Commentaires : Prenez ça les robots : une IA entraînée à débattre a perdu face à un champion européen

Intelligence artificielle
IBM
Tags: #<Tag:0x00007f92117c3b98> #<Tag:0x00007f92117c3a30>

#1

L’intelligence artificielle peut-elle défier l’intelligence humaine lors d’un débat ? IBM espérait le prouver en confrontant son Project Debater à un champion de la discipline, le 11 février 2019. Résultat ? L’être humain a emporté l’adhésion du public face à la machine. Harish Natarajan s’est imposé comme plus convaincant dans un débat de 25 minutes au sujet des subventions à accorder aux écoles maternelles. Cet échange a eu lieu à San Francisco lors de la Think Conference organisée par IBM. L’IA d’IBM n’a….

Par Nelly Lesage
Revenir à l’article


#2

Bel exercice de la part d’IBM. Je ne peux pas m’empêcher de penser que l’IA n’est qu’un medium là-dedans. Elle défend le point de vue qu’on lui a dit de défendre, n’a pas de conviction au sens humain et qu’au final, on débat avec ses programmeurs.


#3

On se confronte à la limite des IA dans cette discipline.
Elles ne font qu’avaler des données pour s’en servir dans des situations comparables au “déjà vu”, dans l’incapacité d’agir face à l’inconnu total.

Dans un débat il faut manier le verbe pour jouer sur la corde émotionnelle, éluder certaines informations, insister sur d’autres, savoir mentir ou plutôt détourner des faits ou propos, etc… avec conviction et créativité.


#4

Le gars a réussi à faire changer d’opinions à 17% des personnes présentes dans la salle; chapeau à lui !


#5

Le mec aussi défend le point de vue qu’on lui a dit de défendre (pas sûr qu’il partage ce point de vue finalement). C’est le principe de ce genre de débat non?
Cela dit, je ne trouve pas qu’on débat ici avec ses programmeurs, l’IA (tout comme M. Natarajan) a “découvert” le thème du débat 15 minutes avant le début, et a construit elle-même son argumentaire à partir de ses propres connaissances (le plan, les arguments et contre-arguments n’ont à aucun moment été “soufflés” par les programmeurs)


#6

On est plus dans les années 1990 …


#7

Dans un débat il faut manier le verbe pour jouer sur la corde émotionnelle, éluder certaines informations, insister sur d’autres, savoir mentir ou plutôt détourner des faits ou propos, etc… avec conviction et créativité.

Je suis en train d’écouter le débat et elle semble capable de tout ça.

Elles ne font qu’avaler des données pour s’en servir dans des situations comparables au “déjà vu”, dans l’incapacité d’agir face à l’inconnu total.

Exactement comme un humain en fait …


#8

Wow !
Personne ne semble noter qu’on compare des choux et des carottes, à commencer par IBM et les journalistes !
Donc on prend un auditoire lambda, et on le place devant une personne réputée pour un être un débatteur régulier et une colonne noire avec une voix de synthèse.
Bien sûr, les humains de l’auditoire n’auront aucun a priori ni sur l’un ni sur l’autre, et cela n’influencera en rien leur opinion à l’issue du débat. En rien du tout !
Vous voulez vraiment comparer la capacité de débattre d’un humain et d’une IA ?
Le protocole est le suivant : faites un premier débat entre un débatteur et une IA.
Ensuite, prenez 2 comédiens, et faites les interpréter successivement les 2 rôles du débatteur et de l’IA.
Enfin, prenez 2 auditoires (de préférence avec une répartition d’opinions proche de 50/50, et pas 75/25…), et faites-les visionner l’un ou l’autre des débats entre les 2 comédiens (sans indiquer au préalable que l’un ou l’autre est meilleur débatteur, évidemment).
Là, vous aurez une estimation un peu plus substantielle de la capacité de débattre de l’IA, sans tous les biais liés à cette mise en scène totalement déséquilibrée.
Ce qui est sûr, c’est qu’en intelligence émotionnelle et en langage non verbal, IBM en est encore à l’âge de pierre…