Commentaires : Pourquoi nous continuons à tester nos médicaments sur des animaux

médecine
science
Santé
moteurs-de-recherche
Tags: #<Tag:0x00007f9211a36448> #<Tag:0x00007f9211a36128> #<Tag:0x00007f9211a35e30> #<Tag:0x00007f9211a35ac0>

#1

Des légumes, des fruits, des graines et des féculents dans l’assiette. Des vêtements fabriqués à partir de fibres naturelles. Des cosmétiques sans composantes animales et sans tests sur les animaux. Aujourd’hui, il existe de nombreuses alternatives pour vivre selon les principes vegan. Sauf lorsqu’on jette un œil dans l’armoire à pharmacie. Dans la production de médicaments, les animaux sont utilisés aussi bien pour découvrir de nouveaux traitements que pour s’assurer qu’ils ne sont pas toxiques pour l’Homme. Et ça n’est….

Par Coralie Lemke
Revenir à l’article


#2

Nous continuons à tester nos médicaments sur des animaux parce qu’en les testant sur des végétaux, ça marche moins bien.


#3

Les avancées du véganisme ? Sérieusement ?


#4

Le véganisme est un totalitarisme.


#5

Non c’est un mode de vie, après t’en fais ce que tu veux …


#6

L’étude ne devient pas fausse pour autant, mais certains variables peuvent changer.

Une étude n’est pas vraie ou fausse …


#7

Le problème c’est qu’il faudrait modéliser un organisme dans sa globalité.

On peut vouloir tester des molécules sur le coeur, mais qui peuvent avoir un effet secondaire sur le foie.

ce sont toutes les réactions croisées qui sont difficiles à projeter…

Et puis même en cosmétique la peau artificielle a ses limites. Certes on va voir que le produit n’a pas d’effets néfastes sur la peau, mais quid de ses effets en tant que perturbateur endocrinien?

Alors après bien sûr qu’il faut limiter l’usage des animaux et ne les utiliser que dans les dernières phases et ne pas s’en servir pour bêtement trier les molécules dès le départ.


#8

je suis d’accord qu’il est tres triste de tester des choses sur des animaux

Neanmoins je comprend l’utilité aussi.

l’humain se crois suppérieur aux betes. D’un certain point de vue c’est vrai, d’un autre pas du tout…

l’humain arrive a reflechir a plein de choses et a créer des trucs vraiment top

mais en meme temps on arrive aussi a rendre invivable des parties de la planete car on fait n’importe quoi …


#9

Un mode de vie qui vandalise des boucheries.

Une forme de totalitarisme donc.


#10

J’ai vu des gilets jaunes vandaliser des boutiques ce week end, ça veut dire que tous les gilets jaunes sont des casseurs ? que c’est le fait d’être gilet de jaunes qui a fait d’eux des casseurs ?

Raisonnement not found. En aucun cas dans la définition du mot véganisme je ne trouve le fait que ça implique qu’on doive vandaliser des boucheries, j’aimerais bien connaitre tes sources :thinking:


#11

Les gilets jaunes sont également une forme de totalitarisme.


#12

C’est pour çà qu’il y a si peu de vieux vegans !!
Comme ils refusent de prendre des médicaments testés sur des animaux, ils meurent précocement.


#13

Ok merci J0e tu peux retourner t’assoir au bar.


#14

Ne mettons pas tout le monde dans le même panier.

Gilets jaunes, végans… chaque mouvement à ses extrêmes.

Mais il n’empêche que ça dégénère trop rapidement de nos jours, et qu’il ne s’agit pas, non plus, de quelques cas isolés.

Pour avoir papoté (tant bien que mal) avec des gilets jaunes, je trouve, a mon sens, qu’il s’agit d’une forme de totalitarisme, beaucoup n’admettent aucune forme d’opposition.

Et si jamais on s’y frotte :

De là à parler de pensée unique…

C’est marrant de m’avoir dit de retourner m’asseoir au bar, c’est plutôt la vision que j’ai des GJ…!


#15

Nan mais je prenais le mouvement des gilets jaunes comme exemple, avec ta logique n’importe quel extrêmiste d’un mouvement représente tout le mouvement. Très peu de vegans sont des activistes violents tout comme très peu de gilets jaunes sont violents etc … C’est toujours des cas isolés, c’est juste que les médias parlent aujourd’hui des faits divers comme si c’était exceptionnel …


#16

C’est dommage que l’article fasse l’impasse sur la principale information qui permet de se positionner intelligemment : le test sur les animaux ne marche pas, c’est un mauvais marqueur de l’efficacité d’un médicament.

Il y a des médicaments qui marchent très bien sur les animaux, mais pas chez l’homme, des qui marchent pas du tout sur le animaux mais très bien chez l’homme (plutôt rare du fait qu’on va rarement jusqu’à les tester sur les humains), des qui marchent pareils sur les deux.

Du coup, en testant sur les animaux, on teste … pas grand chose finalement puisqu’on ne sait pas si le résultat sera applicable ou pas à l’homme. Un rat n’est pas un petit humain, et un singe ou un chien n’est toujours pas un humain.

Pourquoi continuer à faire comme ça alors ? C’est la bonne question, des animaux paient le prix de recherches qui sont non-concluantes.

La voie meilleure se dessine, avec des modèles organiques du corps humain mais pour l’instant, tout le monde préfère faire semblant que ça marche et qu’il n’y a pas d’autres solutions.


#17

Pour comprendre de quoi on parle : http://antidote-europe.org/aysha-akhtar-recherche-animale/


#18

En revanche, sans eux, on perd le côté expérimental de la recherche, qui permettait de découvrir de nouveaux mécanismes », nuance Bruno Verschuere.

Le “sans” n’est-il pas plutôt un “avec” ?


#19

Le fait que ça ne marche pas à chaque fois ne veut pas dire que “ça marche pas”.

Les tests sur les animaux sont un moyen de tester des réactions chimiques / biologiques… sur autre chose que des humains en aveugle.

Ce n’est certainement pas une solution parfaite, mais c’est assurément mieux que de faire sans.


#20

des avancées du véganisme

c’est honteux d’écrire des trucs pareils !

le veganisme est dangereux pour la santé et dangereux pour l’environnement.