Commentaires : Et si la France lançait sa crypto-monnaie d’État ?

economie
blockchain
crypto-monnaie
économie-numérique
Tags: #<Tag:0x00007f920c0fbce8> #<Tag:0x00007f920c0fbba8> #<Tag:0x00007f920c0fba68> #<Tag:0x00007f920c0fb928>

#1

Et si la France lançait sa propre crypto-monnaie d’État ? C’est la réflexion inattendue que les députés Éric Woerth et Pierre Person ont choisi d’aborder très sérieusement dans leur rapport d’information relative aux monnaies virtuelles. Bien que leur travail ne porte pas spécifiquement sur ce point, les deux élus ont toutefois dressé un panorama international et dressé quelques perspectives. Disons-le d’emblée : aucune des recommandations du rapport, remis à l’Assemblée nationale le 30 janvier, ne va dans le sens d’une création de….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

Pas convaincue que les étaits aient quelque chose à gagner avec une monnaie qui ne les laisse pas faire ce qu’ils veulent.

Dans le cas du bitcoin, saisir des fonds est impossible sans la coopération de leur propriétaire. Et c’est le genre de contrôle que je vois mal l’état français abandonner.


#3

Dans l’état actuel des choses, c’est beaucoup trop tôt, ne serait-ce que parce que la technologie est très loin d’être au point. Mais un jour la totalité de la monnaie mondiale ne sera que virtuel et couvert par une blockchain. Le premier avantage étant que ce système évite le principal problème des réserves fractionnaires, que dénonçait Maurice Allais, avec la pyramide des crédits. Jacques Rueff, songeant à la monnaie pivot, parlait même de double pyramide du crédit.

La pyramide du crédit est un système qui fait que puisque les dépôts font les réserves, comme des fonds propres, lorsque du crédit est émis, ce qui n’est pas utilisé tout de suite sert de réserve et donc la banque peut émettre du nouveau crédit dessus, alors que le crédit initial n’a pas encore servi à créer de la richesse. Et c’est ça tout le malaise de notre système monétaire.

Avec la blockchain, il devient possible de documenter chaque unité monétaire et donc de bloquer chacune émise par le crédit tant qu’elle n’a pas été injectée dans le circuit pour y créer de la richesse. Et alors seulement, une fois débloquée, elle pourra servir de dépôt pour un nouveau crédit, brisant la pyramide de crédit.


#4

Je dois dire que je ne sais pas bien ce que vous racontez là… je pense que vous n’avez pas bien compris la consistance d’une monnaie, ni la concrète, ni la virtuelle.


#5

Je reprend un commentaire qui m’a toujours marqué CoinG; petite réflexion :Imaginez un état européen fort mais largement endetté (je ne pense à personne) qui accepte le Bitcoin comme monnaie officielle : quelle douche pour l’Euro, imaginez sa perte de valeur, même pas besoin de quitter la zone euro, juste accepter Bitcoin. Avec un Euro qui dégringole et un Bitcoin en monnaie légale, cet état se retrouve en position de payer sa dette en euro avec des Bitcoins (opération de change largement favorable) : la dette se réduit à vue d’oeil… elle se rembouse quasiment toute seule.
En fait, cela revient à faire la même chose que les USA avec le $ : baisser sa valeur quand il faut rembourser (mais ici comme le Bitcoin est devenue monnaie officielle, on ne dévalue que la monnaie dans laquelle est exprimée la dette :-)).
Avec Bitcoin comme monnaie officielle, même conjointement à l’Euro, c’est l’Euro qui devient la monnaie de singe, créée à l’infini par nos banquiers.

J’ai également, profondément ancré dans mon éducation le principe de rembourser mes dettes, voire de ne pas faire de dettes. Mais, après des décennies à prendre le problème sous tous ses aspects (économique, social, historique…), la seule conclusion possible est que la dette du pays ne sera effectivement jamais remboursée, comme celle de la Grèce. Une des raisons principales à ce défaut de remboursement étant que les financiers qui nous gouvernent ne sont pas intéressés par le remboursement de la dette (le capital) dont ils ne sont pas détenteur (c’est l’argent des particuliers principalement), mais uniquement par le paiement des intérêts (dont une partie va dans leur poche).

Dont acte, ce capital ne sera jamais remboursé : nous sommes juste condamnés à payer des intérêts indéfiniment, ou alors tout changer avec Bitcoin. Comme par Hasard, au moment où la France descend en-dessous des 3% d’endettement, que fait notre banquier de président ? Il prends à la charge de l’état 50 milliards de dettes de la SNCF : devinez qui va continuer à payer autant d’intérêt alors qu’il rembourse son capital ? La France, ses contribuables.


#6

Eric quoi ?

Non c’est pas le mec qui a arnaquer bête-en-cours pour financer sarkozy ?


#7

Arf j’ai du mal à lire un truc avec lui, pour moi il est griller …


#8

La dette privée d’un particulier et la dette publique d’un État sont deux choses très différentes, c’est assez normal que ça ne fonctionne pas de la même façon.


#9

Vous êtes libre de penser ce que vous voulez.


#10

2003: et si la France créait son moteur de recherche ?
2006: et si la France créait son cloud souverain ?
2010: et si la France créait son firewall géant ?
2013: et si la France créait son incubateur de starteupes ?
2016: et si la France créait son intelligence artificielle ?
2019: et si la France créait sa crypto monnaie ?