Commentaires : Lima : la startup française ferme ses portes et laisse 80 000 d'utilisateurs sans rien

startup
Tags: #<Tag:0x00007f9211a15180>

#1

C’est la fin pour la startup Lima et tous ses produits dès le 1er mars prochain. Dans un billet de blog publié sur Medium, son fondateur et directeur, Severin Marcombes, a annoncé que l’entreprise fermait ses portes : « Malgré les énormes efforts de l’équipe pour éviter cela, nous avons eu des problèmes de fonds dont nous n’avons pas su nous remettre ». L’aventure était pourtant bien partie pour Lima, avec un financement participatif sur Kickstarter en 2013 qui lui avait rapporté plus….

Par Léopold Maçon
Revenir à l’article


#2

On pourrait parler de cette manie de vouloir créer des objets connectés qui racontent ce que vous faite à un serveur central (et en dire du mal dans mon cas). Là n’est pas le sujet.

Par contre, un truc qui me tue à chaque fois que je vois ce type d’histoire, c’est que personne ne se dit “Tiens, et si on ouvrait le code ? Comme ça les gens pourraient se créer leur propre instance, ou la communauté pourrait reprendre le flambeau”

Bon, je conçoit que dans le cas d’accès potentiel à des données sensibles, faudrait une bonne dose de confiance aux utilisateurs envers la dite communauté.

Et que tout le monde n’est pas forcément capable de régler ses DNS pour faire pointer le site qui doit être codé en dur dans l’appareil vers une autre IP.

Mais quand même !

C’est mort, pourquoi ne pas permettre à d’autres de continuer plutôt que de vouer les appareils à la benne ?


#3

Le problème de Lima c’est qu’ils ne corrigeaient rien. Ils ont sorti un appareil initialement trop limité (bande passante pourrie, fonctions manquantes, pas de support linux, et support MacOS foireux). Puis, vu qu’ils n’arrivaient pas à tenir leurs engagements, ils ont redéveloppés un nouvel appareil plus puissant, mais il fallait racker à nouveau pour l’avoir.

Vu le support fourni initialement, très peu d’utilisateurs ont racheté la nouvelle version (de peur de perdre à nouveau 130€). Donc le modèle à paiement unique de matériel (et pas de service) n’était pas viable.

Ce qu’ils auraient dû faire, c’est de prévenir les utilisateurs que leur stratégie de business ne fonctionnait pas, et en conséquence demander des dons pour soutenir l’ouverture du système avec des protocoles ouverts.

Car, au final fonctionnellement, Lima, c’est “juste” un serveur SFTP avec un serveur central qui sert d’annuaire pour la prise de contact (et de relai ?), et des clients qui mettent en cache les données reçues.

Avec le protocole Wireguard (disponible sous Linux, MacOS, Windows, etc…), on peut maintenant faire la même chose que la première partie sans serveur central (donc sans frais de fonctionnement en bande passante). Pour la mise en cache des fichiers localement (pour éviter de retélécharger les fichiers), il n’y a pas de solution cross platform commune, et c’est là qu’ils devraient fournir leur solution en O/S


#4

3 millions et demi, 60 personnes sur plusieurs années pour ça ?


#5

Oui, sans même partager les données utilisateurs, ils auraient pu ouvrir le code et fournir un script de migration par exemple.

Ceci dit, ça implique quand même que chaque utilisateur souscrive un dédié et l’administre lui-même… et c’est pas du tout le public visé je pense. Donc bof. La notion de Saas, elle s’adresse à des gens non techniques. Donc c’est difficilement transposable en opensource.


#6

Y’a un gros soucis: tu te places coté “intérêt général”.

Quand tu te places au niveau pognon personnel, tout ça t’en a rien à foutre… Si ça marche pas, tu dégages, et les pots cassés, tu les laisses aux autres…


#7

Il y en a au moins un qui s’en ai mis plein les poches.


#8

Lima : la startup française ferme ses portes et laisse 80 000 d’utilisateurs sans rien

:rofl: … Un deux, un deux, Houston vous me recevez…? … Houston nous avons un problème …


#9

En bref, le Lima permettait de centraliser les contenus de plusieurs appareils et de faciliter leur accès.

Je suis con ou bien j’ai rien compris ? Lima permet de faire ce qu’on peut faire même avec windows ?


#10

Au prix de l’ingénieur mal payé, 3.500.000 c’est 60 ingénieurs-an. Et c’est sans compter le coût de manufacture et les frais annexes (+ $$$TAAAAAAAXES$$)

3500000 c’est vraiment pas beaucoup.


#11

S’il n’y a pas de reprenneur ou personnes qu’on racheter cette entreprise, soit ils en demandaient trop, soit c’est de la merde :x


#12

Euh…Donc la mon service de cloud perso, il s’arrête dans 15 jours ?! C’est un peu juste pour se retourner c’est totalement abusé !