Commentaires : Échec de la capsule Starliner de Boeing : et maintenant ?

boeing
NASA
station-spatiale
Tags: #<Tag:0x00007f3d3639e5c0> #<Tag:0x00007f3d3639e480> #<Tag:0x00007f3d3639e340>

#1

L’accès à l’espace est difficile, a-t-on coutume de dire. Boeing vient d’en faire l’amère expérience, le vendredi 20 décembre, lors de sa tentative d’accès à la Station spatiale internationale avec sa capsule inhabitée Starliner. L’insertion sur la bonne orbite a en effet échoué, conduisant les équipes à annuler la mission et à précipiter le retour sur Terre du vaisseau spatial. Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur les raisons de cet échec. Une conférence conjointe entre….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

Je sais bien qu’il pouvait difficilement souligner autre choses que l’aspect positif de cet échec, mais je suggère à ce brave climato-sceptique et pote de Trump, Jim Bridenstine, de monter à bord de la 1ère starliner crewed mission. Pas sur qu’il garde sa positive attitude !
J’aurais plus confiance en Soyouz et sa technologie vieillotte mais éprouvée qu’au rapprochement Nasa/Boeing (surtout que Boeing est pleine bourre en ce moment)


#3

Brindenstine sait très bien que le changement climatique est naturel et n’est pas le fait de l’homme, et c’est un bon point pour lui.


#4

J’avoue que ça fait du bien une bonne tranche de rigolade dès le dimanche matin…merci :wink:


#5

Ha, encore des anti science


#6

Ha, encore un gosse qui confond la science avec la répétition des co*neries entendues à la télé.
En ce qui me concerne je suis assez vieux pour me souvenir du “nouvel âge glaciaire” annoncé dans les revues et émissions “scientifiques” du début des années 80, du trou dans la couche d’ozone qui aurait du nous obliger à nous protéger du soleil vers 2010-2015 et autres billevesées.


#7

Rires garantis : https://www.youtube.com/watch?v=zSDLRm3jhc8
Il-y-a même Monsieur Spock, l’officier scientifique de l’Enterprise pour nous annoncer le nouvel âge glaciaire, c’est dire si c’est sérieux. Comme quoi les kons d’Hollywood et les kons des médias ont toujours bien fait la paire, la différence c’est qu’à l’époque le grand public était un peu plus lucide qu’il ne l’est aujourd’hui. Les veaux sont devenus des larves.


#8

“Une fois administrateur de la NASA, sa position sur le changement climatique évolue encore, puisqu’en mai 2018, il confirme penser que les humains sont la cause principale du changement climatique”
Oops, ton héros à des positions à géométrie variable. On sent un mec rempli de convictions.


#9

Il est reconnu qu’insulter est une preuve scientifique…


#10

Une suggestion pour Mr-Fiendly_B :

… et la réduction du trou dans la couche d’ozone provient de la réduction drastique des CFC, qui contrairement au CO2 on une courte vie dans l’atmosphère terrestre …

Amicalement


#11

De un ce n 'est pas “mon héros”, de deux tout le monde sait qu’il a compris qu’il devait se plier à votre culte de m*rde afin de pouvoir devenir administrateur de la NASA, c’est dire votre “tolérance”! Un peu comme le gars qui a du se dédire sur le fait que la Terre tourne autour du soleil si tu vois ce que je veux dire.
Mais surtout garde-toi bien de répondre sur le fond, sur l’âge glaciaire prédit dans les années 70 et 80, sur le trou dans la couche d’ozone des années 90, etc… Au bout du compte l’Histoire vous ridiculisera tout comme elle a ridiculisé les fanatiques de l’église catholique. Vous pouvez vous prétendre “pro-science” mais vous n’êtes au fond qu’une bande de clowns ignares.
Vivement la taxe carbone puisque apparemment seul le fait de toucher à vos portefeuilles vous rend moins kons !


#12

Même toi tu ne crois pas à ce mensonge.


#13

Quand on a commencé à répondre que par un lapidaire “Ha, encore des anti science” on ne donne pas de leçons de politesse aux autres. Et j’avoue n’avoir pas trouvé tes “preuves scientifiques” dans tes courts et déb*les commentaires…


#14

Sert à rien d’argumenter avec des fanatisés mal polis.


#15

Ben en fait je répondais sur le fond de l’article et de l’échec de la capsule Starliner…j’ai juste fait un digression sur le climato-sceptissisme de ce bon Bridenstine et là, c’est le drame ! Un Mr pas si Friendly que ça, pète un plomb pour pas grand chose. Donc je vais te laisser à tes névroses climatiques et te souhaiter un joyeux noël.


#16

Vous êtes bien péremptoire et un petit peu trop friendly Mr B …
Je vous laisse à votre monde de “vérités alternatives”


#17

En effet, et le petit fanatisé que tu es ayant commencé par une insulte mal polie il est donc bel et bien inutile d’argumenter avec toi, si tant est que l’on puisse estimer que tu aies argumenté sur quoi que ce soit…


#18

Et l’échec de la capsule Starliner n’ayant rien à voir avec votre propagande de névrosés climatiques vous auriez du vous abstenir, mais cela prouve que vous souffrez bien d’une névrose puisque tous les sujets abordés vous font péter les plombs et revenir à votre obsession principale. Brindestine ne souffre pas de “climato-sceptissisme” (c’est un nouveau mot?) mais de climato-réalisme. Vivement la taxe carbone, seule capable de diminuer les émissions de CO² et de “sauver la planète” ! Voyons voir si vous aurez le courage d’aller jusqu’au bout de votre “logique” ou si vous n’êtes qu’un bel hypocrite.


#19

J’en ai autant à votre service, vos vérités alternatives du nouvel âge glaciaire des années 70 et 80, du trou dans la couche d’ozone des années 90, puis du “réchauffement climatique” devenu “changement climatique” dans les années 2000-2010 lorsque vous avez réalisé qu’il était tout aussi naturel que le trou dans la couche d’ozone, eh bien toutes ces vérités alternatives vous pouvez vous les carrer bien profondément là où le soleil ne brille pas.
Vivement la taxe carbone, sachant que vos portefeuilles ont plus d’importance à vos yeux que le fait imaginaire de “sauver la planète”, au moins lorsque vous devrez cracher au bassinet il-y-aura une sorte de Justice immanente jubilatoire à mes yeux !


#20

Mon diagnostic : Mr B est un pseudo-économiste psychotique, juste rigolo à provoquer dans les forums d’actualité.