Commentaires : Les FAI européens s'affolent des pressions américaines sur la protection des communications

Sécurité
Vie privée
Chiffrement
Tags: #<Tag:0x00007f920a447e80> #<Tag:0x00007f920a447d18> #<Tag:0x00007f920a447ae8>

#1

Les pressions exercées par le gouvernement américain à l’encontre de la confidentialité des correspondances en ligne n’alarment pas que du côté des États-Unis. En Europe aussi, le récent appel de Washington en faveur d’un affaiblissement du chiffrement de bout en bout — une méthode qui confère aux discussions sur le net un très haut degré de sécurité — est perçu avec une vive inquiétude. Le 7 octobre, l’EuroISPA, une instance qui rassemble les groupes de pression nationaux représentant les intérêts….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

Un tel trou dans la muraille porte en lui le risque d’être découvert par un tiers malveillant ou à conduire à des abus.

C’est marrant, parce qu’on pourrait dire exactement la même chose pour le chiffrement fort et inviolable. Il est DÉJÀ utilisé par des tiers malveillants et conduit à des abus.
Cette façon de nous faire croire que le chiffrement inviolable serait là pour nous protéger est fallacieuse.
La vie de trop de monde est pourrie par ceux qui savent se cacher derrière les réseaux, il faudra un jour que ça cesse.


#3

il est à craindre que le rôle du chiffrement en matière des libertés publiques ne pèse pas très lourd dans le débat.

Des libertés publiques sur Facebook (car c’est de ça dont il s’agit) ?


#4

En comparaison, y a beaucoup plus de personnes qui pourraient être abusées sans le chiffrement des communications que de personnes qui sont harcelées.

Pense aux militants politiques, aux lanceurs d’alerte, aux journalistes et à leurs sources, aux entreprises, aux gens lambdas qui se sextotent ou qui n’ont juste pas envie qu’un tiers lisent des communications sensibles, etc. et qui subiraient de graves conséquences si ces-dites conversations se retrouvaient entre les mains de personnes malveillantes.

Quand tu relativises un peu les choses, recevoir des tweets pas gentils c’est peanuts à côté des enjeux de protection des communications.