Commentaires : 7 ans plus tard, Kim Dotcom abat ses dernières cartes pour échapper à l'extradition vers les USA

Justice
Etats-Unis
Piratage
MegaUpload
droit-dauteur
nouvelle-zélande
Tags: #<Tag:0x00007f9218a13e28> #<Tag:0x00007f9218a139a0> #<Tag:0x00007f9218a13428> #<Tag:0x00007f9218a130b8> #<Tag:0x00007f9218a12ca8> #<Tag:0x00007f9218a12b40>

#1

C’était le 12 janvier 2012. Au terme d’un spectaculaire raid des forces de l’ordre, Kim Dotcom se faisait interpeller, tout comme ses comparses. Dans la foulée, des noms de domaine étaient saisis, ainsi que d’importantes sommes d’argent. Le site MegaUpload, lui, disparaissait. Au même moment, les États-Unis révélaient l’acte d’accusation contre la tête pensante du site de partage de fichiers. Plus de sept ans après les faits, Kim Dotcom n’a pourtant toujours pas été jugé par la justice américaine. La….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

On emmerde pas Google quand des films piratés sont stockés sur google drive…


#3

Ce que je ne comprend pas c’est qu’il n’est pas américain donc pourquoi serait il extradé vers les Etats-Unis ?


#4

C’est là bas que les poursuites ont été engagées. Si le pays en face donne son feu vert, la personne est extradée.
A priori tout ne s’est pas passé comme prévu puisque ça fait 7 ans qu’ils sont dessus.


#5

Parce que si tu es français, que tu habites en Argentine et que la justice tunisienne te réclame pour te juger pour un délit commis sur son territoire, elle va faire une demande d’extradition.

Les tribunaux ne jugent pas que les citoyens d’un pays, elles jugent tous ceux qui ont commis un délit sur son sol en appliquant ses lois.


#6

Kim.com il a commis ses “crimes” sur le sol américain ??


#7

Gros mensonge comme d’hab. Si je me souviens bien il a surtout été condamné pour ses pratiques pecunieres pour encourager le partage.


#8

Il faut remettre les choses dans le contexte, la plateforme a été fermée peu de temps après que megaupload ait annoncée le déploiement d’une solution de gestion des droits DRM sur sa plateforme (techno française sur laquelle j’ai bossé - https://reflets.info/articles/une-entreprise-francaise-etait-en-negociation-avec-megaupload-pour-remunerer-les-auteurs) il y’a peu de documentation sur ce volet de l’histoire, la société n’existant plus.


#9

https://www.linformaticien.com/actualites/id/23406/le-francais-ubicmedia-etait-en-negociation-avec-megaupload-mise-a-jour.aspx


#10

Il y a eu des plaintes déposées devant des tribunaux américains pour la violation de lois américaines.
Dans les délits dématérialisés, la présence physique du présumé délinquant sur le territoire n’est plus une condition absolue : si des Français se font escroquer par un arnaqueur qui opère depuis un territoire étranger, ils porteront plainte en France.

pour s’en mettre plein les fouilles.

Avec bien entendu reversement des droits récoltés aux artistes concernés ? :joy:


#11

gros con ! il se marrie avec une ou un (si en plus gros pédé) néo zélandais, acquisition automatique de la nationalité et il n’est plus extradable : aucun pays n’extradant ses ressortissants vers un pays tiers.