Commentaires : Pistage, prévention, modélisation : quelle stratégie numérique en France face au coronavirus ?

Géolocalisation
Vie privée
Santé
commission-européenn
données-personnelles
coronavirus-covid-19
Tags: #<Tag:0x00007f9211397e70> #<Tag:0x00007f9211397c90> #<Tag:0x00007f9211397ad8> #<Tag:0x00007f92113978a8> #<Tag:0x00007f9211397678> #<Tag:0x00007f9211397420>

#1

L’annonce a été faite le 24 mars lors de l’installation du Comité Analyse Recherche et Expertise, une nouvelle instance scientifique chargée de conseiller le pouvoir : la France souhaite réfléchir à une « stratégie numérique d’identification des personnes ». Soit. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Pour l’heure, les finalités d’un tel programme sont encore floues, à supposer qu’il soit effectivement mis en place. Car les pistes sont multiples : empêcher les rassemblements en observant l’absence d’une trop grande concentration de smartphones dans un périmètre….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

J’ai du mal à comprendre l’utilité de ce genre de mesures sans :

  • la mettre en place dès le départ de l’épidémie (on a au moins un mois de retard)
  • la combiner avec un dépistage massif de la population

Parce que là en l’état personne n’est déjà capable de savoir combien de personnes sont infectées, il n’y a donc aucune utilité sanitaire à pister les gens dont on sait qu’ils sont infectés (et qui sont déjà dans la majorité des cas à l’hôpital, puisqu’on ne dépiste que les cas graves).


#3

Des sociétés privées possèdent des données de localisation géographique fines dont elles ne font rien dans l’intérêt commun, mais les autorités sanitaires n’ont rien. C’est formidable.


#4

les plans prévoient que c’est à la Commission — et non les opérateurs — de gérer l’usage des données

On entend de partout que la compétence sanitaire n’est pas du ressort de l’UE. Pourquoi gèrerait-elle les données qui en relèvent ?