Commentaires : Le décret de Trump contre Twitter est attaqué en justice, au nom de la liberté d'expression

Justice
Etats-Unis
Liberté d'expression
donald-trump
réseaux-sociaux
Tags: #<Tag:0x00007f3d2f519230> #<Tag:0x00007f3d2f519078> #<Tag:0x00007f3d2f518ee8> #<Tag:0x00007f3d2f518d58> #<Tag:0x00007f3d2f518bf0>

#1

C’était prévisible. Le décret signé par Donald Trump fin mai fait désormais l’objet d’une action en justice aux États-Unis. L’association Center for Democracy & Technology a annoncé le 2 juin avoir déposé plainte contre le texte, pris en réaction à la décision de Twitter de modérer plusieurs messages publiés par le président américain sur le réseau social, parce qu’ils ont été jugés excessifs. Comme angle d’attaque, l’association se sert du premier amendement de la Constitution américaine qui protège la liberté….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

On parle bien de ça ?
image

C’est votre traducteur en ligne qui vous a donné ça comme résultat ?


#3

"…

This is reminiscent of the 1992 Los Angeles riots over the savage police beating of Rodney King, when parts of the city were set on fire and stores looted, which also prompted the deployment of the National Guard to maintain public security.

Damage assessment for the LA riots amounted to nearly US$1 billion, with more than 1,000 buildings damaged or destroyed. Approximately 2,000 Korean-run businesses were also damaged or destroyed.

Koreatown was especially targeted by LA gangs and rioters exploiting the chaos. In the face of an overstretched Los Angeles Police Department (LAPD) and National Guard troops, the Korean-Americans were left to fend for themselves.

So what did they do?

They exercised their rights under the Second Amendment of the US constitution, formed a militia, took up defensive positions on rooftops and surrounding perimeters of their businesses, and became the famous “Roof Koreans.”

And in a scenario similar to what President Donald Trump tweeted this week, once the gangs and rioters began looting, the Roof Koreans started shooting.

…"


#4

Arrêtons la mauvaise foi : on sait tous ce que ce Tweet signifie.


#5

Il n’a jamais appelé les forces de police à tirer à balles réelles sur des manifestants.

Tu peux inventer toutes les traductions que tu veux, aucune n’est un appel aux force de police à tirer sur les manifestants.


#6

Le contexte de la phrase, est-ce que ça te dit quelque chose ?

La proposition précédant juste la dernière phrase nous parle de the Military is with him all the way.”

Et juste après il parlerait des tirs de personnes qu’il n’a pas nommées ?! TU supposes qu’il parle des gérants de magasins effrayés et en colère protégeant leurs boutiques ou d’on-ne-sait-qui d’autre, mais Trump n’en fait pas mention dans son tweet, contrairement à l’armée et les moyens qu’il lui octroie (“all the way”) qu’il cite nommément .

Tu vois, c’est comme quand je dis : “Ce gamin est ingérable ! Il va falloir serrer la vis !” Eh ba, devine quoi ? Je ne parle pas de mécanique ou de bricolage dans ma dernière phrase ! Tu saisis, l’importance du contexte qui donne du sens à une phrase ?


#7

Soit tu es dans un Etats de droit et dire que la force sera utilisé jusqu’au bout ne signifie jamais que tu va tirer à balle réelles sur des manifestants.
Soit tu te crois au Venezuela ou en chine et oui le problème est l’absence d’État de droit.

Un petit PS sur la garde nationale, c’est globalement chez nous les gendarmes de réserves et contrairement à la France, c’est des unités qui sont liées au territoire où elles sont déployées.

Pour ce qui est des personnes qui doivent se réjouir d’être pillées, tuas eut des morts pour ceux qui ne se sont pas défendus et au moins deux personnes qui ont fait le choix d’affronter un jury populaire plutôt que d’être mis en terre par six personnes.

Le contexte est bien au niveau des émeutes de los angeles.


#8

“On” est un con.

Les etats unis (pas trump spécialement, je suis loind 'etre un fan de lui, mais bien les habitants) ont un rapport avec la possession d’armes à feu TRES différent de la France, mais aussi une vision de la défense de la priorité privée qui date du far west.

En France, un cambrioleur a très peu de chance d’avoir en face de lui un gars armé, et quand ça arrive et qu’il tire, le proprio a toutes les chances d’être sacrément dans la merde.
Aux Etats Unis, la notion de défense “personnelle”, de milice armée pour se défendre si le gouvernement le fait pas (voir contre le gouvernement) y est très forte. Tu évites de rentrer chez n’importe qui pour tout casser, bruler, piller, si tu veux pas risquer de te prendre une balle.

Un émeute populaire en France, tu retires les pavé des routes… Aux Etats unis, t’as des gars armés, et pas avec de la chevrotine, de tous les coté, aussi bien les pillards que ceux qui veulent de défendre d’eux…

Et t’oublies celles d’avant ? Et le contexte historique et sociale du pays ?

Ces voyous déshonorent la mémoire de gregoy flyd, et je laisserai pas ça arriver. Je viens de parler avec le gouverneur Tim Wlaz et lui ai dit que l’armée était à fond avec lui. Il y a des problèmes et nous reprenons le contrôle mais quand les pillages ont lieu, les fusillades aussi.
Merci !

Ca appelle aucunement les forces de l’ordre à tirer sur les pilleurs, au contraire, ça dit qu’il faut reprendre le contrôle, car avec les pillage, au vu du passif / historique de la société, il va y avoir aussi des fusillades (il précise pas de qui contre qui, mais si on regarde comment ça se passe la bas, le gros risque c’est la composition de milices d’auto défense qui tirent sur tout ce qui se rapproche trop près de chez eux)

Y’a au passage aucun appel à la violence, au contraire, une volonté de rétablir l’ordre / la fin des pillages et violences


#9

Eh bien, si, c’est même ce que signifie “jusqu’au bout”, ça sous-entend “jusqu’au dernier recours, c’est-à-dire l’utilisation des armes.” Puisque, tu sais, l’armée ça a des armes…

D’ailleurs, Trump ne dit pas que le recours aux armes sera la dernière option. Bien au contraire, c’est même la première solution quand commencent les pillages.” Pourtant, des solutions sans recourir aux armes, y en a plein d’autres avant, comme le montre les villes où il y a un couvre-feu, où il y a une forte présence policière autour des zones commerciales, où il y a des arrestations, etc. Mais pour Trump, non : les pillages sont pour lui le top départ pour pouvoir donner l’ordre à l’armée (qu’il cite nommément, encore une fois !) de faire feu.

On en reparlera le jour où les pays que tu as cité auront, tous réunis, autant de morts causés par les flics que ceux aux États-Unis.

Et qu’est-ce-qu’on s’en fout ? Ça pourrait même être des danseuses en tutu, le fait est qu’ils sont armés et qu’ils effectuent une mission de maintien de l’ordre avec de l’équipement militaire, et que leur Président leur donne de manière à peine voilée le feu vert pour tirer sur des pillards. C’est censé rassurer ?

Personne ne leur a demandé de “se réjouir d’être pillées”.

Si ça les amuse d’aller en taule à la place des mecs qui les ont pillés, ça montre à quel point ils sont intelligents… :+1: Ça vaut la peine de purger 135 ans dans une taule remplie de blacks et de Mexicains qui lui feront la peau (et les fesses) pour la défense de 4 murs en brique et 10 secondes de montée d’adrénaline ?

Los Angeles, Minneapolis, New York, on s’en tape : on parle bien du fond du tweet. Et si t’arrêtais de jouer 2 minutes au con, tu verrais qu’il y a vraiment un gros problème.


#10

Rappelle moi, les CRS et la gendarmerie, c’est l’armée en France.

Dit ca aux coréens qui ont défendus leur biens si c’était juste pour défendre 4 murs. Tu mériterai que l’on brûle tous tes biens et de te retrouver à la rue. Il faut arrêter de croire que c’est cool de se faire’ piller, que c’est sympa que des couillons au nom de l’antiracisme te viennent t’en prendre à ta personne. Que c’est cool de ne pas pilier que les commerce noirs, un peut comme les nazi étaient cool en ne pillant pas les commerce des allemands.

Ceux qui décideront, c’est les jurés dans ces conditions et il faut arrêter de croire qu’ils sont pour les connards qui pillent.


#11

Merci pour le cours d’histoire, mais je suis au courant. Je ne crois pas que Trump extrapole à ce point le contexte de son tweet (je doute très fortement qu’il le replace dans un moment historique, de culture et de tradition nationale remontant à 1776).

Non, le contexte c’est qu’il parle de l’armée et que juste après il dit “ça tirera.” Normalement, si y a encore 2 neurones là-haut, la connexion se fait toute seule, et c’est d’ailleurs le fond de ce message qu’il veut que tout le monde comprenne bien : “Faites pas chier sinon j’envoie l’armée, et ils ne sont pas formés pour jouer aux billes.”

Non, il n’y a rien qui extrapole le contexte à ce point dans ce tweet. Là, c’est toi qui extrapoles comme peuvent le faire les commentateurs politiques qui n’ont rien à dire mais qui doivent tenir l’antenne pendant trois quarts d’heure.

Les limites du contexte sont posées (comme tu le rappelles) dès le début du tweet : Trump parle bien des pilleurs dans le cadre des manifestations liées à la mort de George Floyd. Trump dit ensuite que l’armée soutiendra le gouverneur “jusqu’au bout” pour ne pas que les “voyous déshonorent la mémoire de George Floyd” (lol mdr). Trump parle ensuite de coups de feu qui commenceraient à pleuvoir.

Faut vraiment avoir le cerveau retourné au dernier degré pour ne pas comprendre le message alors qu’il est on ne peut plus clair, dans ses mots, et sa structure même.

Ah ba oui, c’est sûr qu’en disant aux manifestants : “On va rétablir l’ordre à coup de plomb dans le cul”, il est clair qu’on a une volonté vraiment pacifique de calmer le jeu, de “revenir à l’ordre”. Ce que ne veulent surtout pas les manifestants, d’ailleurs, revenir à l’ordre : parce-que pour eux ça signifie revenir à la situation où les flics peuvent buter des Noirs à tire-larigot sans être inquiétés.


#12

Je trouve ça assez “rigolo” que tu me parles d’interprétation / extrapolation, alors que tu rajoutes des liens entre les phrases qui n’existent pas et inventent des menaces / ordre de tirer à vue pour les forces de l’ordre…

J’ai bien précisé que lui, ne mentionne que l’existence de fusillades avec les pillages qui arrivent, que les 2 sont liés. Et que vue le contexte (qui date pas des années 1770…), le risque c’est en effet les fusillades entre civils.


#13

Leurs raisons ne sont pas plus légitimes.

Sur l’échelle de la filsdeputerie, et comparé au fait de voir brûler les murs (assurés) de sa boutique, c’est plus ou moins bien de crever sous le genoux d’un flic lors d’un banal contrôle routier ? Just asking…

Personne n’a dit ça.

Ding ding ding ! il est là notre point Godwin totalement HS !

On s’en fout de savoir pour qui ils roulent. Le fait est que seul un juge peut rendre justice, que la décision nous plaise ou pas. En aucun, aucun, tu ne peux te faire justice toi-même, même si c’est pour défendre ta boutique de ramen ou ta bagnole. Si les gérants ou les proprios sont assez cons pour se dire que passer 70 ans derrière les barreaux pour avoir tiré sur un Noir qui étaient en train de voler des paquets de chips (assurés) c’est mieux que de passer 3 mois à remettre la boutique sur pied (avec l’argent des assurances) et passer les 70 prochaines années à le développer, alors effectivement peut-être que la seule chose qu’ils méritent c’est de passer le reste de leur vie au ban de la société.


#14

Phrase 1 : l’armée
Phrase 2 : ça va tirer.

Où est mon extrapolation ? Les deux phrases se suivent exactement.

Jamais parlé de “tirer à vue”. C’est Trump qui fait lui-même un lien de cause à effet : start looting / start shooting. Putain, même les mots se ressemblent : on est dans la pure anaphore à la “Moi, président” mais les phrases n’auraient aucun lien entre elles ? Trump sort juste des mots au hasard, qui forment des phrases au hasard ?

Non non non.

Il dit bien “Any difficulty and we will assume control BUT, when the looting starts, the shooting starts.”

WE WILL ASSUME CONTROL : le gouverneur, l’armée et moi assureront le contrôle, MAIS quand les pillages commencent (des pillages, pas des fusillades entre pilleurs et pillés), les tirs commencent.

Vraiment, va falloir que je fasse l’explication de texte mot à mot alors que les liens directs sont juste sous tes yeux ?


#15
  • On va reprendre le controle MAIS la où y’a des pillages, y’a aussi des fusillades.

('j’invente pas de mot / liens entre des phrases qui n’en ont pas, je reprends ces mots moi)

Oui, entre pillage et fusillades
Mais le lien de cause à effet avec les forces de l’ordre, c’est dans ta tête

Et quel mot magique fait le lien entre les force de l’ordre et les fusillades ?

Le seul lien c’est entre les pillages et les fusillades (et comme expliqué, y’a des raisons sociales et historique évidentes, pas forcement pour une culture “française”, mais pour eux si, bien plus réaliste qu’un “je vais demander aux force de l’ordre d’ouvrir le feu sur les pileurs…”)

Un Macron (que j’aime pas du tout politiquement), qui dit: la On va totu faire pour rétablir l’ordre, mais la où y’a des émeutes, y’a des incendies / destruction, toi tu comprends: Macron a demander aux flics de bruler / détruire les commerces !


#16

C’te mauvaise foi…


#17

C’est pas parce que je partage pas les idées d’une personne, que forcement je suis aveugle et borné sur tout ce qu’il pourrait dire pour le déformer. Trump dit assez de conneries pour pas devoir en inventer qu’il ne dit pas

Et vu le caractère personnage, à mon avis, si il avait envie de dire qu’il voulais ouvrir le feu sur les pilleurs, il l’aurait fait sans soucis…


#18

Ah je comprends le problème : tant qu’il ne dit pas très précisément “soldats, policiers, allez-y tirez sur les pilleurs”, on ne peut pas dire qu’il l’a dit, c’est ça ?

Nan parce-qu’il semble plutôt clair quand il précise sa pensée pourtant :

“Si les gouverneurs ne prennent pas les mesures nécessaires pour arrêter les violences, je déploierais l’armée des États-Unis et je règlerais le problème moi-même.”

Il fait sûrement appel à l’armée pour leurs qualités reconnues de négociateurs hors-pair, très certainement…


#19

Des fois on se demande…


#20

Remarque, oui, quand j’ai écrit ça, je me suis mis le doute aussi…