Commentaires : La première photo d'un trou noir pourrait aider à cerner l'énigmatique matière noire

espace
astronomie
Etude
trou-noir
Tags: #<Tag:0x00007f9215527160> #<Tag:0x00007f9215526ff8> #<Tag:0x00007f9215526eb8> #<Tag:0x00007f9215526d78>

#1

La première image d’un trou noir pourrait aider à mieux cerner la matière noire. Des scientifiques l’ont expliqué dans un article de la revue Physical Review Letters, publié le 10 juillet 2019. La façon dont tournerait M87*, le premier trou noir photographié, permet aux chercheurs de fixer de nouvelles limites de la masse que pourrait avoir la matière noire, résume un communiqué. L’existence de la matière noire (aussi appelée matière sombre) est un postulat : cette matière invisible serait présente dans….

Par Nelly Lesage
Revenir à l’article


#2

Je ne comprend pas pourquoi l’article dit que “si se phénomène peut se produire il se produira forcément”, et donc si des particules parviennent à s’échapper de l’ergo région en emportant une partie de l’énergie du trou noir, alors celui-ci “devrait ralentir”.
Cela me semble être le contraire! en perdant un peu de masse périphérique, le trou noir va au contraire continuer à se densifier tout en accélérant car il perdra de moins en moins de matière dans l’ergo région qui se videra de plus en plus (et donc sa rotation sera de moins en moins freiné par la gravitation de l’ergorégion par un “effet de marée”).

Cela pourrait alors expliquer pourquoi M87 tourne si-vite ! Son “ergorégion” est devenue quasi vide car soit il en a absorbé son contenu, soit le reste s’est déjà échappé (et la seule chose qui maintenant parvient à sortir de l’ergorégion, ce sont les particules superlégères (y compris la lumière, même si elle subit une réfraction importante en traversant cette zone d’espace temps très perturbée) qui y entrent très temporairement.

Et si le trou noir tourne si vite, il doit y avoir une quantité de directions possibles pour la réfraction, ce qui alors provoque une diffusion dans un peut toutes les directions de ces particules superlégères et de la lumière: c’est le “halo” qu’on perçoit, où tout est mélangé et on ne peut plus distinguer du tout d’où il provient à l’origine (il peut venir de n’importe où, les particules qui en sortent peuvent avoir fait de très nombreux tours autour du trou noir (très grande distance et temps de résidence très long) dans l’ergo région avant d’en ressortir, sans jamais avoir atteint “l’horizon” du trou noir qui les aurait absorbé.

Le trou noir en rotation rapide dans cette région se comporte alors comme un super accélérateur géant, où peuvent se produire des collisions de ces particules superlégères (et peut-être même qu’on peut y observer la collision exceptionnelle de deux photons!)

Objet donc superintéressant.


#3

Personnellemement je pense que les photons ont bien une masse, même si elle est très faible. Et que la collision de deux photons est possible (même si elle est très improbable… sauf justement autour des trous noirs en rotation rapide) et que le résultat peut être l’émission de plusieurs particules superlégères de “matière noire”, qui ne se comporte plus comme la “lumière” qu’on perçoit dans notre espace habituel peu déformé par la gravitation, et où les photons n’interagissent pas entre eux.

Je ne crois pas à la théorie de “l’énergie noire”. Et il faudrait revoir ce qu’on entend par la “lumière” : les photons de toute façon ne vont pas à la “vitesse de la lumière”, ils sont plus lents et sensibles à la gravitation et peuent même devenir hyper-lents auand ils traversent la matière transparente.

Les neutrinos en revanche sont bien plus intéressants mais si leur masse est bien plus élevée et s’ils ne sont pas ralentis, c’est qu’il doit exister autour d’eau un champ de force (une sorte “d’antigluon” beaucoup plus fort que les gluons gravitationnels qui eux s’attirent entre eux, alors que les antigluons se repoussent fortement et sont très peu sensibles aux tout petits gluons gravitationnels) qui “écarte” le reste de la masse environnante et permet de résister à la gravitation: ce champ doit être bien plus fort (énergétiquement) que celui de la gravitation, et c’est cette énergie fabuleuse autour des neutrinos qui peut être “la matière manquante” de l’univers et ce qu’on appelle un peu vite “l’énergie noire”.