Commentaires : Les studios de jeux vidéo ne sont pas apolitiques, n’en déplaise au patron d’Epic Games

politique
Jeux Vidéo
Tags: #<Tag:0x00007f9211266718> #<Tag:0x00007f9211266420>

#1

Il y a des débats qui reviennent sans cesse, telles des vagues solides et constantes qui viennent éroder un château de sable érigé, fragile, en bordure de mer. L’illusion de la neutralité dans l’univers de la tech et du jeu vidéo en est un. La bâtisse chancelante, ici, est représentée par la reconnaissance, récente, du fait que la neutralité n’est qu’une construction universaliste, basée sur des critères subjectifs que l’on interprète, à tort, comme une sorte d’étalon incolore, inodore et….

Par Marie Turcan
Revenir à l’article


#2

Mais dire “Mon entreprise doit être ou devrait être neutre politiquement”
C’est DÉJÀ de la politique…
Comme quoi c’est pas parce-que t’est CEO que t’est pas complètement con.


#3

A part des images marines éloquentes, l’article ne donne pas d’argument contre la neutralité politique sauf le fait que “c’est pas possible”, comme on en disserte en terminale philo.

C’est pas parce que “c’est pas possible” qu’on doit pas “tendre vers dans la mesure du possible” et se garder d’introduire sciemment, gratuitement, de l’idéologie dans les j.v.

C’est vrai que soyons hystériques et irrationnels, partials et excessifs, c’est beaucoup mieux.


#4

T’est complètement con je pense.
Mais je suis neutre hein, je veux dire t’est un débilosse, mais quand j’dit ça je ne m’inscrit dans aucun courant de penser ou idéologique.


#5

Et au passage Numerama n’est pas neutre politiquement quand vous faites des articles style “Comment éviter la gréve générale parce-que vous comme moi ont en a rien a foutre de la gréve”
C’est pas neutre ont est d’accords que vous êtes bien placé pour savoir que la neutralité c’est pas possible :smiley:


#6

Numérama n’a jamais était “neutre”: Auparavant, c’était un site engagé sur les questions du numérique (le libre, le droit d’auteur, …). Maintenant, c’est sur des questions sociales tel que le sexe de la personne ou l’écologie de façade.


#7

Numerama qui veut que les jeux vidéos soient politiques mais uniquement dans le sens qui confirme l’idéologie de l’équipe Numerama.
Parce que quand un jeu vidéo a l’audace d’être un poil politisé mais contre ce que défend Numerama, on a le droit aux articles pour dire que le jeu est raciste, sexiste, et machinphobe avec souvent des articles bidons qui ne se basent sur trois fois rien extrapolé au maximum.

Ah Numerama et le deux poids deux mesures.
Vous feriez d’excellents officiers communistes.


#8

est représentée par la reconnaissance, récente,

Par qui svp ?

combien Facebook s’est pris les pieds dans le tapis en se piégeant lui-même sur l’illusion de neutralité qu’il voulait donner

Sans défendre Facebook, il y a une différence entre la neutralité politique et la neutralité sur le web. L’un est conceptuel, l’autre est concret. Là on mélange bien les deux tout au long de l’article.

il rassure ceux qui se croient « neutres », et tant il évite de se poser les questions qui fâchent.

Un peu comme ceux qui nous disent que tout va bien après chaque coup d’éclat d’un taré ?


#9

Pfff, ce lyrisme à la noix, ça fait vraiment pitié. Ça fleure bon la répétition de crise existentielle de l’auteur, qu’on lui offre des vacances à la plage vite.

J’arrête là, le contenu est encore trop prévisible : ça va évoquer pêle-mêle “Kingdom Come: Deliverance” avec la vision pourrie habituelle d’une industrie par quelqu’un qui ne sait juste rien, Fortnite “paske c’est le seul jeu qu’il est gentil”, et pourquoi pas le fameux Gamergate de l’autre folledingue que tous les sots prennent pour une développeuse et qui a simplement prouvé qu’elle était tout juste bonne à sortir des gamebooks numériques… alors j’ai bon ?


#10

En affirmant le contraire, Sweeney a montré qu’il n’a pas pris conscience de la responsabilité sociale, politique et morale qui incombe aujourd’hui aux entreprises, dans un système néolibéral qu’il a pourtant épousé sur tous les autres aspects.

Je cherchais a quel moment on lirait la position de Numérama sur le sujet.
Donc, pour vous, les studio DOIVENT avoir une position politique ? Même si elle est contraire à la votre ? Je doute de votre honnêteté sur ce point…

Bon sinon, je pense qu’il est plus question “d’idéologie” que de “politique” dont il s’agit, en fait.


#11

Je suis totalement perdu dans cet article en fait…
Titre : “Les studios de jeux vidéo”
liste des exemples mentionnés :

  • Facebook
  • Apple
  • Spotify
  • Google
  • Fornite ( j’en reparle plus loin )
  • Tipeee

Fornite : l’éditeur à fais le choix d’écouter certains utilisateurs ( louable ou pas, c’est juste une politique d’entreprise qui a pour but de gagner de l’argent)

Donc L’ensemble des exemples sont au mieux hors sujet. Mettre en avant des réseaux sociaux, des hébergeurs de contenu ou tipeee est complètement à coté quand on veut parler de jeu vidéo.


#12

Ça ne s’arrange pas ici, maintenant on voudrait faire croire au lecteur que le jeu vidéo est forcément politisé.

Et Pacman alors, c’est une allégorie du péril jaune vis à vis du spectre occidental ? Et Tetris de l’endoctrinement sur l’architecture soviétique ?

Au lieu de régulièrement étaler votre ignorance sur l’univers du jeu vidéo, allez plutôt vous faire soigner de vos obsessions idéologiques.


#13

ça s’arrange pas à la rédaction hein…

déja votre postulat de départ : tout est politique.

déja c’est VOTRE point de vue perso, et ensuite ça y est l’article est fini avec ce postulat.

bah oui si tout est politique, ya pas à se demander ce qui l’est ou pas… c’est plié.

ensuite c’est censé parler de jeux video d’après le titre et ça parle de Apple, google, spotify, tipeee,… bref du grand n’importe quoi.

prenez des vacances madame Turcan.


#14

j’attends le test de The Hunter: call of the wild… par Julien Cadot :deer:


#15

C’est vraiment étrange, l’auteur passe son temps à dénigrer et même insulter l’opinion de Sweeney, mais jamais nul part il démontre qu’il a raison… Il faudrait le croire sur parole alors??

Sweeney parle des JEUX, et l’auteur répond avec Gamergate… ÇA n’a aucun lien avec Sweeney. Il ne parle pas de l’industrie, mais des jeux, comme Fortnite. Est-ce politique comme jeu? ESt-ce que les démocrate joue plus que les républicains? C’est ça la question, pas une logorrhée d’insulte pompeuse pour appuyer son biais…

Soi l’auteur est de mauvaise foi, soit il ne comprends pas le sens du mot politic en anglais utilisé par Sweeney, n’étant pas le politique au sens le plus large, mais politique au sens démocrate-républicains, comme c’était le cas avec l’exemple de Chick-fil-A. Comprendre le sujet aide à le critiquer, sinon c’est un peu inutile comme analyse.