Commentaires : Mieux vaut tard que jamais : la commune de Laguiole retrouve le droit d'utiliser son propre nom

Copyright Madness
Brevets
Marques
droit-dauteur
Tags: #<Tag:0x00007f920cd05840> #<Tag:0x00007f920cd04f80> #<Tag:0x00007f920cd04c38> #<Tag:0x00007f920cd04a08>

#1

Cette semaine, le Copyright Madness revient sur le village de Laguiole qui retrouve le droit d’utiliser son nom, l’AFP qui est prise en flagrant délit de conflit d’intérêt et le jeu Fortnite qui continue à faire parler de lui sur le plagiat chorégraphique. Bonne lecture et à la semaine prochaine ! Copyright Madness Conflit d’intérêts. La directive européenne sur le droit d’auteur arrive à la dernière étape avant un vote final du Parlement européen, fin mars. Tout le processus d’adoption aura….

Par Lionel Maurel et Thomas Fourmeux
Revenir à l’article


#2

Les couteaux de laguiole sont à la base des couteaux qui étaient fabriqués par les paysans pendant les mois d’hiver en plus de la ferme. Les lames étaient fournies par des artisans de Thiers et le montage des couteaux était réalisé sur un très large secteur géographique. Calmel qui est une très grande marque de laguiole est une coutellerie en fait qui faisait de la vente de pièces qu’elle faisait fabriquer pour y apposer son nom comme pas mal de coutelleries à l’époque.

Le problème est de faire une IGP sur un couteau qui n’est pas fabriqué à laguiole à la base car le laguiole est à la base un terme générique et non une marque ou un fabricant spécifique contrairement à l’opinel.


#3

L’AFP devrait se rendre compte que c’est exactement ce genre d’atteinte à la déontologie du journalisme qui fait naître les théories conspirationnistes…

L’AFP a toujours été un outil de propagande, ce n’est même pas la première fois qu’ils se font prendre les doigts dans le pot de confiture. Du coup, pas besoin de théories conspi : les journalistes ont tendance à se saper eux-mêmes en fait.

C’est un peu comme si Louis Vuitton récupérait une commission sur les sacs contrefaits vendus sous le manteau. Peu importe d’où vient l’argent du moment qu’il arrive dans leurs poches…

C’est le cas, d’ailleurs. Beaucoup (pas la totalité, mais une partie non-négligeable) des sacs à main, foulards et autres articles de luxe des collections passées sortent directement des usines des fabricants et sont “malencontreusement perdues” puis grossièrement dégriffées pour être revendues à la sauvette. Dans cet art, l’industrie du tabac excelle aussi.