Commentaires : Netflix : pourquoi l’option pour accélérer le visionnage est-elle si critiquée ?

svod
Netflix
Tags: #<Tag:0x00007f9209f546d0> #<Tag:0x00007f9209f54590>

#23

C’est plus un skip rapide qu’une avance rapide puisqu’il s’agit d’un écart de 10 secondes ou plus à raison de x1 x2 x3.

De la VHS aux DVD/BD ils en ont fait quoi ? C’est juste un outil plus fin pour parcourir un média quand les chapitres ne suffisent pas.

Le but d’un film de cinéma c’est bien de sortir en salles pour être vu non ? Il me semble que l’on paye un droit d’entrée pour y accéder, que ce soit dans un cinéma du coin, chez un loueur ou via un abonnement. Il y a donc TOUJOURS eu une contrainte économique dans le monde du “7ème art”.


#24

Ce que vous dites est vrai, mais la réalité actuelle n’exclut pas le regret. Je me demande si Orson Wells, Charles Chaplin, Jean Cocteau, Irgmar Bergman ou François Truffaut se demandaient ce qu’il fallait faire ou pas faire en fonction du Box Office.
Ou Mozart, Beethoven, Wagner, Debussy, etc,.


#25

Des mecs comme Mozart, ils avaient des sponsors : des rois, des ducs, des princes, des ecclésiastiques.
Et si tu voulais continuer à bouffer, tu avais intérêt à faire des trucs qui ne leur déplaisent pas.

Après, tu poses la question de la liberté artistique de l’artiste : soyons clair.
Soit le type a une autre source de revenus (une femme, un sponsor, un héritage familial) qui lui permet de ne pas se poser de questions d’argent et effectivement, il fait ce qu’il veut.
Ou alors, il a acquis au fils des ans une notoriété qui lui permet de faire ce qu’il veut.
Sinon, il faut bien bouffer.

Chaplin, il a commencé par faire des films de commande dont il n’était pas maître avant de pouvoir imposer ses vues, puis créer sa propre maison de production.

Et puis, là, tu cites 4 ou 5 génies dont l’expérience ne peut pas être transposée à 99% des artistes passés ou actuels. Génies artistiques, mais également génies dans l’art de bien se vendre :joy:


#26

C’est pour ça l’art doit être subventionné par l’état