Commentaires : Pourquoi les théories du complot ciblent-elles les masques ?

médecine
complots
Santé
coronavirus-covid-19
Tags: #<Tag:0x00007f3d27595ea0> #<Tag:0x00007f3d27595d60> #<Tag:0x00007f3d27595ba8> #<Tag:0x00007f3d27595a68>

#1

La pandémie liée à la maladie Covid-19 est vectrice de nombreuses informations mensongères, d’idées reçues et de théories du complot. Dernière grande conspiration en date : les masques seraient dangereux pour la santé et/ou un prétexte pour l’avènement d’un nouvel ordre mondial oppressif, raisons pour lesquelles il ne faudrait surtout pas les porter. Évidemment, c’est faux : comme l’ont montré plusieurs études et expériences, les masques ne sont pas dangereux pour la santé. Le port généralisé dans la population permet même de….

Par Marcus Dupont-Besnard
Revenir à l’article


#2

Les bases de la médecine sont les rapport bénéfices/risques et l’individualisation des traitements pour les adapter aux malades.

Le fait d’être dans une notion de bénéfice risque fait que chaque décision médicale présente des avantages et des inconvénients et qu’il revient au médecin de les adapter à la condition du malade.

Le problème avec la santé publique est de soumettre une décision individuelle et adaptée au malade à des impératifs politiques. Ce qui crée souvent des conneries.

https://www.foxnews.com/us/margaret-sanger-planned-parenthood-ny-eugenics-racism

Potentiellement le seul endroit ou des études posent l’intérêt des masques c’est par rapport aux malades. Mais cela veut dire de faire des politiques de dépistages pour trouver ces malades et se battre contre les connards qui feraient chier sur une potentielle “stigmatisation” des malades. Cela permet de limiter la quantité de masque utilisés et de pouvoir alors utiliser des masques plus qualitatifs.

Le fait de passer à l’échelle de toute une population pose un problème dans la qualité des masques alors fourni qui ne répondent pas aux critères des masques utilisés dans les études et sur le fait que l’on aura derrière une mauvaise utilisation des masques (en particulier la réutilisation car le nez et la bouche et les mains ne se limitent pas seulement à des virus).

Et pourtant, la base et que le médecin et les patients portent des masques.


#3

En effet, mais il est impossible de savoir avec exactitude qui est malade car les tests actuels ne sont pas fiable à 100%.
Le test PCR à un taux de fiabilité de 98% pour la positivité et de 60 à 70% pour la négativité. ( si le test est négatif, vous avez une chance sur 3 d’avoir quand même le virus )

Ainsi, il est quasiment impossible de savoir avec exactitude qui est porteur et qui ne l’est pas. Donc choix a été fait de rende le masque obligatoire pour tout le monde sans oublier l’effet “double protection” ( le malade et l’exposé )

Le calcul est simple :
Bénéfice => protège les autres ( même si le masque est mal porté, c’est toujours mieux que rien, ça n’augmentera pas les risques de contamination )
Risque => aucun risque pour la santé
Tient, ça fait penser à la vaccination …


#4

Si il peux augmenter le risque de contamination à travers les mains et les objets touchés.

Pour le risque pour la santé, ca dépend de la norme de filtration des masques. Potentiellement les personnels qui doivent utiliser des masques très filtrants dans le cadre de leur activité professionnelle doivent etre en bonne santé.

"…

Sur 67 clients qui ont accepté de se soumettre à un test Covid-19, aucun ne s’est révélé positif . Le reste de l’échantillon suivi par le CDC n’a développé aucun symptôme parce la grande majorité de la clientèle portant un masque également.

…"

Sachant qu’une partie des patients ne développe pas de symptômes, désolé, mais en ne testant pas tous les clients, tu laisse une porte ouverte. Sachant que selon toi de plus un tiers des patients négatifs sont des faux négatifs du fait des limitations des tests.

Enfin, on se retrouve aujourd’hui avec des masques de très mauvaise qualité du le marché. Une partie des masques FFP2 ne répond pas à la norme.


#5

Quand on voit le nombre grandissant d’antivax, on comprend mieux l’augmentation d’anti masques.

Le masque “imposé” aux population ne protège en rien (ou à peine) soi-même. Il est là pour prendre soin des autres (comme un vaccin en effet), d’autant plus que les porteurs sains sont légions.

Mais non, le gouvernement c’est des vilains et tous les experts de facts facebook le savent bien…


#6

A regarder avec les sous titres:


#7

J’aimerais bien savoir par quelle magie avec le même comportement un masque mal porté augmente la contamination par rapport une absence de masque.

Oui, mais la France n’exige pas du FFP2 pour tous le monde… les masques demandés ne présentent aucun risque même pour les personnes en difficultés respiratoires

https://www.revmed.ch/RMS/2020/RMS-N-689/Performance-du-frottis-nasopharynge-PCR-pour-le-diagnostic-du-Covid-19.-Recommandations-pratiques-sur-la-base-des-premieres-donnees-scientifiques

“Un deuxième test peut être indiqué chez un patient qui ­cumule plusieurs symptômes typiques et qui aurait une probabilité prétest de 40 à 50 %. Dans ces situations, un test négatif doit être interprété avec précaution.”


#8

Tu as une étude qui perd 50% des personnes qui sont dans l’étude sur le suivis et qui utilise des tests qui sont faux pour un tiers selon tes affirmations. Normalement une perte de 50% des sujets c’est au bout de plusieurs années pas en quelques semaines.

Enfin, si on reprend les habitudes sur les compositions des échantillons et la sensibilité au covid qui est quand même liés aux récepteurs à la testostérone, les personnes qui fréquentent les salons de coiffures sont de quel sexe et de quel age.

Un petit Ps, sur les 4 heures de validité des masques qui ne sont encore moins aux normes aujourd’hui avec la réutilisation. De combien faut il encore réduire la durée de port des masques avec la température actuelle.


#9

Sauf que les vaccins ne sont pas de médiocre qualité suite à une demande éclaire planétaire qui a modifié totalement les capacités de sourçage des produits et de contrôle qualité derrière.

Aujourd’hui une partie des FFP2 ne répond pas aux normes en termes de filtration et se rapprochent des FFP1 alors qu’ils devraient être bien contrôlés. Si la baisse d e qualité est identique sur les FFP1, c’est pas 70% de filtration que l’on aura.


#10

Je n’ai pas remis en cause la bancalité du cas du coiffeur que tu as soulevé, et je suis du même avis, ce n’est qu’un exemple qui indique que les personnes testées il n’y a pas eu de tests revenus comme positifs.

S’il ne répondent pas aux normes ils sont pas FFP2… puisque FFP2 est une norme…

Le masque n’est pas prévu pour filtrer, il évite l’émission de postillons…


#11

Le simple fait des respirer normalement par le nez est très efficace sur la réduction de l’émission de postillons sans nécessiter de masques. La respiration est principalement nasale et à ce titre n’émets aucun postillons.


#12

Rien à répondre…
Argument irréfutable… ( complète ironie of course )

La totalité des infectiologues du monde préconise la port du masque et toi :“yolo ! je respire par le nez”


#13

Je répond juste à ta remarque sur le fait que les masques ne filtrent pas et ne servent juste qu’a protéger des postillons. On n’émets pas de postillons pendant la respiration normale qui est nasale.

Quand à la question des masques, elle est plus compliqué que tous les infectiologues préconisent le port du masque puisqu’il n’est réellement utile que pour les patients qui sont malades et pendant la phase ou ils sont contaminants qui est différentes selon que le sujet soit symptomatique ou non.

Même le Dr fauci était contre le port du masque généralisé il y a moins d’un mois.

En même temps que la qualité des masques à baissé du fait de leur utilisation bcp plus massive, le temps de port des masque FFP1 est passé de deux heures maximum à 4 heures maximum alors que l’on est en été et que la filtration est diminuée par l’humidité du masque et que la durée de vie d’un masque en hospitalier est d’une dizaine de minute avant d’être changé pour les patients suivant tout en ayant eut des contaminations des personnels hospitaliers.

On crame des EPI alors que la majorité des contacts va se faire entre des personnes non porteuse de la maladie a des niveau de contamination non suffisant dans la plupart des cas.
Enfin, la question des abatoires est quand même une question pas claire sur l’intérêt du port du masque quand on connait les règles d’hygiène de ces lieux où les employés sont masqués pour protéger des contaminations les productions.


#14

Tout est là, il est quasi impossible de savoir qui est malade ou non car il y a des asymptomatiques et que même en développant des symptômes nous somme contagieux avant… et je ne parle pas de la fiabilité des tests.


#15

Désolé, mais on crée des tests pour les médecins qui les fonts dans un but de traitement et qui à ce titre ne veulent que des vrais positifs.
Si on faisait des tests pour faire du contrôle de l’épidémie en ciblant au contraire que les vrais négatifs, on pourrait alors réduire l’utilisation des masques alors qu’aux seul vrais positifs, faux négatifs et faux positifs, ce qui réduirait alors complètement les échelles sur les utilisations des masques. De plus avant de traiter les malades en second lieux, il serait toujours possible de faire sur cette population réduite les tests médicaux qui ne déterminent que les vrais positifs.

Même aujourd’hui avec un tiers d’erreur sur les faux négatifs, si c’est juste pour limiter la problématique à ne leur fournir que des masques à eux et les mettre à l’isolement juste le temps de faire une test plus précis, tu réduit de deux tiers, les besoins tout en ne limitant les soins qu’aux seuls patients vrais positifs.

Maintenant, si tu veux utiliser quelque chose qui ne fonctionne réellement que si les deux personnes ne sont pas porteuse de l’infection, c’est aussi un choix.


#16

Tu semble tellement tous savoir mieux que l’ensemble de la communié scientifique… voici quelques liens qui vont t’intéresser.

https://jobs.cdc.gov/


#17

Tu nous explique d’ou viennent les postillons quand on respire sinon puisque l’on en est aux attaques ad nominem.

Sinon, c’est tellement efficace les masques pour ceux qui les promeuvent qu’ils sont contre le retour des gosses à l’école dans ces conditions et que lorsque il y a eut des cas suspects dans les écoles, ils ont préféré les fermer plutôt que d’utiliser des masques.


#18

Je ne sais pas pour ces postillons lors d’une respiration normale, ni si les aérosols sont arrêtés par un masque. Ce n’est pas un domaine que je maîtrise, ce qui ne m’empêche pas de me renseigner pour comprendre mieux les choses, mais là ça dépasse mes connaissances propres.

Mais quand je n’y connais pas grand chose dans un domaine ou pas suffisamment, j’ai tendance à faire confiances aux spécialistes du domaine, par comparaison de leur point de vue pour ceux qui se contredisent, et je me forge mon avis là dessus.

Donc quand la quasi totalité des spécialistes me disent qu’il faut porter un masque dans tel ou tel situation, je cherche pas et je m’exécute, surtout quand ça touche la santé des autres plus que la mienne.


#19

Porter un masque dans telle ou telle situation, c’est pas obligatoirement faire porter un masque pour toute la population.
Enfin, au vue de la façon dont la presse accepte des positions nuancées, c’est devenus compliqué de s’exprimer sur ces sujets.


#20

Au vue de la façon dont les gens appliquent les mesures “avec des exceptions”, j’ai tendance à préférer les obligations strictes sur ce genre de sujet (même si c’est pas forcement indispensable d’un point de vue sanitaire)