Commentaires : Alors que les réseaux sociaux luttent contre l'extrémisme, la Maison-Blanche lance un outil pour dénoncer la « censure »

censure
Facebook
Etats-Unis
Twitter
donald-trump
réseaux-sociaux
Tags: #<Tag:0x00007f920c71a278> #<Tag:0x00007f920c71a138> #<Tag:0x00007f920c719ff8> #<Tag:0x00007f920c719e90> #<Tag:0x00007f920c719d50> #<Tag:0x00007f920c719c10>

#14

La censure étatique n’est qu’une forme particulière de censure.

C’est avant tout un processus “social” au sein d’un groupe, qui peut même avoir lieu par soit même de façon inconsciente dans les pires cas.


#15

Non. C’est étatique. Rien n’empêche ces gens de s’exprimer.


#16

Le fait que ça peut être étatique ne veut pas dire que c’est forcement étatique (d’une manière générale, après, l’exemple plus haut est un cas spécifique)


#17

Si je monte un réseau social consacré aux amateurs de poissons rouges, tu prétends que je n’ai pas le droit de virer les mecs qui viennent pourrir le réseau avec des discussions sur la Porsche 911 ?

La censure est essentiellement étatique.
Sur un réseau social, cela s’appelle de la modération qui s’applique, notamment en fonction de la cible “éditoriale” du réseau et de son modèle économique. Si un réseau veut promouvoir le dialogue entre grand-parents et petits-enfants, il enlèvera toutes les messages relatifs au BDSM. Ce n’est pas choquant s’il veut continuer à vivre sur la cible qu’il a choisi.


#18

Je dirais plutôt qu’en fréquence / quantité, elle est surtout sociale, mais de façon insidieuse, vicieuse
Par contre, quand elle est étatique, c’est beaucoup plus visible et assumé (institutionnalisé justement).


#19

Tu dirais… Comme d’habitude, tu essayes de faire croire que ce que tu penses est ce qui est.

Et comme d’habitude, tu essayes de pervertir le sens des mots : le fait de vivre en société impose obligatoirement que l’on adopte des règles communes et consenties sur notre comportement, sur nos actes, sur nos paroles. C’et indispensable : on ne fait pas exactement ce que l’on à envie de faire, on ne dit pas exactement ce que l’on a envie de dire Appelle-çà pression sociale, vivre ensemble, cohésion de la société,…
Mais cela n’a rien à voir avec de la censure


#20

Sanctionner, écarter, mettre la pression, … aux membres d’un groupe qui ne respectent pas une morale sociale donnée, c’est justement la définition de la censure… Appelle ça comme tu veux, mais c’est bien une forme de censure, et la plus généralisée et vicieuse.

Sans censure, tu peux au contraire dire ce que tu veux (et les autres dire l’inverse si ça leur chante), tant que personne ne subie des pressions d’une façon ou d’une autre pour cela.


#21

Mais tu peux toujours dire ce que tu veux… facebook n’est même pas le seul réseau social… personne n’empêche personne de s’exprimer.


#22

C’est TA définition de la censure, ce n’est pas LA définition de la censure.
Mais comme tu es un être complètement asocial, tu ne peux pas le concevoir.

  • Académie française : Examen de livres, journaux, pièces de théâtre, films, lettres, etc., qu’ordonne un gouvernement, une autorité avant de permettre leur publication, leur représentation ou leur diffusion.

  • TLFI : Examen d’une doctrine, d’un écrit ou d’une activité par une autorité instituée à cet effet. Organes d’exécution de cet examen.
    Institution créée par une autorité, notamment gouvernementale, pour soumettre à un examen le contenu des différentes formes d’expression ou d’information avant d’en permettre la publication, la représentation ou la diffusion

  • Larousse : Examen préalable fait par l’autorité compétente sur les publications, émissions et spectacles destinés au public et qui aboutit à autoriser ou interdire leur diffusion totale ou partielle.

  • Encyclopoedia Universalis : Depuis la fin du Moyen Âge, on appelle « censure » une institution officielle qui, pour toute publication d’un écrit ou représentation d’un spectacle, délivre une autorisation préalable et peut exiger pour cela des modifications ou des suppressions de passages de l’œuvre.

Donc toutes ces définitions s’accordent pour dire que pour qu’il y ait censure, il faut 1) une autorité constituée (généralement officielle) et 2) un examen des écrits (paroles, films, pièces de théâtres)

La pression sociale et les règles commune de vie en société n’entrent donc pas dans le cadre de la censure, contrairement à ce que tu veux croire.

Tu n’as toujours pas compris que la langue est un moyen de communication : si tu ne donnes pas aux mots le même sens que le reste de la population, toute communication est impossible. Le mot censure a un sens précis. Quand tu l’emploies à contre-sens, tes propos ne veulent plus rien dire et deviennent au mieux incompréhensibles, au pire outranciers. Tout comme ces gens qui emploient “prise en otage” ou “dictature” pour tout et n’importe quoi : non, les grévistes de la SNCF ne prennent personne en otage et non la France n’est pas une dictature.:rage:


#23

C’est marrant que tu cites que les définitions qui vont dans ce sens, et pas les autres…
Ce sont des formes de censures, en effet, et des sens possibles, mais la langue se limite pas à ça.

Par exemple:

Action de critiquer, de façon le plus souvent sévère en émettant un blâme, la conduite ou les œuvres de quelqu’un.

SOCIOL. Blâme qu’un milieu social exerce sur ses membres quand ils ne se conforment pas aux règles morales ou aux valeurs admises dans le groupe, cette forme de censure pouvant aller jusqu’à l’exclusion des déviants (d’apr. BIROU 1966).

PSYCHANAL. (Selon Freud) mécanisme de contrôle analogue au refoulement qui empêche que certains désirs accèdent à la conscience, soit parce qu’ils menacent l’équilibre du sujet, soit parce qu’ils sont contraires aux interdits sociaux (d’apr. Psychol. 1969). La censure est un barrage psychique qui aboutit à un compromis, exige le remaniement, le déguisement des désirs refoulés (RICŒUR, Philos. de la volonté, 1949, p. 359).

Contrôle exercé par la direction d’un parti politique ou de tout autre groupement idéologique sur des publications ou déclarations publiques de ses membres.

etc…


#24

Parce que pour toi, les réseaux sociaux, c’est de la psychanalyse ?
Ou alors parce que l’opinion de Monsieur Alain Birou qui a écrit un livre en 1966 est à prendre comme parole d’évangile ?


#25

J’ai hâte qu’on ait éradiqué les fachos, les blancs, les hétéros et la masculinité, pour que le monde connaisse enfin une paix éternelle.


#26

En quoi la psychanalyse ne peut pas s’appliquer aux réseaux sociaux ? (d’ailleurs, à mon humble avis, beaucoup de ces usagers devraient consulter pour résoudre leur probleme d’égo, de narcissisme)


#27

Toujours aucune définition qui corresponde au fait de supprimer du contenu hors charte d’un site privé .


#28

Comme les usagers des forums de discussion qui n’existent que parce qu’ils sont dans la contradiction systématique et l’utilisation d’un vocabulaire qu’ils se sont eux-mêmes créés afin de tenter de faire coller la réalité à leurs convictions.


#29

Si je monte un réseau social consacré aux amateurs de poissons rouges, tu prétends que je n’ai pas le droit de virer les mecs qui viennent pourrir le réseau avec des discussions sur la Porsche 911 ?

Je ne crois pas que l’Élysée est sur Facebook ou tweeter pour discuter de poissons rouges.

Après comment traiter le cas des travaillistes en grande Bretagne qui sont alliés au hamas, qui est traité par certains pays comme groupe terroristes et alors que son leader actuel à été pris à dire des discours antisémites.
On a le même problème avec les démocrates ou certaines nouvelles stars se sont illustrées par des discours antisémites.
Comment traiter le cas de journaux aux USA qui dernièrement ont sortir des dessins antisémites.

Que l’on ait des règles, Ok. Mais alors on les appliques à tous de la même manière. C’est comme la net étiquette, ne faut il tolérer les insultes que de certains.

Enfin, c’est joli ces histoires de réseaux sociaux limités à un petit groupe pour ses idées. Mais comment traite on alors des problèmes d’effets bulles et de perte de contact avec la réalité comme on le voit avec les politiques ou les journalistes.

Frauda il que tout le monde soit écrivain pour pouvoir avoir accès au village parisien de l’édition et pouvoir toucher alors un secrétaire d’État qui écrit bcp sur son temps libre et pouvoir voir ses problèmes traités.


#30

Bah la définition “sociologique” notamment couvre quasiment toutes les entraves à la liberté d’expression, y compris le cas dont tu parles


#31

Non plus, aucune entrave à la liberté d’expression ici, ils sont toujours libres de s’exprimer.


#32

#33

Bonjour monsieur le redac’chef de l’Humanité. Je m’appelle @Chitzitoune et j’ai écrit une chronique sur sur le danger du communisme et pourquoi il ne faut pas voter pour le PCF.
Comment ça vous refusez de publier ma chronique dans votre journal ? C’est une atteinte à ma liberté d’expression, c’est de la censure, on m’empêche de m’exprimer