Commentaires : Démonétisation, restrictions : YouTube s'excuse auprès des vidéastes LGBT

vidéo
lgbt
YouTube
lesbienne
Tags: #<Tag:0x00007f920ca665f8> #<Tag:0x00007f920ca663a0> #<Tag:0x00007f920ca66238> #<Tag:0x00007f920ca66030>

#1

YouTube n’a pas choisi par hasard la date du 30 juin 2018 pour présenter ses excuses aux personnes LGBTQ+ qui ont rencontré des problèmes avec leurs vidéos. En effet, c’était également le dernier jour du Mois des fiertés aux États-Unis — et par ailleurs, le jour de la Marché des fierté à Paris. Dans un thread publié sur Twitter, la plateforme de vidéos présente ses excuses pour les contenus démonétisés. « Nous avons que des problèmes, et nous avons laissé tomber la….

Par Nelly Lesage
Revenir à l’article


#2

les créateurs et créatrices LGBTQ+ ont notamment reproché au site d’appliquer des restrictions d’âge, de diffuser des publicités homophobes, ou de démonétiser des vidéos contenant les mots « trans » ou « transgenre » dans leur titre.

Les restrictions d’age ou la suppression de la monétisation, n’est ce pas plutot car ce sont des sujets lié au sexe et donc traité justement sur un pied d’égalité ?

Ce n’est pas le contenu "LGBTQ+ " qui est concerné, ce sont tous les sujets violents, sexuels, etc…

Pour les contenus homophobes, ça relève du délit, donc de la justice d’agir contre les auteurs de cela (mais encore faut il que ça en soit, par exemple une “publicité anti LGBT” n’est pas forcement homophobe, y’a aucune raison d’interdire les contenus “contre”, si on autorise les contenu “pour”)


#3

Une publicité anti-juifs n’est pas forcément antisémite.
Une publicité anti-noirs n’est pas forcément raciste.
Une publicité anti-mexicains n’est pas forcément xénophobe.

Toi, tu es une publicité à toi tout seul…


#4

Tu confonds homosexuels et LGBTQImachin. Je développe?


#5

Développe les initiales de LGBT

A moins que toi aussi tu sois un adepte de Christine Boutin qui trouve que l’homosexualité est une abomination, mais qui n’a rien contre les homosexuels.


#6

l’orientation sexuelle n’est pas une communauté.

merci.


#7

Cette communauté se définit par son orientation sexuelle.

C’est absolument fascinant de voir tous les efforts rhétoriques et linguistiques déployés par certains pour éviter de dire trop simplement qu’ils détestent les pédés et les gouines (parce qu’en plus, vous avez peur des mots).

En attendant, c’est ça ce qu’il se passe

Continuez à fermer les yeux et à débattre du sens des mots : pendant ce temps-là, les fachos agissent et se délectent des justifications que vous donnez à leurs actes.

Vous me faites tout à fait penser à :


#8

Je peux même développer LGBTQQIAAP : lesbian, bay, bisexual, transgender, queer, questioning, intersex, asexual, allies and pansexual.

Avant de me sortir le sophisme de la pente inclinée, note que les LGBTQI+ furent les LGBT après avoir été les L&G.

Cette inflation (ridicule) est au centre du symptôme d’une alliance de circonstance (on veut lutter ensemble) de gens qui n’ont rien à voir, voire ne peuvent pas se blairer.

Aujourd’hui se greffent les racisé.e.s intersectionnels machin-bidule, qui traitent les pédés de pas moins de (sortez vos tablettes et notez le nouveau gimmick) homonationalistes. Ils étaient me dit-on - en tête de cortège dans un groupe non-mixte, entendez “interdit aux blancs”.

Alors oui, je suis éminemment critique envers cette pétaudière sans que cela fasse de moi un homophobe.


#9

Déja y’a pas de “communauté LGBTQ+ et autres lettres à ajouter en plus tous les ans”, y’a des tas de mouvements et tendances très différentes. C’est aussi con que de croire qu’il y aurait une “communauté hétéro” unique. De plus, une bonne partie des lesbiennes, gays, bi, trans, etc… sont complétement opposés aux actions / communications des associations qui veulent les défendre “malgré eux”. Et pour finir, ne pas aimer quelques chose ne veut pas dire qu’on le haie (à moins que pour toi, les monogames soient d’office des enfoirés de fascistes prêt à aller tabasser, insulter, discriminer,… les polygames par exemple ?)

Et la lesbienne ou le gay qui n’est pas bi, tu les classe où ? LGBTQ+ mais pas trop un peu transphobes quand même ?


#10

Magnifique le mélange de ce manichéisme avec un peu tout et n’importe quoi.
Ça me fait bizarrement penser à la défense chewbacca.


#11

C’est vrai que toi tu es spécialiste en tout et que tu possèdes le savoir universel.
C’est marrant, je ne t’ai jamais vu exprimer un doute ou dire “je ne sais pas”.
Non, toi, tu sais tout sur tout et tu as toujours raison.

Magnifique ces réactions épidermiques et irrationnelles dès qu’on aborde le sujet des minorités.
Comme je disais par ailleurs, chacun des sujets de Numerama sur ce thème est un merveilleux appeau qui attire tous les piafs qui viennent donner leur avis et montrer leur détestation aigrie.


#12

Je suis très loin de tout connaitre, je me pose des questions sur des tas de sujets.

Mais ça n’a aucun rapport avec le fait de croire qu’il y aurait un mouvement unie des personnes en fonction du sexe / genre des gens est assez ridicule…

Tous les hétéros, homos, bi, trans, … ne partagent pas les mêmes opinions ou valeurs morales, convictions politiques, religieuses, sociales, etc… simplement car ils ont une sexualité similaire…

Et le comportement / attitudes des associations LGBTQ+ est un sujet assez banal de “détachement” (ça me concerne pas leur truc, je suis pas avec eux) voir d’opposition (ils font vraiment de la merde ça va pas du tout) chez des lesbiennes, gay, bis, trans, etc… (quand c’est pas des guéguerre interne du genre “je suis plus une minorité opprimé que toi”), au point qu’on arrive à des âneries hors normes comme celle cité par @dev_tty

Le combat pour l’égalité des citoyens, peu importe leur sexe, idéologie, religion, ethnie, etc… est une chose louable et souhaitable en démocratie pour le bien global de la société et individuels des citoyens.

En faire une croisade du politique correct, au point d’interdire toute critique / réflexion, c’est une autre histoire… (au point quand même de ne plus lutter pour l’égalité, mais au contraire, d’être dans la sur-enchère permanente de la catégorie la plus supposément opprimée pour aller taper sur tous les autres sans raisons)


#13


#14

Déja y’a pas de “communauté LGBTQ+
C’est une question ?
De plus, une bonne partie des lesbiennes, gays, bi, trans, etc… sont complétement opposés aux actions / communications des associations qui veulent les défendre “malgré eux”.
C’est une question ?

Qui est dans la surenchère pour aller taper sur TOUS les autres ?


#15

Pas que.

Les premières fissures sont apparues quand le courant queer a commencé à critiquer la masculinité “”“toxique”"".

Quand la masculinité est au coeur de ta sexualité, et qu’on vient de dire que "c’est pas bien gnagnagna faut lutter contre, tu as fortement envie de baffer.

L’éclatement de la “communauté” ne pouvait que s’en suivre.


#16

Non, et donc, pour toi, être gay, lesbienne, bis, trans,… implique qu’on fait partie d’un même et unique groupe de pensée ? (ça c’est une question…)


#17

Bah d’une manière générale, quand un groupe qui vise l’égalité, l’acceptation des autres, la non discrimination, etc… se retrouve à écarter des catégories de personnes, ça commencer à puer fortement…


#18

(mais encore faut il que ça en soit, par exemple une “publicité anti LGBT” n’est pas forcement homophobe, y’a aucune raison d’interdire les contenus “contre”, si on autorise les contenu “pour”)

Sauf si la loi le prévoit. Après est-ce que la loi est adaptée (trop molle ou trop sévère), c’est un autre débat.
Tu aurais un exemple d’une publicité anti-LBGT qui ne serait pas homophobe ?


#19

Pour moi, la loi est clairement trop longue à prendre en charge les dossiers déja et surtout ne réagit pas forcement, trop souvent dans le “c’est pas grave sur l’échelle du possible / juste un rappel à l’ordre”, ou 1 € symbolique en matière de diffamation, et autre joyeuseté légalement interdit comme propos.

Après niveau publicité, faudrait déja en avoir sur le sujet (que ça soit pour ou contre)… Globalement, les publicitaires ont un produit à vendre. Ils défendent pas des causes idéologiques.

Par contre, niveau contenu, chaine (vu qu’on parle de youtube), des vidéos politisées, c’est très fréquent. Et ne pas dire “oui c’est génial” à tout n’est pas de l’homophobie… Avoir un cerveau et réfléchir, ça aide pas mal au lieu de dire toujours oui, pour pas froiser.


#20

ben non étant moi même bi… je peux juste pas saquer les gens qui clivent la société en petits paquets étiquetés.