Commentaires : Des robots voituriers débarqueront bientôt à l’aéroport de Lyon

robot
aéroport
Voiture
Tags: #<Tag:0x00007f9210453b30> #<Tag:0x00007f9210453950> #<Tag:0x00007f9210453798>

#1

Pour mieux gérer les flux de voitures dans les aéroports, Stanley Robotics a eu une idée : un service de robots voituriers nommé Stan. La firme a officiellement présenté son système de « parking automatisé » le 14 mars, en partenariat avec l’aéroport de Lyon et Vinci Airports. Le début de la fin des embouteillages ? Le système doit être installé dans les prochaines semaines et sera opérationnel à la fin du mois. L’objectif est à la fois d’offrir une meilleure expérience aux passagers, mais….

Par Léopold Maçon
Revenir à l’article


#2

Pas compris à quoi servait le box… (pourquoi le client ne peut-il pas laisser son véhicule à un endroit dédié qui n’est pas un box ?)


#3

pour la sécurité ?


#4

C’est sympa mais je pense que 4 robots ne suffiront pas pour 500 places… cela va générer de petites attentes pour déposer et reprendre sa voiture.
Par contre, c’est un excellent moyen d’éviter les coups de portières.
(je pense que les box/garages seront réservées aux riches)


#5

Voyons le coté positif: le tarif parking peut être très bas.
En effet,on peut déposer sa voiture au terminal mais la garer à perpet on s’en fout c’est le robot qui fait tout.


#6

Le système doit être installé dans les prochaines semaines et sera opérationnel à la fin du mois. L’objectif est à la fois d’offrir une meilleure expérience aux passagers, mais aussi de réduire les émissions de CO2.

Vous connaissez quelque chose qui fait le taff d’un voiturier, qui coûte moins cher à l’achat et à l’entretien qu’un robot-voiturier, et qui réduit encore plus les émissions de CO2 qu’un robot-voiturier ?
Ba un voiturier.

C’est marrant parce-que, comme on n’arrête pas de le répéter pour les bagnoles, l’électrique ne réduit pas les émissions de CO2, au contraire même. Il se contente simplement de les déplacer. Et c’est pas seulement ça, c’est aussi des terres rares extraites qui, miniaturisées dans les différents circuits, sont impossibles à recycler.
Avec un robot-voiturier, on a peut-être en émissions de gaz + impact sur l’environnement à l’année, l’équivalent d’un vrai voiturier sur 5 ans… Foutre de la “tech” pour faire plus “techeux”, ça a décidément vraiment aucun sens.

Tout dépend du prix bien-sûr, mais ça m’étonnerait que ce service soit donné pour le manant qui prend rarement l’avion. Mais sinon, vous avez pointé le problème, le fameux effet rebond. Ne valait-il mieux pas développer le service de navettes pour désengorger et transporter plus de personnes à la fois ? Visiblement, en France, on est toujours aussi fan des usines à gaz…