Commentaires : Accusé de tolérer le harcèlement homophobe, YouTube démonétise finalement la chaîne d'un youtubeur conservateur

YouTube
société
Tags: #<Tag:0x00007f92151e1500> #<Tag:0x00007f92151e13c0>

#1

YouTube a rétropédalé en moins de 24 heures après une immense tempête autour d’un youtubeur conservateur, Steven Crowder, dont la chaîne a finalement été démonétisée le jeudi 6 juin 2019. La veille, la plateforme vidéo de Google avait pourtant annoncé, comme nous le rapportions, que cette chaîne n’enfreignait pas ses règles, alors même qu’un journaliste américain gay avait montré dans une série de tweets le harcèlement ciblé, homophobe et raciste, dont il était victime depuis des années. Crowder vend des….

Par Marie Turcan
Revenir à l’article


#2

Ça va passer pour du troll, mais non en fait, j’ai souvent l’impression que ce fameux premier amendement aux USA, c’est un poison.

C’est un absolu, et tenter de réfléchir à comment l’ignorer, pour un américain, semble incroyablement difficile, lui cause moult revirements, comme s’il lui était impossible d’arriver à réfléchir correctement à ce qu’il veut lui, pour sa plate-forme.

Inutile de tomber dans le whataboutism, oui la Chine c’est mille fois pire, etcetera. N’empêche que, les US sont vraiment pénibles sur internet.
Facebook qui censurait les tétons mais refusait de supprimer les vidéos de décapitation (2013, googlez, ils ont cédé après avoir freiné des quatre fers, quand ça a fait durablement scandale), Youtube qui censure ou pas plouf plouf à ce stade… Dès qu’on sort du premier amendement, ils sont complètement paumés et incapables de se décider.


#3

Ce n’est pas tant d’écorner le 1er amendement que de quitter le statut douillet de plate-forme neutre, qui confère des avantages, pour celui d’éditeur de contenus, nettement plus exposé aux gnons.

Ça transparait dans l’audition de Zuckerberg devant le sénat où il refuse de répondre à la question en tournant autour du pot.


#4

Je me suis sans doute mal exprimé.

Ce que je voulais dire, c’est que le premier amendement a tellement formaté les esprits des américains que, dès qu’on sort de son cadre, ils sont complètement désarmés. Comme s’ils avaient besoin de réapprendre à réfléchir, et improvisaient comme des gros newbies.

Remarque, ça n’a pas aidé à bien s’exprimer que j’emploie le terme poison, sans doute, oui. Ça c’est subjectif, mais pour avoir pas mal parlé avec des gens sur internet et en IRL, j’ai remarqué une plus grande “toxicité” en moyenne, de la part des américains. Savoir que quoi qu’ils puissent dire, ils en ont le droit, ça semble leur ôter bien souvent ces limites qu’on s’impose nous-mêmes pour ne pas blesser inutilement les gens :confused:


#5

Nous pouvons leur faire profiter de notre grande expérience en matière de censure. Je vois déjà sur un autre article qu’ils nous ont piqué Gayssot. Les états-uniens vont goûter aux lois mémorielles.


#6

Là, en plus il y a une tentative de damage control pour ce truc qui a fait scandale, avec des interprétations peu claires des règles. Sans le scandale, le gars n’aurait pas été démonétisé.

En pratique, ça va lui donner un argument supplémentaire à base de justice populaire et de censure arbitraire de la plateforme sur demande de la foule. C’est jamais génial.


#7

SI tu connais des “règles claires” en matière de périmètre d’expression, fais-moi signe. C’est bien pour ça que ces affaires vont devant les tribunaux. Il est toujours nécessaire d’interpréter.

Le rappeur Nick Conrad a été condamné pour provocation au crime (ça coûte pas cher, 5000€, mais c’est le principe). Avant ce procès, personne n’était fondé à dire si c’était autorisé ou pas.

Après, on peut s’engager dans le débat “conditions d’utilisation versus loi”. Est-ce que Youtube (et les autres) est un espace privé. Ou est-il devenu l’ «arène publique». Les façons de les réguler sont différentes.


#8

On avait remarqué que YouTube donc Google , Twitter et autres grands groupes avaient un problème de liberté d’expression dès que ça concerne les conservateurs.
Par contre les discours et les vidéos qui les attaque voir qui demande violence quand ce n’est oa splus ont toujours sle droit de citer.
Les règles devraient être les mêmes pour tout le monde, soit on banni tout propos violent peu importe l’idéologie soit on laisse s’exprimer tout le monde.


#9

Justement, là ça n’est pas allé devant les tribunaux, c’est Youtube qui gère en mode “damage control”, parce qu’ils sont plus intéressés par leur image de marque que par une notion de justice.