Commentaires : Le Défenseur des droits appelle le gouvernement à se calmer avec la dématérialisation des démarches administratives

Service public
Administration
France
Tags: #<Tag:0x00007f92117a3f00> #<Tag:0x00007f92117a3d98> #<Tag:0x00007f92117a3be0>

#1

Les problématiques lourdes qu’implique le terrorisme ne constituent pas les seules préoccupations de Jacques Toubon, le Défenseur des droits. Les enjeux relatifs au développement du numérique sont aussi un domaine dans lequel l’ancien ministre de la Justice est susceptible d’intervenir. Preuve en est avec sa prise de parole jeudi 20 septembre dénonçant les défaillances des procédures de dématérialisation. ANTS Il s’agit d’une plateforme dédiée à des démarches auparavant réalisées en préfecture ou sous-préfecture. Depuis novembre 2017, divers actes peuvent être faits….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

Vu le manque criant d’ergonomie et le bordel monstrueux du site ANTS, je trouve que ces sites tiers ne sont pas forcément si mal…

Pourquoi seraient-ils forcément scrupuleux ?


#3

Le problème majeur de la dématérialisation de ces services, c’est la fermeture total de l’accès à un interlocuteur.

Autant quand la dématérialisation est une possibilité, c’est un gros plus pour tout le monde. Autant quand c’est le seul et unique moyen, ça devient un gros inconvénient…

Et sur ce point, il a parfait raison de “suggérer” l’obligation d’une solution alternative (sur le principe, n’importe quel service public devrait au minimum avoir un accueil physique et un standard téléphonique avec le personnel compétant pour le dossier, non surtaxé, afin de garantir l’accès au service public)

Parmi les “bugs” à la con, j’ai déjà eu le droit à un changement de situation impossible… car “votre situation ne permet pas de déclarer de changement de situation”. Et “non monsieur, le changement de situation, c’est uniquement par internet”… Du astérix grandeur nature ^^


#4

C’est sûr, déjà que c’était compliqué quand l’interlocuteur était humain (ça rentre pas dans la case). Mais quand le seul contact est une application développée avec des moufles, ça devient croquignolesque.


#5

Bonjour,
Un exemple de passage au numérique qui aboutit à une régression des services pour les citoyens: celui des pensions de l’état retraitesdeletat.gouv.fr

  • L’envoi d’un bulletin de pension mensuel a été remplacé par un seul envoi annuel: celui de janvier et il est impossible de télécharger les autres mois (comment justifier de nos revenus ?)
  • Si on a besoin d’une assistance (un vrai dialogue) il faut appeler un n° payant difficile à trouver: le 0 810 103 335
  • Si on rempli un formulaire et qu’on a la chance d’avoir une réponse par mail: C’est un mail anonyme auquel il est impossible de répondre ( adresse mail du type ne_pas_repondre@dgfip.finances.gouv.fr)
  • Nulle part sur le site il est mentionné la possibilité de faire appel au médiateur ou au défenseur des droits (la recherche du mot “defenseur” ne donne rien)
    Il ne faut pas s’étonner si une majorité de citoyens est mécontente de la numérisation des services