Commentaires : L’affaire Griveaux aurait existé avec ou sans les réseaux sociaux et l’anonymat en ligne

politique
Internet
réseaux-sociaux
Tags: #<Tag:0x00007f920bf87678> #<Tag:0x00007f920bf87538> #<Tag:0x00007f920bf873f8>

#1

L’affaire des vidéos intimes qui a mené à l’arrêt de la campagne de Benjamin Griveaux aurait existé sans les réseaux sociaux. C’est un fait difficile à admettre, tant le web social a été, depuis plusieurs jours, mis en avant comme la source de tous les maux. Où des hommes et des femmes politiques, mais aussi des avocats, relancent, depuis la mi-février et l’éclatement de la polémique concernant le candidat à la mairie de Paris, un débat stérile sur l’anonymat en….

Par Marie Turcan
Revenir à l’article


#2

Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas connecter sur Biderama mais je permet d’apport mon grain de sel.

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre défense absolu des réseaux sociaux, notamment quand vous abordez les sujets couverts par les caricatures qui, je trouve, ont quand même un fond de vérité.

Pour en revenir au sujet principal, si on revient même à une époque où le web n’existait pas tout court nul doute que l’affaire Grivois aurait été divulguée par un autre moyen (la presse écrite à mon avis).


#3

Non, la presse ne l’aurait pas divulguée tout de suite. Tu penses quand même qu’une affaire comme cela tu la garde sous le coude pour négocier des place en HLM de la ville de paris, des places de crèche, des dérogations à la carte scolaire, …

Après, c’est bien là le problème avec la presse. C’est qu’en ne la divulguant pas pour en tirer des avantages, elle aurait laissée en poste une personne qui est en capacité d’être susceptible d’un chantage par un acteur étranger qui peut utiliser les contact de la personnes qui subit le chantage pour avoir accès à des information classées. Pour un ex secrétaire général de l’Élysée ou un porte parole du gouvernement, un peu comme un ex de la DGSE, tu as encore des accès privilégiés à des informations.

Et normalement, une des base en sécurité qui date des voyages officiels dans les ex pays de l’union soviétique, c’est de faire attention avec qui ont baise en vrai ou virtuellement. Tuas encore aujourd’hui les mêmes conseils qui sont donnés aux cadres des entreprises qui font des voyages à l’étranger pour limiter les risques d’espionnage industriels.


#4

Biderama !

Ça c’est rigolo dites donc :slight_smile:

Bravo pour votre spiritualité, c’est épatant.


#5

Vous n’avez pas connus les hôtels pour étranger dans les pays de l’est sous l’URSS avec leurs chambres bien aménagées avec micro et cameras et leur jeunes femmes très consentantes à tout et n’importe quoi. Il y avait aussi pas mal d’espionnage industriel aussi à l’époque en plus des personnels politiques et leur cour en déplacement.

C’est pas aussi poussé qu’a l’époque, mais tu as encore des règles pour les cadres qui vont dans des congrès à l’étranger sur ce sujet et d’autres comme les cadeaux empoisonnés avec des virus.


#6

Etant moi-même régulièrement confronté au cyber harcèlement de part mon boulot de dessinateur, j’aimerai apporter une nuance à cet article.
Je ne pense pas que l’anonymat sur les réseaux sociaux aient un impact sur l’affaire Griveaux, mais il en a dans plein d’autres domaines.
L’anonymat sur les RS permettent à des gens de dégueuler leur haine dans une totale impunité. Car pour un cas où les auteurs sont retrouvés, des milliers et des milliers d’autres sont ignorés. J’ai porté plainte une dizaine de fois en 5 ans… pour des menaces (de mort parfois). Rien. Que dalle. La raison ? Facebook (ou Twitter) ne collaborent pas avec la police lorsqu’une plainte est déposée. QUE DALLE !

Donc personnellement je suis pour l’anonymat, mais pour qu’en cas de plainte, l’adresse IP de l’utilisateur soit obligatoirement identifiée. Que les noms ne soient pas affichés est une chose, mais que les haineux échappent aux sanctions qu’ils méritent est une autre.


#7

Pour en revenir au sujet principal, si on revient même à une époque où le web n’existait pas tout court nul doute que l’affaire Grivois aurait été divulguée par un autre moyen (la presse écrite à mon avis).

Le Président Mitterrand à bien caché sa fille pendant 10 ans…


#8

@pierrezep

Bonjour Pierre,

A mon sens, c’est surtout un manque de formation, d’effectif ou de volonté de nos services de police.
Le fai a déjà obligation de conservé les données de connexion. Les hébergeur de contenu ou forum ont obligation de de traiter/gérer les contenus illégaux et on les données IP au minima.

En ce qui concerne les réseaux sociaux, il doit être assez simple de faire un mandat pour demander les informations concernant un post et un compte associé et depuis ces information faire une requête aux fai pour connaitre la personne derrière l’adresse IP concernée.

Reste le soucis du VPN, m^me si je doute que la majorité use un VPN.

A mon avis, l’anonymat sur le net est un non sens puisqu’il est déjà possible de retracé un message dans la majorité des cas. ( pour les sites et plateformes hors Europe c’est encore une autre histoire )


#9

Non, pas seulement. Le commico où je porte plainte connaissent les réseaux sociaux… mais Facebook France ou Twitter France ont deux réponses :

  • aucune
  • ou “on ne répondra qu’à un procureur”

Donc avant la case du FAI, il faudrait déjà que Twitter ou Facebook acceptent de fournir les adresses IP de publications haineuses.


#10

Donc c’est le procureur qui fait pas son boulot ( par méconnaissance probablement ). Je suis pas du tout spécialiste du domaine.

Mais si Twitter ou facebook ne sont pas en mesure de répondre à un juge/procureur ou policier comment vont il mettre en place les mesures contre l’anonymat si une telle loi est votée.


#11

Je crois que le vrai problème sous jacent, c’est qu’en France, on peut déposer une plainte, ça fait beau mais il n’y a AUCUNE suite derrière. Vol, délit, et parfois même des crimes.
C’est un peu comme le confessionnal au siècle dernier. Ça sert à calmer les coups de colère passagers en apportant une oreille attentive (ou pas…) au peuple.

Il faudrait vraiment que l’on puisse avoir un droit de regard sur la suite d’une plainte et à défaut d’action tangible des forces de l’ordre, que l’état s’engage à dédommager le plaintif. Car à la base, c’est cela, le contrat social, tu décides d’être citoyen d’un État (avec tous les inconvénients que ça implique), et en contre partie, il (doit) te garantir ta sécurité et ta survie. S’il faillit, alors il est responsable de ce fait.


#12

Ceci dit, si ce cher monsieur avait évité de se prendre en photo et de diffuser lesdites photos, il serait encore en course pour la mairie de Paris. Je lui reconnais volontiers qu’il a utilisé des moyens “réputés” sûr techniquement, mais, encore une fois, la faille était entre le clavier et la chaise (ici la destinataire de cette correspondance littéraire contre laquelle il aurait dû se méfier). Quand on prétend à des postes à responsabilités, on évite de donner du pain béni à ses opposants.


#13

Le problème est donc que facebook ou twitter sont hors la loi puisque la loi française stipule que les logs doivent être gardés à disposition, si besoin, des autorités pendant 12 mois…


#14

Étape suivante : la fin de l’anonymat dans l’isoloir, afin de crucifier en place publique tous les horribles mécréants qui ne votent pas conformément aux doxa de la bienpensance “républicaine”?


#15

Tout le monde sait et s’en fout que tu votes RN.


#16

Perdu lulu…


#17

Les réseaux sociaux et l’anonymat en ligne ont été désignés par une partie de la classe politique comme responsables de l’existence

Le plus cynique est que si M.Griveaux avait justement pris un pseudo, il n’en serait peut-être pas là :slight_smile:


#18

Si tu le dis Gégé.


#19

“Zoé Sagan, un pseudonyme qui a permis à quelqu’un, ou un collectif, de se créer une persona en ligne depuis des années, et de publier des écrits, comme c’est le lot de nombreux auteurs depuis des siècles.”
Merci pour ce passage, merci de rappeler qu’en littérature le pseudonyme est normal — je dirais presque la norme — et que personne ne s’en offusque.


#20

rassure-toi, c’est pas comme si les raisonnements à la petite semaine de simplet140 avaient une quelconque valeur pour qui que ce soit hein :sweat_smile: