Commentaires : 100 milliards d'euros : la clef pour faire émerger l'Europe face à la Chine et aux États-Unis ?

business
industrie
Entreprise
commission-européenn
union-européenne
Tags: #<Tag:0x00007f920c502530> #<Tag:0x00007f920c501bf8> #<Tag:0x00007f920c501400> #<Tag:0x00007f920c500a28> #<Tag:0x00007f920c500708>

#1

GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber), BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi)… la presse ne manque pas d’imagination (ni d’acronyme) lorsqu’il s’agit de nommer les poids lourds de la technologie. Le hic, c’est qu’aucune de ces entreprises n’est européenne : ce ne sont que des compagnies américaines ou chinoises. La conséquence de cette absence européenne parmi ces grands noms, c’est que le Vieux Continent n’est pour l’instant qu’une colonie numérique de la « Big Tech » étrangère. Dans ces….

Par Julien Lausson
Revenir à l’article


#2

c’est que le Vieux Continent n’est pour l’instant qu’une colonie numérique de la « Big Tech » étrangère

Je remplacerai “colonie” par “eldorado”.

la capitalisation boursière de certaines firmes américaines flirte autour des mille milliards de dollars,

La bourse hein, ça va ça vient. Et à chaque fois on perd.
Le schéma classique:
recherche (mixte cnrs etc. privé)
transfert vers le privé
revente pour quelques centaines de millions aux USA ou autres et tlm fait cocorico: plus gros montant mais en attendant l’entreprise n’est plus française…

S’il n’est pas encore acté, le principe d’un méga-fonds d’investissement paraît constituer l’unique voie possible pour faire émerger et soutenir des alternatives européennes aux autres géants de la tech.

Pas tout à fait, on peut aussi affaiblir la partie d’en face :stuck_out_tongue:
Ce fonds s’inscrit dans tout un plan pour contrecarrer les 2 autres.
On connaissait les amendes (pour X raisons) et le RGPD. Bientôt ce sera le règlement ePrivacy et fin 2020 le changement de statut des plateformes en ligne ("that would mandate that social networks and other online platforms have a “duty of care” for what is published on their sites. ")


#3

Avant de balancer encore plein d’argent si facilement acquis par les fenêtres, on a déjà vu ce qu’a donné ou donnera le cloud à la française, le google à la française et bientôt le netflix à la française.
On devrait peut être se demander pourquoi il n’y a rien chez nous ? Les européens ne sont pas si bêtes et ne manquent pas d’idées.
La priorité est sûrement plus à lever les barrières et difficultés que rencontrent nos entrepreneurs, plutôt que bombarder du pognon partout avec l’expertise dans l’investissement et la tech qu’on connait à la France et l’Europe.


#4

On devrait peut être se demander pourquoi il n’y a rien chez nous ?

Car on revend tout ce qui marche ?
Je grossis un peu mais pas tant que ça.

La priorité est sûrement plus à lever les barrières et difficultés que rencontrent nos entrepreneurs

Ou contrer les autres. On est pas obligé d’affaiblir les standards et de s’abaisser au niveau des autres.


#5

Contrairement à ce qu’on peut entendre régulièrement, il n’y a pas vraiment de barrières spécifiques qui empêchent les entreprises européennes de se développer. Surtout dans les domaines innovants où les entrepreneurs bénéficient d’exonération de charge et de crédit d’impôt (pouvant parfois même excéder le montant de l’impôt, le fisc verse alors de l’argent sur le compte de la société).

Le problème est plutôt une question de financement : les levées de fond qu’on a dans la tech européenne sont ridicules par rapport à celles des USA.

Dans la même logique, en dehors des entreprises revendues sous pavillon américain, toutes les entreprises européennes prometteuses (Deezer, Dailymotion, etc.) tendent à disparaître à cause d’erreurs de gestion : dès que l’entreprise devient un peu rentable, elle est rachetée par un plus gros qui coupe tous les investissements pour augmenter la rentabilité.


#6

au lieu de les mettre dans le réchauffement climatique, on met les milliards dans la tech… alors que si on continue à ne rien faire, il n’y aura plus d’êtres humains pour s’en servir! On marche sur la tête…