Commentaires : Éric Ciotti veut punir les personnes qui filment et diffusent des vidéos de policiers

police
gendarmerie
Armée
réseaux-sociaux
Tags: #<Tag:0x00007f3d354241a8> #<Tag:0x00007f3d35424068> #<Tag:0x00007f3d2dc37de8> #<Tag:0x00007f3d2dc37c08>

#1

C’est un texte de loi qui aurait pu passer inaperçu, mais qui n’a pas échappé à la vigilance de David Dufresne, journaliste spécialisé dans les sujets de libertés publiques de police. Dans un message publié le 27 mai sur Twitter, il signale la tentative du député d’Éric Ciotti d’interdire la diffusion d’images dans l’espace médiatique, lorsqu’elles montrent des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions. Pour cela, l’élu des Alpes-Maritimes a déposé une proposition de loi, soutenue par une….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

Bon ba comme ça ils vont être tranquilles.


#3

Cet homme est une plaie. Jamais une bonne proposition. Il doit souffrir d’un complexe d’infériorité.


#4

Je propose que l’on interdise de filmer, enregistrer et commenter ce que ce député raconte. Et surtout dans l’exercice de ses fonctions mais également dans sa vie privée.

Bref, qu’il n’ait plus aucune activité médiatique quelque ce soit, parce que là, c’est bas. Très très bas.


#5

OK qu’il fasse sa loi, si il l’accompagne de l’obligation de port de caméras sur tous les policiers en exercice, de la mise en enregistrement de celle-ci tous le long de leurs heures de service, et de la conservation pendant un an de tous les enregistrements.

Et qu’en cas de disparition d’un enregistrement, ou de l’infraction à cette règle, le policier en question soit limogé avec perte du bénéfice de son temps de service (avec ou sans R)…


#6

M. Ciotti ne se rends pas compte que parfois, les forces de l’ordre peuvent faire des erreurs…

Que parmi les policiers et gendarmes, certains sont des raclures (comme dans toute profession), et que la seule façon pour un citoyen de s’en protéger, c’est de les filmer, vu que leur parole compte plus que la notre…


#7

Au contraire, son but est qu’on puisse continuer comme avant, avec des policiers qui se permettent tout impunément et dans l’anonymat le plus salace.


#8

Je propose que toute personne qui expose des vidéos de policiers en train de réaliser une “violence”, mettent à disposition les 2-3 minutes de vidéo qui précédent les dites “violences”, et avec sous-titrage.

Parce que étrangement les parties de vidéos qui précèdent les violences sont très souvent oubliées au montage. étrange …


#9

On s’en bat les couilles des deux/trois minutes avant.
Le fait est, une insulte ne justifie pas une violence physique en retour, nous sommes dans un état de droits.

Le détenteur de la force publique est représentant des valeurs de la république, et ces valeurs n’autorisent pas les forces de l’ordre à se faire justice par la violence.
Une insulte à force de l’ordre, c’est prévu par le code pénal et passible de sanction, mais pas de bastonnade de rétorsion.

Quand tu choisis policier comme travail, faut t’attendre à te confronter à des délinquants et des criminels, et donc, à des personnes qui ne sont pas enclines à se comporter en bons citoyens. “Merci monsieur l’agent de m’arrêter”…

Répondre par la violence pour maitriser quelqu’un de violent ça fait partie de leurs attributs, répondre par la violence à une insulte ou violenter quelqu’un qui est maitrisé et entravé, ça fait partis de l’abus de pouvoir et devrait être systématiquement sanctionné.

Si t’as pas la carrure morale, faut pas faire flic.

Mais tu sais quoi, vu la couleur politique de la moitié des flics, ce n’est pas une question de carrure et de force morale, mais de pourriture et de dérive politique ou raciale.


#10

Tirer sur le messager porteur de nouvelles désagréables est une pratique qui remonte à l’Antiquité.

Mais en l’espèce, seuls les policiers ayant quelque chose à cacher peuvent avoir quelque chose à craindre. Ce type d’argument devrait parler à M. Ciotti il me semble…


#11

bien sur que si ça justifie. la police peut interpeller pour insulte, si en face il veut pas, il n’y AUCUN autre moyen que la violence physique.

la question n’est pas la violence mais le bon dosage.

ce qui n’empêche pas que ce projet de loi est débile… si les flics ne se sentent pas en sécurité, qu’ils portent tous des cagoules.


#12

Pour moi, les deux points importants sont :

  • La captation des images doit toujours être autorisée
  • La diffusion en “anonymisant” la vidéo (floutage par ex) doit nécessairement rester possible.

Si une de ces deux choses n’est plus possible, ça servira surtout à couvrir la minorité de flics pourris.
Mais si on interdit la diffusion non anonymisée, je vois pas bien le mal que ça ferait, l’information est toujours possible (on voit le comportement d’UN policier, pas besoin de voir son visage pour savoir s’il a bien ou mal agi), et vu que la vidéo avec le visage existe quand même (même si ce n’est pas celle diffusée), elle peut servir au tribunal pour identifier le policier fautif.

Par contre faudrait punir les policiers qui essayent d’empêcher les gens de les filmer, en disant que c’est interdit. C’est un comportement qu’on voit bien trop régulièrement.


#13

Pas vu, pas pris. Camelia Jordana n’aura plus rien à dénoncer comme ça !


#14

Non. Il y a un contexte à tout acte.
Et avant qu’on me traite de je-ne-sais-quoi, je suis pour le port de caméras pour les forces de l’ordre.

Tu as des chiffres ?


#15

Ne pas inverser la charge de la preuve : c’est au flic de prouver le bienfondé de son acte, et pas au suspect de prouver son innocence (c’est le fameux principe de présomption d’innocence, qui est la pierre angulaire d’un état de droit).

Dans tous les cas, il n’y a aucune justification à un coup de poing ou de pied dans la gueule, d’un gazage alors qu’il n’y a pas d’ordre de dispersion, de tir de LBD alors que le ou les flics ne sont pas attaqués, etc. Aucune. Tout simplement parce-que ce ne sont pas des techniques apprises à l’école de police pour appréhender un suspect ou pour se défendre. Pas besoin d’avoir 3 minutes de vidéos préalables pour le comprendre.

Ce sont des chiffres très faciles à trouver et qui sortent à chaque élection présidentielle :

Et on voit qu’il y a une constance, voire même une accentuation chez les flics à voter très très à droite d’élection en élection.

C’est un secret de polichinelle : tous ceux dotés de deux yeux, de deux oreilles et d’un cerveau savent parfaitement que la police est le plus gros repère de fachos de France depuis toujours. Pas étonnant qu’un syndicat comme Alliance y soit majoritaire depuis des années et des années. Ça tient à l’histoire même de la police française, à partir notamment de la Troisième République (et on se souviendra du zèle des flics pendant la Seconde guerre mondiale qui n’ont pas tellement été forcés pour plaire à l’occupant et au régime de Vichy et à intégrer d’anciens repris de justice de la Milice dans leur rang histoire de donner un ptit coup de main, puis après la Libération quand De Gaulle laissera le champ libre à une police parallèle quasiment entièrement constituée de nervis d’extrême-droite recrutés dans la police officielle pour faire le ménage dans les rangs des partisans de l’Algérie libre).

Que veux-tu, les habitudes ont la vie dure…


#16

On passe de bastonnade pour insulte, à usage de la force pour maitrise suite à résistance à la force publique…

Donc ce n’est pas le même cas.

Si y’a insulte, y’a soit aucune réaction soit arrestation et si besoin usage de la force (et usage de la force c’est pas forcément mettre des coups ou des matraques dans le cul, ni étouffer jusqu’à la mort…).

Mais frapper sous prétexte d’insultes, c’est de ça que je parlais, ou frapper une fois la personne maitrisée.
Ou simplement frapper pour le plaisir car on aime pas la personne en face et qu’on piétine l’uniforme et les valeurs de la république en abusant du pouvoir qu’elle nous accorde en nous faisant confiance pour l’utiliser avec justesse.

C’est ce genre de comportement qui est dénoncé, pas l’usage de la force légitime et adaptée à la situation, qui elle est justifiée et justifiable, et aucune vidéo ne pourra prouver le contraire. Jamais je n’irai cracher sur une policier qui fait usage de la force avec justesse.

On aime bien nous dire “si vous n’avez rien à cacher…” bah qu’ils commencent par ne rien cacher, eux…


#17

Exactement, c’est pour ça que je dis que s’il y a vidéo amateur, il y aura rarement le contexte de l’altercation.


#18

La plupart des vidéos qui circulent, le contexte est là, un mec menotté qui se fait bastonner, une discussion, agitée peut-être, entre un agent et un civil, et d’un coup le civil s’en prend une dans la gueule sans autre avertissement ou aucune raison justifiable, et ainsi de suite.

Une des dernières vidéos que j’ai vue pendant le confinement, filmée depuis un balcon, un mec se fait contrôler, son papier de sortie dans les mains, aucune violence de la part du civil, et paf, d’un coup le flic lui décoche un gros coup de rangers dans les burnes… manque de bol “souriez vous êtes filmé”, le poulet repart le cloaque suintant, et ses potes qui n’ont bien sûr pas réagis, font mine de rien…

Plot twist, ou pas justement, c’est dans une cité… Encore un mariniste nostalgique des ratonnades…

Stop de défendre les poulets aux hormones…


#19

On n’a pas besoin du contexte de l’altercation. (bis)

Si le policier agit selon la loi, l’enquête judiciaire le révèlera, et il n’y aura aucune conséquence négative pour lui.

S’il n’agit pas selon la loi, l’enquête judiciaire le révèlera (encore faut-il que ça passe devant la justice, parce-que bon l’IGPN lol) et il y aura des conséquences négatives pour lui.

Ce n’est ni au suspect ni aux passants de prouver l’innocence de l’interpellé. Il y a une justice pour ça et la police n’a de toute façon pas à se faire justice elle-même.


#20

Tiens, cadeau, voila ce que ciotti cette s***pe veut cacher :