présente comme du stream de jeu alors que Shadow c’est du stream d’ordinateur si on peut dire.

Stadia fera payer un prix pour jouer à un catalogue de jeu.

Shadow est une “location” d’ordi à distance, à savoir qu’on peut très bien faire du 3dsmax ou du photoshop avec. De plus avec shadow on achète les jeux à l’ancienne, on installe Steam sur son shadow et chaque jeu est indépendant.

Pour ceux qui se servent de shadow que pour jouer, oui ils risquent de migrer, pour ceux qui s’en servent pour autre chose, ce n’est pas sûr.

A voir si Stadia va proposer autre chose que du gaming…mais bon après faire du 3ds max sur son smartphone, il faudra en vouloir quant même.


#3

soit autant de nœuds capables de fournir la puissance nécessaire aux utilisateurs

C’est pas tout à fait ce qui est écrit. L’utilisateur n’a accès qu’aux specs décrites (ce qui est déjà pas mal).

Difficile pour une startup française, même si elle lève des millions, de rivaliser avec un géant installé qui peut encore investir des milliards.

L’objectif n’est pas de rivaliser mais d’arriver à faire son beurre en restant dans la légalité (ce qui ne semble pas être le cas de Google en ce moment).

En agrégeant Stadia avec ses services, Google n’a même pas besoin de pédagogie ou d’explication, seulement de boutons.

C’est là où ça se corse pour stadia sur le long terme.
Google ne peut pas distribuer ses petits boutons de partout et continuer à affirmer que Youtube est sous statut LCEN par exemple. C’est pareil avec les autres services et/ou son moteur de recherche.
Ce qui était délictuel pour le shopping ou adsense le sera aussi pour les offres de ce type, c’est une simple question de temps !


#4

La 5G, avec ses promesses de belle bande passante et d’une latence améliorée pourraient

pas plus tard qu’aujourd’hui, toutes les souris sans fil de la rédaction ont cessé de fonctionner sans aucune raison

Ça doit être un effet de la secousse sismique de Nouvelle Aquitaine …

E que s’apelorio Cador …


#5

Bien dommage que Numérama n’aborde pas l’aspect vie privée et liberté sur ce genre de produit où le concept en lui même implique de faire confiance aux entreprises proposant ces services.
De plus l’utilisation de l’internet mobile pour ce genre de services et le streaming en général me semble inadapté par le simple fait que la durée d’utilisation est limité par les forfaits proposés par les opérateurs qui ont au mieux une enveloppe de 100 Go par mois. N’est il pas plus raisonnable d’avoir les jeux en local sur sa machine et qui fonctionne sans Internet.
Pourquoi Numérama êtes vous si complaisant avec ce genre de services alors que l’article n’est pas sponsorisé ? Pourquoi n’aborder vous pas les problématiques (techniques et philosophiques) ?
J’aime bien ce que vous faîtes, mais sur ce sujet j’avoue que je suis déçue alors qu’en 2008 vous étiez très critique en vers la propriété intellectuelle et que vous défendiez les libertés sur Internet.


#6

Je trouve ça fou de toujours vouloir comparer les deux services alors que leur utilisation est clairement différente.
Toutes les personnes que je suis sur les réseaux sociaux ne s’en servent pas uniquement pour jouer mais comme outil de travail (montage vidéo et graphisme).
En tout cas, tu as bien raison mais bon… l’article est facile et fera pas mal de clic.


#7

Pour le Round 5, vous avez oublié de prendre en compte un facteur important : le tarif.
Même si Stadia n’a pas encore annoncé de tarif pour son catalogue, il ne faut pas oublier que du côté Shadow, vous payez un abonnement Shadow pour leur service mais vous devez payer pour tout autres logiciels/jeux que vous installerez. Call of Duty sur Shadow ? 45€ d’abo + 60€ le jeu. Call of Duty sur Stadia ? Abonnement Stadia (si CoD est présent dans leur catalogue).


#8

Vu ce que l’on sait, on en est à commenter la météo sans Météo-France en ce basant sur les oiseaux et les bovins du coin. Discussion de comptoir, ni plus ni moins …


#9

Et alors ? Est-ce un mal ? :smiley:
Il faut bien discuter. On peut comparer avec le peu d’information qu’on a. L’avenir nous dira si on avait raison ou tort.


#10

C’est tellement ça…


#11

Je pense que la comparaison est un peu… lointaine.
À la limite, comparez BlackNut (Français aussi) et Stadia.


#12

Du coup t’as le temps de vendre tes actions Shadow. Parce que Google va tout, tout écraser, c’est une évidence.


#13

Le deux services ne sont comparable, Shadow propose du streaming de machine sous Windows avec une large possibilité et l’autre un streaming uniquement d’une bibliothèque de jeux.

De plus, il est fait mention de difficulté vise à vis de Shadow alors que depuis le temps Shadow à très bien corrigé les choses, avez vous réellement utilisé la solution avant de rédiger l’article et dans les condition minimum recommandé.


#14

Je trouve ça intéressant de penser au fait que là où Shadow fait de l’ordinateur le cloud, Google fait de ton PC un accès à des services cloud (G Drive, Photos, Stadia, etc…)