Commentaires : Quelle entreprise de la tech n’utilisait pas vos conversations avant de se faire pincer ?

Facebook
Intelligence artificielle
Vie privée
Tags: #<Tag:0x00007f9209409cf8> #<Tag:0x00007f9209409b40> #<Tag:0x00007f9209409a00>

#1

Facebook a finalement admis qu’il écoutait des conversations de ses utilisateurs auprès de Bloomberg ce mardi 13 août. Cet aveu survient quelques semaines après d’autres révélations similaires sur d’autres entreprises comme Google, Amazon, Microsoft ou Apple. Ces entreprises ne sont sûrement pas les seules à le faire, car c’est pour elles un moyen de proposer des services efficaces. Facebook a reconnu avoir écouté des conversations sonores mais aussi les avoir fait retranscrire par des employés. Elles étaient bien entendu anonymisées….

Par Perrine Signoret
Revenir à l’article


#2

Fesse de bouc vous écoute

Et ce n’est que le début !

Et une amande de 5 milliards, une pour chaque manquement, et ça dans chaque pays où c’est arrivé ! !


#3

Les employés eux-mêmes semblaient craindre que la vie privée des utilisateurs soit mise en danger. Ils se questionnaient notamment sur le but de leur travail, rapporte Bloomberg.

Quel bullshit.
Comme si les employés qui font ce travail depuis longue date s’étaient demandé d’un coup la semaine dernière “Mmmh mais au fait c’est quand même pas top top niveau vie privé ce qu’on fabrique, hein les gars ?”

Maintenant que les dirigeants de ces entreprises se sont complètement cramés aux yeux du grand publics ils voudraient nous faire gober que leurs employés jouent les garde-fous à leur place.

C’est surtout qu’après les scandales récents ils s’attendaient à ce que le secret de polichinelle soit bientôt révélé, alors autant le faire soi-même pour être libre de prendre toutes les mesures de “damage control”.


#4

Une nouvelle fois je ne vois pas pourquoi tout le monde s’affole là-dessus.

Toutes vos conversations partent chez Google/Amazon/Apple, qui en font ce qu’ils veulent, ça ne posait aucun problème jusqu’à présent.

Pourquoi faire confiance en ces entreprises et pas en ses employés? L’IA fait ce qu’on lui demande, comme un employé, au moins ce dernier a une morale.


#5

Facebook & Co. se donnent quand même des autorisations très larges. Pour eux, les autoriser à stocker les conversations = les autoriser à faire lire ces conversations à des humains. Y a de belles grosses dérives en cascade qui peuvent encore pointer le bout de leur nez avec ce genre de logique.

  1. Si si, le problème c’est aussi les enregistrements anonymisés. Notamment parce-qu’il y a bien longtemps que la confiance est rompue entre les “plateformes sociales” et leurs utilisateurs, à cause de ce genre de scandale par exemple, et que ces plateformes démontrent depuis longtemps que, quand elles disent “blanc”, en fait elles font “noir” et que rien ne nous oblige donc à les croire sur parole quand elles prétendent anonymiser les données. Surtout qu’elles brassent tellement d’informations sensibles comme les positions GPS et les métadonnées que le recoupement de ces infos ne prendrait que 10 bonnes minutes pour connaitre l’identité IRL d’un de leurs utilisateurs.
  2. L’histoire des “« jeux de données » pour entraîner les algorithmes ne peuvent pas être créés à partir de rien”, c’est fort de café. Si un produit/service ne peut être amélioré que par le détournement des données de l’utilisateur pour lesquelles il n’a même pas donné une autorisation éclairée alors peut-être que ce produit/service ne devrait pas être développé, non ? Surtout que les produits développés ne le sont pas pour l’utilisateur, ils le sont pour les chatbots des annonceurs. Or j’ai pas le sentiment que les utilisateurs aient demandé à pouvoir parler à de plus en plus de chatbots mais au contraire à plus d’humains, aussi bien en France qu’aux États-Unis. Donc c’est pas mon problème si Facebook & Co. n’arrive pas à faire un taff que je ne leur ai pas demandé de toute façon, le tout en compromettant encore un peu plus ma vie privée.

En grand prince, je peux leur en offrir une : arrêter vos délires d’IA. Surtout si c’est l’objectif premier est de vendre de la lessive et les derniers gadgets high-tech à la mode. L’IA est fondamentalement incompatible avec la protection de la vie privée, justement parce-qu’il faut l’entraîner avec des quantités astronomiques de données dont le volume doit être exponentiel pour que le système fonctionne à peu près correctement. Et tout ça pour quoi ? Pour gagner 10 secondes dans une tâche totalement futile ? Le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Les GAFAM, à l’instar d’Icare, vont se brûler les ailes à cause de leur obsession à vouloir atteindre le soleil : un jour, le scandale finira par être tellement massif qu’ils vont se prendre une myriade de condamnations coûteuses au cul et vont devoir faire le choix entre développer des techniques encore plus scabreuses pour enfler l’utilisateur — quitte à se reprendre une flopée de condamnations dans la foulée — ou bien simplement admettre qu’ils ont atteint le plafond de verre et que, pour améliorer l’UX, il va falloir calmer les ardeurs des annonceurs, ce qui ne sera pas sans conséquence non-plus.


#6

Tu peux également demander au soleil d’arrêter de briller ou à la pluie d’arrêter de tomber.
La science ne revient jamais en arrière.

Ce qui permet d’avoir de l’argent pour par exemple, développer des robots qui parleront et comprendront le langage naturel et qui pourront avoir des applications diverses et variées. Si on veut libérer l’homme des chaînes esclavagistes du travail, il faudra bien avoir des objets qui feront le travail de production à la place.
Et si un jour on veut se passer de ces interfaces ringardes que sont le clavier et la souris (qui demandent un apprentissage, donc qui sont inégalitaires et qui ralentissent les interactions) et pouvoir parler directement avec un ordinateur, il faut bien qu’il y ait des IA qui comprennent le langage parlé, qui analysent le langage parlé et qui le transforment en commandes exécutables.

Allez, un petit coup de provoc qui va faire bondir notre ami.

https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-9-exemples-d-usages-reussis-d-apprentissage-machine-1e-partie-76150.html

Comment ??? L’IA qui sert à libérer les employés de tâches sans valeur ajoutée et qui permet d’accroître la productivité ? Mais quelle horreur !