Commentaires : Pression de Facebook, souveraineté, confidentialité... : les 5 risques de la cryptomonnaie Libra

Facebook
blockchain
crypto-monnaie
libra
Tags: #<Tag:0x00007f920d3f6398> #<Tag:0x00007f920d3f6230> #<Tag:0x00007f920d3f60c8> #<Tag:0x00007f920d3f5f38>

#1

Lorsque l’on murmure les mots « blockchain » et « cryptomonnaie » dans l’oreille d’un régulateur étatique, ses réactions sont souvent teintées d’agitation et d’inquiétude. Le dévoilement fracassant de la Libra ce mardi 18 juin a ainsi occasionné un bel effet. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est ainsi fendu de longs commentaires, pas tous factuellement exacts. Le gouverneur de la Bank of England, Mark Carney, a lui déclaré garder « l’esprit ouvert » concernant la Libra, à condition que celle-ci respecte « les plus hauts….

Par Vic Castro
Revenir à l’article


#2

" C’est l’occasion de rappeler que les cryptomonnaies ne chiffrent pas les transactions — au contraire, le principe est qu’elles soient inscrites en clair sur la chaîne de blocs pour que tous les vérificateurs puissent les lire. Bien sûr, des variantes existent : certaines cryptomonnaies comme le Dash ou le Zcash comportent du chiffrement supplémentaire pour assurer la confidentialité des transactions."
Le Monero chiffre tout, adresse du payeur, adresse du receveur, montant du paiement, adresse IP …
Le tout par défaut, donc pas une option payante comme Zcash et le tout en open source, sans préminage, ou ICO ou CEO et fondation dédiée … :wink:
C’est quand même l’exception qui confirme la règle !


#3

Merci beaucoup pour cet article intéressant et parmi les plus complets que j’ai pu lire sur le sujet jusqu’à présent. En exposant les risques sur l’anonymat (réels) et sur les problèmes de la perte de souveraineté sur la monnaie (non moins réels). Je serais très curieux d’avoir l’avis de professionnels sur ces sujets, mais mentionner leur existence et les expliquer fait déjà plus que beaucoup d’autres articles.

Quand je vais sur numérama, c’est en général pour y trouver des news rapides sur l’actualité, que je survole, en étant plus souvent en désaccord que d’accord du fait du manque de recul politique et critique sur les news “légères”.
Il y a parfois des exceptions, des articles plus longs, plus développés, plus intéressants (je pense notamment au travail de Marie Turcan et Perrine Signoret sur la ligue du LOL), mais ils restent, de la perception que j’en ai, marginaux.
J’ai bien conscience de la difficulté d’écrire ces articles plus longs, et du fait qu’ils ne reçoivent pas forcément le même succès en terme de vues, mais la lecture d’articles comme ceux-ci me fait vraiment penser ça en vaut la peine.

Un très grand merci à Vic Castro, l’autrice, pour cet article qui permet de vulgariser les problèmes divers et tous profonds que posent cette nouvelle crypto-monnaie. Puisse numérama continuer dans cette voie, et encourager ces articles critiques et complets, même s’ils sont/étaient moins rentables.


#4

Là, je dois dire que je suis époustouflé. Je me serais attendu à de l’exaltation de la part de Numerama vis-à-vis du Libra, qui est un marqueur historique du tournant de la révolution numérique, à n’en pas douter. J’étais loin d’imaginer une telle conscience de la réalité qu’elle implique.

Dès que j’en ai entendu parler et que j’ai lu le premier article qui l’expliquait, j’ai dis que tel qu’elle était conçue, cette cryptomonnaie était potentiellement un très grand poison pour l’économie. Elle menace rien de moins que la création monétaire, via le crédit et par conséquent l’investissement. Des tas de gens exultent à l’idée de court-circuiter les banques, mais c’est de la pure ignorance du fonctionnement de l’économie.

Un article très fouillé, un peu technique mais que l’on peut suivre, avec un avis objectif, bravo.

Pour ma part, je pense que des gens aussi avisés que les membres du conseil d’administration de Libra, à commencer par Mark Zuckerberg, sont conscients du problème et qu’ils ont sciemment organisé les choses telles qu’elles sont pour contraindre les Etats à s’y associer et ainsi créer la première monnaie supranationale.