Commentaires : Contrat open bar de l'armée : la France doit « entamer sa cure de désintoxication » avec Microsoft

logiciellibre
microsoft
armée
windows
april
Tags: #<Tag:0x00007f921114afa0> #<Tag:0x00007f921114ae60> #<Tag:0x00007f921114acd0> #<Tag:0x00007f921114ab90> #<Tag:0x00007f921114a9b0>

#41

Y'a pas "une norme" des applis spécifiques vu que par nature elles sont... spécifiques. D'où l'usage de normes communes pour pouvoir communiquer, s'intégrer, s'interfacer,...avec le reste d'un systeme.

Par exemple, pour la VOIP, tu peux utiliser leur solution Lync / Skype... tel qu'ils l'ont prévu.... ou par exemple du SIP, ouvert et documenté, sur lequel peut faire ce que tu veux de ton coté

Au niveau "données", c'est pas pour rien qu'on retrouve encore et toujours ce "bon vieux format texte brut", du csv, du xml, JSON,...

Personne n'a dit cela.
C'est juste que les solutions proposées ne répondent pas à des critères techniques de base pour un tel service, d'indépendance technologique, de contrôle / vérification, etc....

Ca peut convenir à des tas de particuliers / pros, mais dans une administration nationale, et encore pire l'armée / défense nationale, j'ai tendance à placer ces critères comme primordiaux techniquement (comme le rapport technique interne d'ailleurs, mais pas comme les décideurs, qui place la vision comptable avant)


#42

Je t'accorde que c'est niveau 0 de l'argumentation, la manifestation d'une colère que je rumine depuis trop longtemps, l'ultime stratagème de l'art d'avoir toujours raison. Mais quand quelqu'un sort 10 conneries à la minute, des conneries qu'on entendait déjà il y a des lustres, ça me rend agressif et je lâche tout. C'est mon côté soupe au lait, c'est trop tard pour moi, ça changera pas.

Maintenant, tu ne m'a pas l'air complètement lobotomisé non plus. Tu devrais comprendre que considérer un mouvement aussi significatif pour l'histoire du développement logiciel que le mouvement libre comme tu l'as fait, c'est tout aussi insultant. On ne récolte que ce qu'on sème.

Mon propos plus posé sera que, quand 90% de la population s'enferme pendant des décennies dans un écosystème où le bénéfice personnel passe avant toute forme d'éthique dans l'intérêt du public, c'est extrêmement difficile pour beaucoup d'enlever leurs œillères pour prendre au sérieux les 10% restants qualifiés de sectaires.

NB : il m'arrive aussi de me faire l'avocat du diable. Microsoft, c'est extrêmement compliqué à faire avec le merdier dont ils sont responsables.


#43

Si si, relit bien la prose de Radamanthe. Epique.

C’est bien le principe des solutions propriétaires de fournir plus de fonctionnalités que les solutions libres (en tout cas pour les grands groupes) : quelques milliards de dollars par an d’investissements en R&D (quelques dizaines pour Microsoft par ex.), cela aide bien.

Après, certains sont plus ouverts que d’autres (API, protocoles), c’est un fait.

L’intégration est facilité par une meilleure compatibilité. L’intégration entre eux des produits de Microsoft est meilleur que celle de produits concurrents créés par des développeurs différents, et même avec des protocoles ou des API ouverts. Ca ne veut pas dire que le libre est mauvais, juste que c’est un des avantages chez Microsoft, c’est tout.

Comparatif des fonctionnalités Open Office vs Microsoft Office : https://wiki.documentfoundation.org/Feature_Comparison:LibreOffice-_Microsoft_Office

Tout blanc ou tout noir?


#44

Tu tapes dans le mille, c'est ce qui fait vendre. Mais dès qu'il s'agit de respecter les libertés des clients, y'a plus personne.

En bureautique ou en sécurité informatique ? Les deux ? Rien de tout ça ?


#45

Ah ca, la liberté, quand tu vois le succès d’Apple, c’est sûr que ce n’est pas prioritaire pour le grand publique. De manière générale, les store d’applications sont une catastrophe pour la liberté.

Pour Microsoft, en sécurité aussi il y a beaucoup d’investissement ces dernières années. Mais c’est plus complexe pour eux que Linux, pour de multiples raisons, mais les principales sont le nombre d’utilisateurs (et par conséquence les attaques plus concentrées), ainsi que le nombre extrêmement important de compatibilité d’applications, de périphériques et de drivers de toutes sortes, mis à jours très souvent. Ce qui amène un nombre exponentiel de portes dérobées.

Linux et ces dérivées reste largement plus sécurisé pour le grand-public et pour la majorité des entreprises, c’est certain.

Pour la défense, il y a déjà leur réseau normalement complètement fermé. Pour l’OTAN, même les postes de travail utilisateurs internes sont coupés d’Internet, et le transfert de contenus doit se faire physiquement avec une clé usb entre les postes de travail et les serveurs, tout téléphone ou autre ordinateur connecté est interdit en salles serveurs. il y a quand même alors beaucoup moins de risques.


#46

Non, la principale raison est conceptuel associé à la compatibilité.

La "force" et la "faiblesse" d'un windows, par rapport à un systeme linux, c'est que windows a été pensé machine mono-poste / mono utilisateur et grand public.

Beaucoup de considération au niveau sécurité / droits sont de fait passé à la trappe, ce qui simplifie énormément l'utilisation pour le grand public, mais n'a pas le même niveau de droits (c'est même le but....). Les versions serveurs ont ces systèmes de droits, de GPO, etc.... eux. Sauf que voila, l’utilisateur lambda, et même pro, hors de son AD notamment, bah il se retrouve avec une machine "pensé" tout le monde a tous les droits, car c'est que lui qui va s'en servir.

En matière de sécurité, il en résulte une chose simple: sous linux, une personne peut très facilement pourrir sa session en faisant n'importe quoi, mais ça va être plus coton d'aller piocher ailleurs, de toucher au systeme. Sous windows, l'utilisateur admin par défaut, ça va être bien plus open bar (non pas à cause de faille de l'OS en lui même, mais de la conception / rôle de l'utilisateur, qui sert de vecteur d'attaque)


#47

C'est vrai aussi, mais ne pas mettre de côté le nombre de périphériques, qui est aussi un facteur d'insécurité majeur.


#48

Je pense que tout le monde ici a conscience que la position de l'armée est strictement pragmatique, bien peu technique et encore moins éthique.

Selon moi, il se trompe lourdement sur la durée et la fin du débat de fond. Ça ne remet sans doute pas en cause sa carrière que j'imagine bien remplie malgré ça.


#49

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.