Commentaires : De la prison avec sursis pour un dessinateur qui a repris Tintin

Copyright Madness
Brevets
Marques
droit-dauteur
Tags: #<Tag:0x00007f9212349f58> #<Tag:0x00007f9212349d50> #<Tag:0x00007f9212349be8> #<Tag:0x00007f9212349850>

#1

Cette semaine, le Copyright Madness revient sur la SNCF et une association anti-pub qui se battent pour l’utilisation du mot « oui », la peine de prison avec sursis infligée à un artiste pour avoir dessiné Tintin ou encore une bataille entre vrai-faux inventeur du Bitcoin. Bonne lecture et à la semaine prochaine ! Copyright Madness Bachibouzouk ! Nous en parlions il y a quelques semaines dans le Copyright Madness. En 2019 en France, on peut risquer de la prison pour avoir dessiné un….

Par Lionel Maurel et Thomas Fourmeux
Revenir à l’article


#2

Je ne comprends pas votre raisonnement dans le paragraphe “Né sous X”. Le système du copyright américain est, à ma connaissance, indépendant du système de brevet d’ailleurs le premier est géré par l’US Copyright Office et le second par l’US Patent and Trademark Office. Pourriez-vous préciser votre pensée s’il vous plaît, plus particulièrement les interactions entre copyright et brevet ?


#3

Bonjour

pouvez vous nous expliquer ce que signifie l’expression : un crise de lèse-majesté. qui se trouve dans cet article ?

Pouvez vous également surveiller la conjugaison. on retrouve trop souvent dans vos articles, des formulations de ce type :
“on peut risquer de la prison pour avoir dessiner

Je trouve que dans cette rubrique au demeurant intéressante, vous présentez quelques fois les droits à la façon robin des bois.
Par exemple je ne comprend pas ce qui est surprenant dans le fait que Moulinsart porte plainte contre le dessinateur (qui à par ailleurs déjà été condamné pour les mêmes faits)
Si Moulinsart permet à des personnes de commercialiser tintin (sa représentation) pour en faire commerce, alors elle perdra sa propriété intellectuelle, cela risque de faire jurisprudence. Comment, par la suite juger ou est la frontière à partir de laquelle on a le droit de faire du commerce avec œuvres protégées ?

Pour le reste je vous remercie de permettre à vos lecteurs d’être alertés sur ces dérives capitalistiques souvent illégales

Cordialement


#4

“Si Moulinsart permet à des personnes de commercialiser tintin (sa représentation) pour en faire commerce”

Et hop! Un beau pléonasme à l’orteil du pied, comme dit mon neveu de 12 ans. Et en plein milieu d’une leçon de bon français. Oups. :slight_smile: Mais bon, je suis un oeu taquin…
Pour ce qui est de Moulinsart, ce sont des enragés, et surtout d’après mes sources, l’héritière de Hergé. Ce genre de harge procédurière me rappelle cette école américaine où du vivant même de Disney, des enfants de huit ans avaient peint une grande fresque. On leuravait demandé de dessiner sur le mur de leur école ce qu’ils aimaient le plus et un petit garçon avait dessiné Mickey Mouse.
Disney et sa clique avaient exigé que la fresque soit effaçée. Ils étaient allés en justice, si si…
“Stupid is as stupid does”.


#5

:slight_smile:
de nouveau j’ai du mal avec le mot harge, je suppose qu’il s’agit de charge

Dans le cas que vous indiquez avec Disney il n’y avait pas d’enrichissement des enfants, ni perte de chiffre d’affaire pour Disney, donc oui on est dans la dérive du genre, si je chante sous la douche et que mon voisin m’entend, est-ce que je dois payer des royalties ?

Dans le cas de tintin, il y a enrichissement du dessinateur, et je suppose que sans tintin, l’affiche a vraiment beaucoup de moins de valeur

Si je me construit une piscine, est-ce que tout le monde peut entrer dans mon jardin pour prendre un bain sans mon autorisation ?