Commentaires : On a testé l’Impossible Burger 2.0, le steak haché vegan qui veut sauver le monde

chimie
nourriture
Environnement
Tags: #<Tag:0x00007f3d31436e38> #<Tag:0x00007f3d31436a50> #<Tag:0x00007f3d314364d8>

#1

Tout y est. La surface légèrement sucrée du bœuf caramélisé sur le grill, la texture granuleuse, mais juste assez ferme, la saveur de charbon de bois qui se mélange avec celle du bœuf et l’allure d’une boulette cuite saignante, avec le contour bien doré et son cœur rosé. Même pour un grand amateur de viande, l’Impossible Burger 2.0 a de quoi plaire. Il aurait été intéressant de faire un test à l’aveugle. Aurait-on été capables de différencier la fausse viande….

Par Maxime Johnson
Revenir à l’article


#2

A quand le test sur les capotes bio dégradable ?


#3

Un steak haché vegan c’est antinomique


#4

Si une entreprise ambitionne de remplacer la viande dans nos assiettes, elle espère aussi court-circuiter les autres fournisseurs de nourriture carnée. Il s’agit moins de sauver la planète que de rafler un marché littéralement juteux.
Par ailleurs, pour remplacer toute la bidoche il faudra quoi, comme superficie de terres arables? Comment cultiver assez et suffisamment vite sans OGM ni pesticides pour nourrir toute la planète? Ce plan est basé sur du vegan, mais il y a quand même un ou deux os, non? :confused:


#5

Et le prix de cette “fausse viande” ?


#6

Ah ben faut lire l’article, c’est marqué dedans que c’était gratuit :

La viande végétale d’Impossible Foods est offerte dans 5 000 restaurants aux États-Unis, à Hong Kong et à Macao.

L’entreprise offrira un jour ses produits en Europe,

:wink:


#7

Effectivement, si nous voulons nourrir tout le monde à l’avenir sans pesticide ni OGM il va falloir cramer encore plus de forêts.
Les bœufs ne sont pas toujours sur des terres arables, mais en France 80% des céréales produites servent à nourrir les animaux. Une vache va manger 1,3 kg de céréales par jour pendant 2 ans, pour au final ne laisser que 200 kg de viande.
J’ai fait le compte, ça fait 1 800 000 calories englouties, pour rendre 286 000, un rapport de 1 à 6,3, et pourtant, je ne parle que des meilleures vaches en France, qui mangent encore essentiellement de l’herbe et du fourrage, des dizaines de kilos par jour, sur des terres que nous avons en abondance, pas comme aux US où ils sont allé foutre leurs vaches au milieu du désert pour ne leur donner que du maïs et du soja.
Bref, c’est simple, on mange une vache en moins, on reprends juste le terrain des 1,3kg de céréales et 25kg d’herbe qu’elle se baffre pour faire quelque chose de plus intéressant avec. Parce que je parle même pas de ses rejets de méthane…


#8

D’apres certaines estimations en grosse maille, remplacer toute la viande par de végétaux permettrait de libérer une surface agricole grande comme l’inde.


#9

Nourrire la planète avec du bio sans OGM, c’est possible tout de suite et sans perte. Suffit juste de pas trop écouter les conneries de ceux qui veulent pas le faire.


#10

Deux questions du coup pour moi :

  1. Est-ce que c’est cher ?
  2. Est-ce que c’est bon ? Meilleur ou moins bon que les autres burgers végétariens ? Oui c’est cool, ça a un goût de viande réaliste, mais j’en ai aucune idée de si c’est bon ou pas, moi, la viande.

#11

Gratuit, ça ne pourra pas le rester. Tout simplement parce qu’on ne peut pas travailler à perte sur le long terme et que les entreprises existent en premier lieu pour gagner de l’argent, c’est aussi ça une économie de marché. Par ailleurs, je reste convaincu que les meilleures intentions du monde (à supposer qu’elles soient le moteur central d’une entreprise) s’effaceront rapidement au profit d’une guerre féroce pour ces nouveaux marchés. Et quand la guerre des coûts sera lancée, le bio passera par la fenêtre… en général, derrière de tels projets, il y a de vrais visionnaires, bourrés de bonnes idées et avec une intention honnête, avec derrière des industriels aux dents longues qui les cajolent. Et quand le produit marche, après, on verrouille le truc et le gentil inventeur se fait avoir :confused: ce ne serait pas le premier coup que ça arrive…
Il y a d’énormes profits à faire sur un tel produit.
Et oui… est-ce que c’est bon? Est-ce que ça remplace vraiment? Et les implications sociales sont aussi à prendre en considération. Personnellement, oui, je mange de la viande. Dans les doses considérées comme appropriées, pas plus, pas moins. Oui, j’aime ça. Et je ne peux pas m’empêcher de me poser une question, laquelle je l’admet n’a rien à voir avec la sauvegarde de la planète, mais tout à voir avec notre société. Si on nous imposait ce changement pour des raisons de sauvegarde de la planète, façon “bon ça y est les gars, on ne peut plus on ne doit plus fabriquer de viande, ça détruit le monde”, ce serait sans appel. Seulement… si c’est pour faire plaisir aux vegans intégristes (oui, ça existe l’intégrisme alimentaire) qui veulent juste imposer un point de vue, là, pas d’accord. On nous fait déjà sauter des bombes au noms de religions, de courants politiques. On nous interdit certaines formes d’humour sous prétexte que des coincés sont incapables de faire la différence entre humour et insulte. On reproche aux hommes d’être des hommes au nom du féminisme et à des gens d’une couleur de ne pas être d’une autre couleur. C’est devenu assez terrible, l’admissible et l’inadmissible… et un joli bordel ma foi. Je n’ai pas spécialement envie que ça vienne aussi piétiner le contenu de mon assiette.
Donnez moi cet ersatz de steak à goûter; Déjà, si c’est bon, j’en reprendrai. Si en plus c’est abordable, j’en achèterai, aussi, ne serait-ce que pour varier un peu. Mais soyons clairs: pas question de manger le truc au nom d’une philosophie imposée au plus grand nombre par une clique de “nous on est les gentils et vous les vilains carnivores”. Je veux voir la marchandise, la goûter, connaître les vrais effets sur le corps humain à long termes sur le plan nutritionnel et de vraies projections concernant les répercussions sur la planète. Des données scientifiques émanant de vrais labos indépendants. Et pendant qu’on en est à pinailler… “steak végétarien”, “burger végétarien”, ça me gêne un poil. En gros on remplace graduellement un produit par un autre dans le vocabulaire et l’esprit des gens, pour leur faire accepter la chose, comme dans l’expérience de la grenouille dans la casserole. Vous amenez un nouveau concept? Amenez un nouveau nom. Ce serait déjà une preuve d’honnêteté et je crois que ce serait très bien perçu. On parle de modifier les habitudes alimentaires d’un paquet de gens, là. Alors je pense que c’est important. C’est con mais… il va falloir penser à tout.


#12

Si on ne change pas, c’est le climat qui nous changera. Le réchauffement climatique n’attend pas, lui… Quand il y aura des étés à 50 degrés, cyclones et autres catastrophes et que l’agriculture sera difficile, tu te moqueras de ce que tu auras dans ton assiette… tu te préoccuperas plus de remplir ton assiette et ton verre avec quelque chose. Car les guerres pour les rares ressources restantes seront communes… et non je ne suis pas catastrophiste mais réaliste (même l’ONU dit que dans 50 ans, la principale préoccupation de l’être humain sera de manger et boire…). Changer ses habitudes alimentaires est indispensable pour l’humanité. Cette viande est une très bonne idée pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.
Moi je ne mange que de la viande… qui aurait du être jetée si je ne l’avais pas récupéré (application too good to go).