Commentaires : Censure, fermeture de chaînes... : l'article 13 adopté par l'UE va-t-il changer YouTube ?

Europe
YouTube
long-format
droit-dauteur
union-européenne
Tags: #<Tag:0x00007f920c0d7168> #<Tag:0x00007f920c0d66c8> #<Tag:0x00007f920c0d6178> #<Tag:0x00007f920c0d6010> #<Tag:0x00007f920c0d5ed0>

#13

Bonjour @dev_tty oui, franchement oui, ça peut vraiment être grosse galère.

Tu fais une interview / mini-docu dans Paris.
Dans ce reportage, sur 52 minutes, une voiture passe dans la rue, on entend la musique de son autoradio au loin pendant quelques secondes.

Qui a bloqué puis accepté de monétiser la vidéo ?
Les ayant-droits du morceau de musique qui passait dans cette voiture qui est passé dans la rue quelques secondes…

Longue interview d’un médecin sur une terrasse du quartier latin.
Un moment on entend au loin quelques secondes une musique qu’un client dans le bar au fond a utilisé comme sonnerie sur son smartphone. C’est l’ayant-droit de cette musique des années 70/80 qui touche la monétisation de la vidéo.

Mais ce peuvent aussi être les diffuseurs, comme les chaînes de télévision.

Ils ont leurs vidéos sur Youtube des évènements sur lesquels il n’y a pas de droits. Mais comme leurs vidéos et la bande son entrent dans le système Youtube, si tu as filmé par exemple le même évènement, Youtube considère que c’est leur propriété.

Un exemple, tu es à une cérémonie officielle.
Tu filmes cette cérémonie avec le discours, la marseillaise etc …

Quelques mois après, tu la met en ligne.

Et bien elle n’est pas bloquée, mais tu auras une notification de droits sur Youtube, les ayant droits étant des chaînes de télévision françaises, allemandes et anglaises, et c’est eux qui bénéficieront d’une monétisation.

Et quand Youtube ne va pas dans ton sens, avec leur système de contestation à deux sous, ben tu te retrouves à envoyer des courriers, à négocier avec des ayant droit quelques-fois dans d’autres parties du monde. Et s’ils ne veulent pas céder, il ne te reste que le procès.

Ce qui arrive aussi, incidemment : tu fais une vidéo, il n’y a pas de musique, tu es seul détenteur de tous les droits.
Cette vidéo est diffusée par des chaînes de télévision, ou reprise par des groupes de presse qui la mettent sur leur Youtube.

Et bien pour Youtube, c’est eux qui ont les droits sur ta vidéo. Charge à toi là aussi de contester etc …


#14

Bonsoir @mmastoc

Il me semble que ce que tu pointes sont les méfaits des filtrages automatisés.

Est-ce qu’une production se ferait épingler pour un autoradio qui passe dans la rue ? Je ne le pense pas. Pour une sonnerie de téléphone intempestive ? Je ne le pense pas non plus. Ou peut-être quelqu’un dans la production veille au grain et fait couper le passage ou refaire la prise. Servitudes d’un métier qui manipule des media criblés de contraintes. De même qu’on doit flouter les gens qui n’ont pas donné une autorisation de paraître à l’écran.

De même, je ne pense pas qu’un ayant-droit humain confondrait ta production personnelle avec la sienne.

Si c’est pour dire que les filtrages automatisés sont - pour faire simple - une connerie, je ne te contredirai pas.


#15

Bonjour à tous et toutes,

Comme le dit @dev_tty, ce n’est pas compliqué de vérifier les droits avant d’utiliser du contenu. Faut prendre le temps de lire les licences ( que ça soit en anglais ou en français ) mais si les gens vérifient cela de la même façon qu’ils lisent les CGU de Facebook en effet c’est mal barré.

Moi je constate une chose, que cela soit sur Youtube ou Twitter dans mon cas : quand tu expliques que tu es pour cet article car tu en as assez de voir des gens voler ton contenu / ton travail ( ou ceux des autres d’ailleurs ) et qu’ils font de l’argent tout en ne respectant pas les droits d’auteur, et qu’après on te répond à ton argumentation que tu as du mépris, que tu n’es pas comme eux car tu as un avis contraire, voir qu’on supprime tes commentaires ( donc on te censure ) car tu n’es pas comme les abonnés, c’est qu’il y a un gros souci…


#16

RIP mes covers et mes nightcores :sob::sob:


#17

Malheureusement c’est déjà arrive de nombreuses fois, et les recours sont quasi impossibles, très compliqués et de toute façon prennent trop de temps pour être intéressants (qu’importe que la monétisation te revienne si c’est 2 mois après la publication, il n’y aura quasiment plus de vues).
Sans compter que si tu suis une application stricte du droit d’auteur, tu n’a en effet pas le droit de diffuser une interview avec un extrait de chanson en fond, même si elle est diffusée par l’autoradio d’un passant.

Du coup un tel système ne peut fonctionner équitablement sauf à interdire de mettre une œuvre soumise au droit d’auteur à portée d’un public n’ayant pas donné son accord… donc interdiction d’écouter de la musique en public, de montrer une œuvre en plein air, etc. Bref un merdier impossible.


#18

Un métier impossible qu’exercent pourtant des milliers de producteurs audio-visuels.

Le constat qu’on peut faire est que c’est un métier impossible à exercer en amateur. Médecin aussi est impossible à exercer en amateur.

L’accessibilité des moyens de production a peut-être faire croire que tout le monde pouvait faire de la télévision.

Allons plus loin et posons-nous la question : est-il souhaitable que tout le monde fasse de la télévision ?


#19

Médecin est une profession régulée, c’est un autre sujet

Quand aux producteurs qui le font bien, bah en fait non…
beaucoup à la tv reprennent des extraits, notamment de vidéos web (pour voir la situation “inverse” :wink: ) sans en obtenir le droit, et sans être inquiétés outre mesure.
Les interview dans la rue ne coupent pas le son lorsqu’on entend 3 notes venant d’une radio en fond, pas plus que les parodies ne se privent d’utiliser quelques éléments du matériau d’origine.
Pourquoi ? Car personne ne serait assez stupide pour râler pour ça, à part un algo qui n’existe pas pour la TV…


#20

Oui, le problème est le filtrage automatique. Et il arrive quand la production se massifie.

C’est comme la régulation des réseaux sociaux. On aimerait que seul le juge en limite l’usage. Mais devant la massification, on modère à la hache, avec la bénédiction des institutions et d’une partie de la population. Tu as plus de liberté sur un blog perso que sur Facebook.


#21

Alors je vous annonce que PERSONNE N’AURA DE CONTENU HORS-LIGNE SI YOUTUBE PAYE SES DROITS D’AUTEUR !!!
Tout le monde les paye : les clubs, les radios, les TV, les salles de spectacle, même votre épicier !!! Mais pas Youtube/Google, qui gagnent des milliards avec la pub? Wake up…
Avant d’enrôler leurs youtubeurs, ils ont dépensé 36 MILLIONS DE DOLLARS en lobbying à Bruxelles contre cette directive qui risque d’emputer leurs bénéfices. Mais en fait, ContentID fait très bien le job d’identification et la Sacem et autres société de droits peuvent très bien faire le reste. La vérité c’est que Google-Youtube ne veulent pas lâcher L’ARGENT ! Ah tiens, comme avec les impôts… Le reste n’est qu’illusion et lobbying. Il faut se réveiller… Cettte directive va dans le sens des Youtubeurs ET de la création !!!


#22

Je te re-balance du vieux au gout du jour … Numérama à son best, com’d’hab …


#23

la Sacem et autres société de droits peuvent très bien faire le reste

Lol parler de la Sacem en positif, j’aurais tout vu …


#24

Bah l’article a été voté aujourd’hui, je vois pas ou est le problème ?


#25

C’est très simple,il y a un autre article en // sur l’adoption ce jour.Nul n’est besoin de relancer un article de novembre 2018 avec des commentaires (plus ou moins appropriés, vu la date) sur un truc qui n’existait pas … Au pire ou au mieux, on ajoute un lien vers ce vieux topic dans le nouvel article.


#26

Reaction ancienne oui.
Sinon, le futur c’est «j’aurai tout vu » sans « s »…A moins que vous vouliez dire « j’aurais tout vu = je pourrais dire que j’ai tout vu si je comprenais comment vivent les compositeurs dont j’écoute la musique et les journalistes dont je lis les articles » tres bonne soiree


#27

c’est cela, oui …


#28

Perso je ne l ai vu remonter sur le forum que parce que tu as commenté.


#29

Quand je faisais des courts-métrages avec un ami, quelques années avant que tout le monde se prenne pour un cinéaste, je prenais bien soin de prendre des musiques libres de droit ou trop underground pour que ça emmerde quiconque.Sur le principe je ne suis donc pas contre le truc. Mais sur l’application ça risque effectivement d’être un beau bordel si leur algorithme agit de manière “brutale”. Et effectivement Google/Youtube est de bien mauvaise foi en expliquant juste la partie “négative” (pour lui surtout) de cet article 13 sans en évoquer les avantages.


#30

Pourquoi republier un article obsolète ? Car la directive a déjà été profondément remaniée sinon pour œuvrer en tant qu’idiote utile des Gafam ? Au passage, le filtrage à priori existe déjà sur YouTube. Une amie qui voulait poster une vidéo l’a expérimenté : la musique utilisée a bloqué la publication. On demande simplement aux hébergeurs de partager les milliards, engrangés avec les productions d’autrui, de partager le gâteau. C’est ce que font les radios et télés avec la rémunération équitable, ceci depuis des dizaines d’années. Avec le marquage numérique des œuvres, c’est maintenant encore plus facile qu’auparavant.


#31

En gros l article 13 c de la merde car YouTube va devenir une télé.


#32

En gros ça va rien changer vu que YT filtrait déjà les contenus copyrightés.