Commentaires : Les USA exposent enfin le pistage publicitaire non consenti sur les applications mobiles

Géolocalisation
Publicité
application mobile
Vie privée
CNIL
Tags: #<Tag:0x00007f92144f7920> #<Tag:0x00007f92144f76c8> #<Tag:0x00007f92144f74c0> #<Tag:0x00007f92144f72e0> #<Tag:0x00007f92144f7060>

#1

Une image vaut mille mots, a-t-on coutume de dire. C’est donc par une animation très spectaculaire que le New York Times a décidé d’introduire sa dernière grande enquête, parue dans ses colonnes le 19 décembre. On y voit en effet des cartes de plusieurs lieux iconiques des États-Unis (New York, Washington, Los Angeles, le Pentagone…) se remplir progressivement de petits points verts — chacun d’entre eux représentant une localisation d’un smartphone. Car c’est là le cœur du sujet du papier….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

Il y a une solution, sous Android, ça s’appelle Blokada.

L’application déclare au téléphone être un VPN, et tout le traffic internet passe par Blokada, que ce soit pour rentrer, et pour sortir.

Sauf que - ô surprise - blokada a des filtres (pensez à Easylist qu’utilise Ublock ou Adblock, il y a les pas mal d’équivalents pour cet autre usage), et les domaines appartenant aux régies publicitaires, ou les parties dédiées au tracking après un domaine valide, sont bloquées et ne sont pas autorisées à voyager.

Ça bloque l’immense majorité des pubs aussi, mais ça à mon avis c’est juste la cerise sur le gâteau, il s’agit surtout d’empêcher les apps de téléphoner à la maison plusieurs centaines de fois par heure (si, si, je sais c’est dingue.)

Et c’est gratuit + open-source :slight_smile:


#3

Donc, le système de sandboxing avec ses autorisations ne sert à rien.