Commentaires : Les Gayming Awards mettent à l'honneur la représentation LGBT+ dans les jeux vidéo

lgbt
Jeux Vidéo
Tags: #<Tag:0x00007f3d2e327518> #<Tag:0x00007f3d2e3273d8>

#1

« Nous voulions accorder le temps qu’il faut pour célébrer et valoriser les contributions LGBTQ+ au monde du jeu vidéo », confie à Numerama le fondateur de Gayming Magazine, Robin Gray. Ce magazine américain vient d’annoncer, en juillet 2020, le lancement des Gayming Awards, une cérémonie de remises de prix dédiée à la représentation et aux avancées LGBT+ dans les jeux vidéo. Tous les jeux édités en 2020 sont éligibles à la première édition, qui annoncera ses présélections en décembre. L’initiative est….

Par Marcus Dupont-Besnard
Revenir à l’article


#2

Je me demande si ça ne va pas devenir contre-productif pour les gay que des gens, à qui ils n’ont rien demandé, se mêlent de les “représenter”.

Quelle image est donnée de la communauté gay, sachant que celle-ci est faite de composantes disparates, parfois opposées. Pour être tout-à-fait clair, le gay rose bonbon ne tient pas à être représenté comme un bear, ni l’inverse. Il faudrait trouver un “gay moyen”, bonne chance car ça n’existe pas.

On tombe ici dans deux travers : le cliché, ou stéréotype, qui est détestable ; Et le pendant de l’appropriation culturelle, qui est détestable aussi.

On a trop l’impression que des gens qui n’y connaissent rien, ou qui ne voient qu’une facette de la question, se saisissent de la cause pour faire démonstration de vertu. Ou du fric, ce qui est encore plus cynique.

Ça me remémore la série Daddyhunt. C’est navrant de fausseté. C’est un roman pour midinette dont on aurait changé les corps, et c’est grotesque.


#3

Bah c’est exactement comme la gay pride:

Derrière des “bons sentiments”, au final, t’as quelque chose qui ne représentent pas les gays (qui sont multiples), mais renforcent les stéréotypes du gay “fofolle / extravertis / extravagant”, le tout avec une dimension commerciale et politique, et est devenu une attraction à hétéro qui viennent “voir du gay”.

Le résultat au final, c’est tout l’inverse de faire dans la représentativité / acceptation, ça renforce le communautarisme / stéréotypes


#4

Je pense que c’est contre productif de faire des “gayming awards” tout comme le serait des “blacking awards”, “whiteming awards” ou encore “fatming awards”.

À force de vouloir rendre hommage à une cause on finit par tout segmenter et au final, à tout opposer. De plus, non content de tout communautariser certains s’octroient le droit de standardiser ce qui est gay ou ne l’est pas.

Je pense qu’on a tous autour de nous des homos qui lorsqu’ils nous l’ont annoncé nous ont amené à nous dire “tiens, ça ne se voyait pas”. Et c’est triste d’en arriver là et de penser qu’une sexualité peut se voir. C’est justement à cause de ces évènements médiatiques.

Le Jeu vidéo a permis depuis ses début de se projeter dans un nouvel univers : un plombier Italien, une femme dans Metroid, un kiwi dans New Zealand Story ou des gays dans Cho Aniki.
Mais depuis quelques années, le jeu vidéo doit juste rendre compte du réel.
Ce glissement est triste à en pleurer et indique qu’on délaisse progressivement le côté Jeu pour juste avoir de la Vidéo.


#5

C’est d’autant plus étonnant que les mêmes gens ont déconstruit les genres. Il nous ont dit qu’on ne pouvait plus distinguer les hommes et les femmes. Que c’étaient des stéréotypes.

Alors comment les mêmes gens peuvent distinguer les gay ? Les représenter ?

C’est profondément paradoxal.

C’est de plus en plus évident pour moi que ce sont des opportunités politiques, et maintenant commerciales.

Les militants gay se sont mis à faire de l’anti-racisme. Qu’est-ce que ça veut dire ? Quel est le rapport ? Ce sont deux luttes d’émancipation, mais quels sont les points communs entre la lutte d’un gay et la lutte d’un noir ? Le gay réclame-t-il une meilleure situation économique ? Il l’a déjà, selon tous les indicateurs. Se plaint-il des violences policières ? Il n’en subit pas.

Regardez la une de gaymingmag. On y parle de George Floyd.

Et ils vendent des chaussettes.

Confondre les luttes est juste un artifice politique. Les communautés sont prises en otage par ces mouvements politiques. Ce sont des prétextes. Ces gens qui se prétendent pour la justice sociale ne sont pas sincères. Il ne sont ni gay ni noirs. Ils sont égoïstes. C’est du business. Comme on greenwash, on pinkwash, on blackwash.

Foutez-nous la paix ! Quand on voudra parler des gay, on le fera nous-mêmes, comme on l’a fait depuis 50 ans. Ouste ! Dégagez.


#6

Les militants gay se sont mis à faire de l’anti-racisme. Qu’est-ce que ça veut dire ? Quel est le rapport ? Ce sont deux luttes d’émancipation, mais quels sont les points communs entre la lutte d’un gay et la lutte d’un noir ? Le gay réclame-t-il une meilleure situation économique ? Il l’a déjà, selon tous les indicateurs. Se plaint-il des violences policières ? Il n’en subit pas.

Tu sembles vraiment être un grand expert du problème.


#7

Bah déja, quand des gens se font passer pour des “représentants” / parle au nom d’une communauté, alors qu’ils n’ont aucune légitimité auprès des gens qui la compose, ça pose soucis…

Tout le monde peut avoir son avis personnel… qui reste un avis personnel, pas la parole d’une communauté


#8

Il n’y a pas de problème de légitimité lorsque les représentants portent les voix de la base. Ce qui a été le cas des associations depuis 1970 (FHAR, GLH, CUARH, puis Aides, ACTUP apparus avec le SIDA).

Il n’y avait pas de problème non plus avec la Gay Pride organisée par les assos, micro-assos, comités L&G jusqu’au quartier.

Le nom a été effacé pour « marche des fierté », ce qui veut tout dire. Ce n’est plus un évènement pour les L&G, mais pour l’extrême-gauche révolutionnaire.

ACTUP, dernière association d’importance, a été noyautée par cette même extrême-gauche.

Ça n’a plus rien à voir avec les gay et les lesbiennes. C’est de la politique sur le dos des gay et des lesbiennes.

Peut-on me dire ce qu’il reste à revendiquer après le mariage gay ?Après la prise en compte de l’homoparentalité ? Après que le SIDA soit devenue une maladie chronique ?

De la visibilité ? Quelle vaste rigolade ! Tu vois des homosexuels tous les jours à la télé. Les hommes politique n’hésitent plus à faire leur come-out. Les sportifs commencent.

Qu’est-ce qui reste à faire ? Qu’on me dise.

Des postes élevés ? Mais quelle autre blague ! Les gay occupent le haut de l’échelle. Chroniqueur télé. Directeur d’entreprise nationale. Haut-fonctionnaire. Ils sont au Sénat, à l’Assemblée et à l’Élysée (je ne parle pas que des gens visibles).

Qu’est-ce qu’il faut de plus ? Qu’on m’explique.

Il faut convaincre le monde qu’on est très malheureux pour obtenir un crédit politique. Voila la réalité. On utilise les G&L, comme on utilise les femmes, comme on utilise les “racisés”, du combustible pour faire chauffer la machine victimaire.

Et là, le combustible, il en a plein les bottes.


#9

Bah pour résumer, j’aurais tendance à dire qu’avant ces mouvements se battaient pour des causes (la non discrimination, la dépénalisation de l’homosexualité, la lutte contre le SIDA,…). Maintenant, ce sont des mouvements politiques qui utilisent des catégories de personnes pour des intérêts plus “personnels”: assoir son pouvoir / prendre le pouvoir par dessus les autres.


#10

Pas besoin d’être un expert pour comprendre que ces gens ne distribuent pas vraiment des prix artistiques, mais plutôt des récompenses politiques.

Ben ouais mais c’est pas marqué sur leur tronche tu comprends, et sans gyrophare multicolore en guise de couvre-chef comment veux-tu que le monde sache qu’ils existent ? Non, clairement, ça suffit pas.

Une attention de tous les instants. Comme les enfants. Hier, c’était “regardez-moi, je ne suis pas hétéro !”. Puis “aimez-moi !”. On atteint le “consacrez-moi !” avec cette cérémonie.

Note le niveau de narcissisme.


#11

Pas exactement. Aujourd’hui (parce qu’hier ce n’était pas le cas), il faut une singularité pour se sentir exister.

Être gay, avoir “des origines” (Tu savais que Gérard était australo-inuit ? Il a fait le test. Wao, c’est coooool). Un truc qui te permet de clamer ta différence et, si possible, ta souffrance. Être gros, trisomique (nouvelles tendances chez les mannequins). Pourquoi pas cancéreux tant qu’on est lancés ?

Si t’as pas de singularité, ho la la, mais t’es rien !!! Comment tu peux exister sans singularité ? En étant juste normal ?

Tu mets ta gaytitude en avant quand tu n’a pas de talent pour te mettre en avant. Est-ce que Tim Cook précède ses apparitions de paillettes arc-en-ciel ? Est-ce que Scott Ross jouait du clavecin en drag-queen ? Pourtant, comme modèles, ça en pose lourd sur la table. On a besoin de Steevy, tu crois ?

Un personnage de jeux. Ça va changer le monde, c’est sûr. Déjà, tu pouvais faire coucher Shepard et Kaidan dans Mass Effect. C’était nul. Aucun réalisme, même pas de zizi. Il vaut mieux aller sur gaytube, crois-moi.

Attends, j’en ai une meilleure. Assassin’s Creed. Deux vikings solides, après une beuverie. L’un dit à l’autre “Tu veux manier ma grosse épée?” Et ils s e roulent un patin. Comme ça. En sortant de la taverne. Teeeeellement réaliste. Tellement bien inséré dans la narration. Il restait une place dans le menu, j’ai hésité entre “allons pourfendre l’ennemi”, “jouons à la marelle” et “baisons”. J’a trouvé que la marelle, ça faisait pas réaliste.


#12

J’ai 0.1% de gènes néandertalien, j’ai été massacré par l’homo sapiens.

Sur plein de sujet, south park, ça dépeint très bien la société aux états unis (et malheureusement, toutes les conneries qui nous arrive dessus quelques années après)


#13

Même pas, c’est devenu banal d’être gay. Maintenant faut être trans, queer, intersex ou chépakoi (t’sais, les cassos que tu croises presque jamais dans ta vie).

[HS]
Surpris que tu joues à Mass Effect ou Assassin’s Creed, je croyais que seuls Factorio ou Les Sims t’intéressaient, à la limite ^^

J’ai oublié M:E. D’une manière générale, 1. si je peux créer le perso, c’est toujours une meuf (parce que je suis obsédé par les femmes et je le revendique à mort avec le sourire), au moins pour ma première partie, 2. quand il y a de la romance, j’envoie balader tous les mecs parce que je veux juste voire ma meuf se trémousser dans l’aventure. À la limite une romance lesbienne si l’aventure ou le gameplay sont trop saoulants (mais autant aller sur youporn alors).

Pas joué à A:C. Je l’avais gratos avec une carte 3D, le gameplay m’a saoulé très vite et j’ai trouvé ça mal pensé. J’ai insisté pourtant hein, mais rien à faire, j’peux pas.
[/HS]

Mais quand-même… ça serait quoi pour toi des vikings qui se roulent une pelle réaliste ? Je trouve que les homos se compliquent beaucoup moins la vie moi, c’est un cliché ?


#14

Non mais, écoute les dialogues.

– Tu m’impressionnes par ta force de caractère, ta sagesse au combat, Ragnarok. Tu es si doué, comment pourrais-je t’étonner ?
– On a toujours quelque chose à apprendre de quelqu’un.
– Je pourrais te montrer comment manier ma grosse épée.

[ ] Tu veux coucher avec moi ?
[ ] Tu reprendras bien une autre cervoise ?
[ ] Et si on jouait à la marelle ?

Si t’es pas plié de rire en roulant sous le canapé, c’est que t’as pas de canapé. On passe de Corneille au back-room. Direct.

Mon bras, qu’avec respect toute la Suède admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi,
Et si on tirait un coup, des fois ?

Voila. T’es en pleine épopée guerrière et tu te retrouves dans un sous-sol du Marais. Ok, je veux bien qu’on déconstruise l’épopée.

Hector attend Achille devant les remparts de Troie.
[ ] Faisons un duel.
[ ] Allons combattre le Minotaure. (Au point où on en est)
[ ] T’as des capotes ? On va dans les caves de l’Acropole.

Ça casse l’ambiance, quoi. C’est pas le même mood, tu comprends ? J’ai rien contre les partouzes de vikings, peut-être même que j’achèterai le jeu. Mais si c’est pour saupoudrer les menus de jeux d’action de “on baise?”, je dis prout.


#15

Lol, tu m’as plié… en fait je croyais même que tu déconnais pour la grosse épée ^^

Après bon, une romance c’est pas un truc qui se passe entre la poire et le fromage, c’est sûr. Ici, c’est clairement pas de la romance, juste le coup d’un soir, point. On tape pas dans les mêmes besoins.

J’ai fait du RPQ (très poussé même) improvisé : là ce sont les rôlistes qui s’impliquent, pas des devs qui pourront jamais satisfaire les fantasmes de tout le monde. Mais il y avait de la romance avant d’en arriver là, beaucoup même, des dizaines d’heures de RP. Du coup la partie Q est bien plus savoureuse le moment venu. Tu devrais essayer le RP peut-être…

En tous cas, si je suis pas fan de romance dans les jeux vidéo en solo, c’est pas du tout comme ça que ça je la vois. Ça doit se construire, comme dans la vie, tout un cheminement. Là c’est qu’un prétexte à la con pour dire qu’il y en a, sans se faire chier à payer quelqu’un pour travailler l’écriture. Foutage de gueule.


#16

Voila.

Envoie d’abord le cargo de vikings.


#17

Tu connais Axel Bauer ? ^^

Franchement, ça m’étonnerait qu’il soit difficile de trouver des partenaires rôlistes pour RPQ homo.


#18

On va laisser tomber les RPQ homos, j’ai une meilleure idée.

On a tous la tentation démiurgique, n’est-ce pas ? En tous cas, les informaticiens l’ont. Ce sont des créateurs de mondes.

Donc voila. Ces menus “on baise” suivi d’un roulage de pelle et d’un écran noir (parce que PEGI oblige), c’est pas vraiment intéressant. Tellement gratuit, tellement stéréotypé.

Il nous faut des personnages synthétiques, des NPC avec IA en somme, dont on programme la personnalité, les goûts sexuels, et tout et tout. Ensuite, on regarde. Oui, tu as reconnu les Sims. Mais avec les vikings. Et le réalisme des derniers moteurs de jeu.

– Ragnarok, je te présente Gwendoline. Elle est très désirable.
[ ] Jouons à la marelle.
– Non Ragnarok, ELLE EST TRÈS DÉSIRABLE.
[ ] Je sens mon excitation érotique augmenter.
– Très bien. Maintenant, je vais t’apprendre à te servir de ta grosse épée.

T’imagines le délire ?

Ne nous laissons pas imposer les scenarios moisis des studios. Créons les nôtres. Finies les récriminations parce que trop de filles pas assez de filles, ou de ceci ou de cela. Exigeons les méta-jeux. Ceci est une révolution.


#19

Tu as tort.

Les informaticiens ne sont pas des scénaristes (à moins qu’ils fassent du roleplay).

Boulot d’informaticien. Réunion, 5" cut :

Nathalie (productrice) : Il nous faut de la romance pour Eivor.
Arthur (chef de projet) : Putain, merde, Nath’, on a pas le temps pour ces salades, la deadline est…
Nathalie : Les annonces ont été faites par le boss, les brochures du marketing sont bouclées, il nous faut de la romance pour Eivor.
Didier (lead dev) : Et c’est maintenant qu’on nous le dit… pfff. T’étais au courant Irvin ?
Irvin (lead designer) : Jamais de la vie. Cédric, t’as prévu un truc ?
Cédric (scénariste) : Ça fait des mois que je bosse sur le 2, et je suis en congés là. En fait, je suis même pas dans la pièce avec vous.
Irvin : Ah ouais merde, c’est vrai. Bon ben on a rien.
Virginie (infographiste) : Et puis on a pas modélisé les sexes. Encore moins les anims.
Didier : Sans compter qu’il va falloir bosser les shaders, rajouter la taille du braquemart et des joyeuses dans les paramètres de création du perso, tout ça.
Nathalie : Calmez-vous ! Vous voulez qu’on se ramasse Familles de France ou quoi ?
Didier : Virginie ? Comment tu vois ça avec l’autre loser de Ragnarok ?
Virginie : Bah… euh… en prélude, je peux récup’ du motion cap’ pour les faire se déplacer derrière la taverne. Je peux faire rapidos une anim d’Eivor qui plaque Ragnarok contre le mur. On verra même pas les langues. La caméra s’éloigne, puis fade.
Arthur : Ok, bon. Didier, tu fais rajouter l’option dans les dialogues ?
Didier : Je met quoi ?
Nathalie : Du soft hein. Avec une petite dose d’humour.
Irvin : “Tu veux coucher avec moi ?” et une allusion aux grosses épées ?
Nathalie : Bien. Très bien ça. Check (clique sur un bouton). Passons à la suite, dépêchons ! je vous rappelle que Serge nous attend pour une séance de chat-bite/chat-minou à 15h.

T’es en plein délire techno-fantasmagorique, ressaisis-toi.
Une IA capable d’accoucher de romance à coup de savants paramètres ?
Car on parle bien de romance n’est-ce pas ?

Wicked Whims. Classé X. On obtient des situations rigolotes. Par exemple j’ai fait grandir des sims jumelles, comme les doigts de la main elles étaient. Jusqu’au jour où l’une d’elle, à la fin de sa première journée de travail, peu après avoir décroché son diplôme universitaire, radine chez elle et surprend son mec en train de se tringler la frangine en sueur sur l’évier de la cuisine. Pourquoi ? Tu sélectionnes l’étalon, puis, timidement, passant la souris sur l’icône de la jument en sueur, la pop-up est sans appel :

Voilà. C’est amusant. Il y a même un quelque-chose de véridique, ne s’embarassant pas de simagrées. Mais pour la romance, hein…

Une IA… mais quelle vulgarité. Elles ne sont même pas foutues de faire la différence entre une agression sexuelle et une simple grivoiserie (j’ai une théorie sur les ouinouins de Twitter/Facebook : ces réseaux pulluleraient de bots fort bruyants, un secret qui serait aussi bien gardé que la matrice).

Bravo, tu viens de réinventer le roleplay ! désolé de te le rabâcher, mais c’est de ça qu’il s’agit, merde. Explicitement. Les rôlistes n’ont pas attendu que les studios de jeu vidéo commencent à inventer des histoires. Le roleplay fait appel à un truc magique et très puissant qu’on nomme vulgairement “imagination”.

Tu n’aimes pas le RP ? Soit. Mais ne viens pas rire, pleurer, ou te plaindre de PNJ bêtes comme leurs pieds, qui n’auront jamais qu’une poignée de phrases à débiter de toute leur misérable vie.

Enfin si, rions-en. Ça je suis pour. Mais la romance, c’est sérieux. Ça touche à des émotions qui nous prennent là, en retournant les trippes parfois. Tu peux avoir des boules au ventre en RP. Tu peux t’attacher à des personnages, en tomber amoureux même. Et ils ne te proposeront pas de questionnaires à choix multiples. L’important étant de garder les pieds sur terre, bien-sûr. Mais t’es un grand garçon, mmh ?

/me sort avec sa grosse épée dans son fourreau, tel un prince, sa longue chevelure ondulant au gré d’une brise malicieuse lorsqu’il franchit la porte.


#20

Il se prit les pieds dans sa toge et se cassa la gueule.

Tu as vu toi-même l’étonnante palette de comportement qui sort du système rudimentaire des Sims. Je pense qu’on peu aller plus loin. Je suis certain que quelqu’un le fera.

J’ai un faible pour les plate-formes neutres, celles où tu inventes ton univers, tes personnages, ton histoire. Je trouve en tous cas que les jeux actuels sont trop directifs, fermés. Certains sont à peine plus qu’un film interactif.

Les NPC me désolent par leur insondable bêtise. Il leur faut un truc genre sims amélioré. C’est plus intéressant que les gens, les NPC. Tu peux faire plus d’expériences, ça se plaint pas, ça vient pas te bassiner avec ses états d’âme. Et surtout, ils t’obéissent. Ce que les gens ont tendance à oublier parfois.