Commentaires : OK Google, essaie de m'écouter derrière ce bracelet qui brouille tes micros

assistant
alexa
siri
Sécurité
Google
Tags: #<Tag:0x00007f920d19f8d8> #<Tag:0x00007f920d19f798> #<Tag:0x00007f920d19f608> #<Tag:0x00007f920d19f4c8> #<Tag:0x00007f920d19f388>

#1

.

Par Julien Cadot
Revenir à l’article


#2

Des micros volontairement introduits dans leur environnement par des gens majeurs et consentants. A un moment donné, il va falloir savoir ce qu’on veut. Il serait inacceptable de se plaindre de ce qu’on a voulu.

Si on veut de la confidentialité, on range les smartphones dans un coffre insonorisé et on vire les enceintes connectées. On éradique Alexa/Siri/Cortana de son ordinateur. On ne fréquente plus les amis connectés, ou on leur demande de débrancher leur bouzin pendant qu’on est là.

Et ils sont imperceptibles aussi des micros.


#3

Je pense que personne n’a voulu d’un micro qui t’écoute et transmet le son qu’il capte même quand tu ne l’utilises pas. Mais bon c’est peut-être ton kiff, t’as des goûts bizarres.


#4

S’il n’écoutait pas en permanence, il ne pourrait pas activer l’assistant sur “ok google”. S’il n’écoutait pas en permanence, ce bracelet n’aurait pas existé.

On sait que lorsqu’on a un assistant vocal, il écoute en permanence. On sait qu’il peut se déclencher et transmettre par erreur. On sait qu’il est hackable. On le sait avant de l’acheter.

l n’y a aucune excuse


#5
  • Mon smartphone n’a pas pour fonction d’activer “Ok Google”, pourtant son micro doit écouter tout le temps comme le reste, je ne l’ai jamais demandé.

  • Même si on a un assistant vocal on doit pouvoir l’allumer et l’éteindre à convenance, je vois pas en quoi c’est antinomique.

  • Le grand public ne peut pas être au courant de ce qui est “hackable” ou pas, il faut être spécialiste.

  • On doit pouvoir se fier aux caractéristiques techniques d’un produit, caractéristiques où il n’est jamais indiqué qu’on ne peut pas couper le micro.

Bref si tu as envie d’envoyer les sons de ta vie sur un cloud google c’est ton soucis, encore une fois tes fantasmes te regardent, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.


#6

Nous disons exactement la même chose. Si des gens s’entourent de micros always-on, c’est leur problème.


#7

S’il n’y a que des ultrasons, ce n’est pas un bruit blanc puisque ça ne couvre pas toutes les fréquences…

Vraies questions :

Pourquoi les micros des GAFA auraient besoin de capter les ultrasons ? Pour que les chauve-souris puissent l’utiliser aussi ?

Et s’ils le faisaient, pourquoi ne pourraient-ils pas simplement filtrer ces hautes fréquences pour rendre ce bracelet gadget parfaitement inutile ?

Enfin comment ne pas rendre fou votre animal de compagnie en activant le bracelet ?

Autant de questions auxquelles l’article ne répond évidemment pas. Je ne peux pas croire une seule seconde que des ingénieurs aient commencé à élaborer ce bidule sans d’abord répondre à ces questions.

Encore de la cyber-connerie pour vendre aux sots un VPN grand public, rien de plus.


#8

SI ils le savent, et j’irais même plus loin : ce ne devrait pas être à eux de se préoccuper si leur appareil fait bien ce qu’il dit faire et pas plus dans un état de droit, tout comme tu n’as pas à te préoccuper si ta voiture émet plus de co2 que ce que le constructeur indique.


#9

Cf. plus haut. Tout le monde sait, sauf grotte profonde ou privation d’internet.

Règle numéro 1 de la sécurité : ne pas croire ce qu’on te dit, surtout lorsque c’est quelqu’un dont le métier est la pub, qui est un menteur par définition.

Règle 1bis : Toujours mettre au pire. Micro branché, possibilité de capture par une application, possibilité d’exfiltration différée, codée. Si ça peut arriver, tu dois considérer que ça arrivera.


#10

Non, à part quelques geeks et passionnés de technologies, pas grand monde le sait, ou le savait lors de l’achat.

Encore une fois, dans un état de droit ce n’est pas au consommateur de porter la responsabilité d’être en conformité.


#11

Il est surtout très con de ne pas vouloir comprendre les limites d’un test normalisé qui n’a pas pour but de te donner ta consommation qui dépend de tas façon de conduire qui est totalement différente de celle du test.

Et tout test normalisé ne te donnera jamais tes émission de CO2 qui dépendent en premier lieu de ta façon de conduire qui n’a pas à être identique à celle de la personne qui réalise le test comme les conditions de routes.

Un test normalisé répond juste à la question de ce test normalisé dans les conditions de ce test normalisé. Les extrapolations en dehors de ce tests ne sont pas couvertes et ne seront jamais couvertes.


#12

Encore une fois, ce n’est pas au consommateur de se préoccuper de ça.


#13

Pourquoi veux tu croire que le consommateur devrait croire qu’un test normalisé qui doit juste permettre de déterminer des véhicules les uns par rapport aux autres dans des conditions identiques devrait lui donner une valeur de sa propres consommation personnelle alors qu’il a un ordinateur de bord qui lui donne ces données personnelles.

Les consommateurs ne sont pas obligatoirement des journalistes qui ne comprennent pas les limites d’un test.


#14

Le consommateur n’a pas à se soucier de ça. L’Etat fixe des normes, les industriels doivent s’y plier, ce n’est pas au consommateur d’aller voir si le vendeur est en conformité avec la loi, mais à l’Etat.


#15

Sauf que la norme n’est pas la consommation personnelle du consommateur, mais la consommation dans les condition du test qui sont différentes des conditions d’utilisation du véhicule par le consommateur et qui seront de toute façon toujours différentes car le consommateur n’utilise pas le véhicule pour faire des tests lors de ses trajets.

Une norme n’est pas là pour donner les conditions d’utilisation du consommateur car tu as des millions de consommateurs différents qui utilisent au quotidien le produit dans des conditions qui sont différentes des conditions des tests.


#16

Mais encore une fois ce n’est pas au consommateur de s’inquiéter de ça.


#17

A un moment, tu comprendra que le consommateur ne peux pas demander à l’État de faire tout à sa place sauf à être mis sous tutelle de l’État.

Etre libre, c’est être responsable de ses choix et de ses actes. L’éducation est là pour te donner des repères pas pour agir à ta place.

je suis aussi un consommateur et je ne demande pas à l’État d’être responsable de tous mes choix ou de toutes mes décisions. Par contre tu rêve d’une dictature qui dans laquelle l’État imposerait ses choix aux consommateurs pour son plus grand bonheur ce qui n’est jamais arrivé dans toute l’histoire.


#18

Je ne rêve de rien du tout, je te décris juste l’état des choses actuellement : l’état fixe des normes et des règles aux industriels, ils doivent s’y conformer.
Si ma voiture rejette trop de co2 par rapport aux normes alors que le constructeur dit le contraire; la responsabilité est celle du consommateur.
Si mon téléphone envoie des données persos (glanées par le micro) sur un serveur distant il doit m’en informer, c’est la responsabilité du constructeur.

C’est comme si je venais chez toi et saccageais tout, si tu portes plainte tu attendras que l’état me condamne, pas qu’il dise “il fallait mettre une porte blindée et des gardes armés à l’entrée”.


#19

Si tu comptes sur le droit pour assurer ta sécurité informatique, t’es assez mal barré.


#20

Moi non, parce que je suis formé et informé. Mais je suppose que tu fais ça dans tous les domaines alors ? Tu vas vérifier toi-même que les freins de ta voiture sont conformes ou tu fais confiance au constructeur / mécanicien ?
Et pour ta chirurgie, tu vas inspecter toi même si c’est bien fait ?