Commentaires : Comment Orange favorise son Cloud sans violer (directement) la neutral

orange
neutralitédunet
dropbox
googledrive
onedrive
hubic
Tags: #<Tag:0x00007f9211281f90> #<Tag:0x00007f9211281dd8> #<Tag:0x00007f9211281c70> #<Tag:0x00007f9211281b08> #<Tag:0x00007f9211281680> #<Tag:0x00007f9211281518>

#1


Parmi ses nombreuses annonces de ce mercredi matin, dont la sortie de la nouvelle Livebox Play, Orange a annoncé le lancement de son offre de Cloud grand public. Concurrent direct des services proposés par Dropbox, SkyDrive, et autres Google Drive, le Cloud d'Orange permet de sauvegarder tous ses contenus (photos, vidéos, carnet d'adresses, musiques, SMS, etc.) vers un serveur distant, et de synchroniser automatiquement tous les appareils reliés au même compte, qu'ils soient fixes ou mobiles.

Concrètement, le service qui sera lancé en décembre offrira 50 Go d'espace de stockage gratuit aux clients Orange, et même 100 Go à partir de février 2013 pour les clients fibre équipés d'une Livebox Play, ou pour les clients à la 4G d'Orange.

Mais on voit avec cette offre comment Orange veut concrétiser son ancien slogan publicitaire, qui affirmait qu'il y a "internet, et Internet par Orange". En effet, l'opérateur a précisé que ses clients aux offres mobiles pourront utiliser le Cloud d'Orange et ses 50 ou 100 Go sans que le volume de données échangées ne soit comptabilisé dans la limite de "fair use" autorisée. Au delà de cette limite, en principe justifiée par la nécessité de ne pas saturer l'utilisation des ondes qui sont en quantité disponible limitée, l'opérateur bride ou bloque l'accès à internet. Mais le Cloud d'Orange, parce qu'il ne s'agit pas stricto sensu d'un service sur internet (il s'agit en fait d'un service géré), n'est pas concerné par cette limitation.

Ainsi, les abonnés d'Orange qui utilisent Dropbox, SkyDrive, Google Drive et autres Hubic seront bridés s'ils utilisent "trop" leur service de cloud, alors que les utilisateurs du Cloud d'Orange ne subiront pas le moindre bridage. Orange avait déjà opté pour cette tactique de sape avec sa filiale Deezer, utilisable sans limitation de fair use sur certains forfaits Orange, mais elle est ici déployée sur une activité beaucoup plus centrale et hautement stratégique. Etre le fournisseur du cloud, c'est être celui qui fidélise l'abonné dont les appareils dépendent de ce cloud. Tous les coups sont permis.

Or toute la perversité juridique est qu'il ne s'agit pas ici d'une violation de la neutralité du net, puisque les services concurrents basés sur Internet ne sont pas bridés spécifiquement, mais subissent le bridage général qui s'active pour tout internet lorsque l'abonné a dépassé un certain volume de données (ce qui va très vite et ira d'autant plus vite que les usages de cloud s'intensifient). Le Cloud d'Orange n'étant pas basé sur internet - il n'est pas accessible aux abonnés de Free, SFR, etc. - mais fourni en tant que service géré, il ne subit pas le bridage. Les abonnés ont donc tout intérêt à utiliser le service de leur opérateur plutôt qu'un service concurrent. 

C'est tout le double discours des opérateurs télécoms, qui prétendent d'un côté défendre la neutralité du net, et qui de l'autre ne cessent d'ajouter des services gérés sur leurs boxs et désormais dans leurs forfaits mobiles. On a toujours le beau rôle à défendre la neutralité d'internet, lorsque l'on fait en sorte d'habituer et d'encourager l'abonné à utiliser autre chose qu'internet, de plus rapide, plus illimité, mieux intégré, etc.

Lire la suite


#2

Et le jour où l'utilisateur quitte Orange, il perd toutes ses données !

Voilà pourquoi il vaut mieux les héberger hors opérateurs, comme Google Drive etc...

Enfin, leur offre ne respecte pas la neutralité du net.

Ce principe explique peut-être en partie le désir de Google de devenir opérateur téléphonique...


#3

+1, c’est pour cela que je n’utilise que le minimum vital de leurs superbes services.
Pour pouvoir rester indépendant.


#4

C’est pour ça que j’utilise le cloud uniquement pour des données inutiles … et que les données importantes sont backupé.

Je prout le cloud, le principe est extraordinaire mais en pratique, c’est juste la galère, entre la perte de droits de ses données, le risque qu’elles disparaissent purement et simplement, etc…


#5

Si je laisse mes affaires dans le coffre de ma voiture puis que je l’envoie à la casse, c’est sur que je ne risque pas de récupérer grand chose…
Heureusement, je suis assez malin pour les sortir de là avant.

C’est pas le cas pour tout le monde il faut croire =/.

Oh et, t’aurais préféré qu’Orange dise “Attention, comme on veut respecter la neutralité, on vous offre 50Go, mais vous ne pouvez en utiliser que 3, fair use oblige !” ? C’est bougrement stupide.
Et si on considère ça comme un service/avantage client (ce que c’est), alors ça n’a strictement rien à voir avec la neutralité du net.


#6

Mise en contexte :

Orange est la marque phare du groupe France Télécom

France Telecom :
http://fr.wikipedia.org/wiki/France_Télécom
Actionnaires institutionnels : 64,3 %
État Français (dont FSI) : 26,94 %
Actionnaires individuels : 5,0 %
Salariés : 3,7 %
Auto-détention : 0,4 %

Il est du devoir des citoyens de chier à la gueule des détenteurs et décideurs de France Telecom,
qui mettons l’accent là dessus est censé être un service public servant l’intérêt général car fonctionnant à plus de 90% sous fonds et organismes “institutionnels” !!!


Détails de l"histoire…

Conseil d’administration (juillet 2011)[46[url=http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=France_T&eacute;l&eacute;com&amp;action=edit&amp;section=31]modifier]
Le conseil d’administration du groupe est composé de 15 membres :8 administrateurs élus par l’assemblée générale[modifier]
[list=square]
[]Stéphane Richard, PDG
[
]Bernard Dufau, ancien PDG d’[url=http://fr.wikipedia.org/wiki/IBM]IBM France
[]José-Luis Durán, ancien directeur général du groupe [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Carrefour]Carrefour, Président du Directoire de [url=http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Devanlay&amp;action=edit&amp;redlink=1]Devanlay
[
]Charles-Henri Filippi, président d’[url=http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Alfina&amp;action=edit&amp;redlink=1]Alfina ; ancien Président d’[url=http://fr.wikipedia.org/wiki/HSBC]HSBC France
[]Claudie Haigneré, présidente de la [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit&eacute;_des_Sciences_et_de_l’Industrie]Cité des Sciences et de l’Industrie
[
]Helle Kristoffersen, Directeur adjoint Stratégies et Intelligences économiques chez [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Total_(entreprise)]Total
[]Muriel Pénicaud, Directrice générale des ressources humaines du groupe [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Danone]Danone
[
]Jean-Michel Severino, Ancien Directeur général de l’[url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_fran&ccedil;aise_de_d&eacute;veloppement]Agence française de développement
[/list]

Anciens membres :
[list=square]
[]Henri Martre, président d’Honneur de la Société [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/A&eacute;rospatiale]Aérospatiale
[
]Marcel Roulet, président d’Honneur de France Télécom
[/list]
3 administrateurs représentant l’État[modifier]
[list=square]
[]Jean-Dominique Comolli, Directeur Général de l’[url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_des_Participations_de_l’&Eacute;tat]Agence des Participations de l’État
[
]Pierre Graff, Président Directeur Général d’[url=http://fr.wikipedia.org/wiki/A&eacute;roports_de_Paris]Aéroports de Paris
[*]Pascal Faure, Vice-Président du [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_g&eacute;n&eacute;ral_de_l’industrie,_de_l’&eacute;nergie_et_des_technologies]Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies
[/list]

Anciens membres :
[list=square]
[]Bruno Bézard, directeur général de l’Agence des participations de l’État
[
]Jacques de Larosière, conseiller à BNP Paribas
[]Henri Serres, vice-président du Conseil général des technologies de l’information
[/list]
3 administrateurs représentant les membres du personnel[modifier]
[list=square]
[
]Caroline Angeli, pilote de réseaux d’entreprises dans un centre services clients à Paris Bercy
[]Ghislaine Coinaud, collaboratrice au sein de la division fonctions support
[
]Daniel Guillot, Directeur des relations avec les collectivités locales du département de l’Ain
[/list]

Anciens membres :
[list=square]
[]Hélène Adam
[
]René Bernardi
[]Jean-Michel Gaveau
[/list]
1 administrateur représentant les membres du personnel actionnaires[modifier]
[list=square]
[
]Marc Maouche
[/list]

Ancien membre :
[list=square]
[]Stéphane Tierce
[/list]
Représentant du comité central d’entreprise[modifier]
[list=square]
[
]Thierry Franchi
[/list]

Ancien membre :
[list=square]
[]Jean-Paul Gristi
[/list]
Secrétaire du conseil d’administration[modifier]
[list=square]
[
]Jean-Philippe Roulet
[/list]

Anciennement :
[list=square]
[]Henri de Joux
[/list]
Direction[modifier]
La direction est composée de (novembre 201147):
[list=square]
[
]Stéphane Richard, Président Directeur Général
[]Pierre Louette, Directeur Exécutif, Secrétariat Général du groupe
[
]Gervais Pellissier, Directeur général délégué, en charge des Finances et des Systèmes d’Information
[]Jean-Philippe Vanot, Directeur Général Adjoint, Qualité, Responsabilité Sociale d’Entreprise
[
]Christine Albanel, Directrice Exécutive, Communication, Mécénat, Stratégie dans les Contenus
[]Vivek Badrinath, Directeur Exécutif, Services de Communication Entreprises
[
]Bruno Mettling, Directeur Exécutif, Ressources Humaines Groupe
[]Thierry Bonhomme, Directeur Exécutif, Réseaux et Opérateurs, Recherche et Développement
[
]Jean-Paul Cottet, Directeur Exécutif, Marketing et Innovation
[]Delphine Ernotte-Cunci, Directrice Exécutive, Orange France
[
]Marc Rennard, Directeur Exécutif, Opérations en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie
[]Benoît Scheen, Directeur Exécutif, Opérations en Europe (hors France), Achats
[
]Elie Girard, Directeur Exécutif, Stratégie et Développement Groupe
[/list]


#7

Si le cloud n’est pas du net, comment le considérer comme sujet au principe de neutralité du net?

Je veux dire, la neutralité du net à pour but d’assurer une liberté de diffusion de l’information et des contenus sur internet, quel que soit la source, la destination, ou le contenu (bel idéal, mais sur le papier seulement^^).
Or le cloud, c’est du contenu perso (donc pas à vocation de circuler), de moi à moi (moi-maison à moi-mes contenus hébergés), ce qui sort entièrement du scope à protéger par la neutralité du net.

Après, quand il s’agira de partager certains de ces contenu avec d’autre, on entre alors sur le réseau internet, et là l’absence de limitation devrait jouer (par exemple des échange avec des clients DB ou GooDrive), sans quoi le principe est violé.

Et le jour où l’utilisateur quitte Orange, il perd toutes ses données !
Pas nécessairement. Pour le moment, l’offre ne concerne que ses clients téléphone-internet-mobile) avec inclusion du prix du cloud dans le prix total, mais rien n’empêche qu’une offre détachée apparaisse pour attirer de nouveau client, ou maintenir certains client partant qui ne garderaient que l’offre Cloud (genre 4-5€ par mois).


#8

aucun rapport.

Ton cloud de 50 Go, tu peux t'y connecter par wifi également.
Sans compter que tes 3 Go de Fairuse, c'est par mois.


#9

Et? à part un copié collé qui subira plusieurs évitements (TLDR), quel est ton propos (à part l’injure)?
FT n’est plus qu’un simple service public? c’est pas nouveau.
Il fait du commerce annexe? Idem
Il garde une fesse sur la chaise “publique” ? encore heureux. Il est sous contrôle étroit par rapport aux autres opérateurs.

Donc, et alors?


#10

Hein ? T'as lu l'article ou bien ?
On parle uniquement de l'offre mobile, qui ne bride pas le service Orange, alors qu'il bride tout le reste une fois la limite de fair use atteinte.

Si Orange bridait son propre service, ça serait complètement débile et la soi-disant "neutralité du web" aurait bon dos à freiner ce genre d'offres, autant chez Orange que chez n'importe quel concurrent... Faut réfléchir deux seconde avant de gueuler.

C'est un simple service client de stockage de données non comptabilisées dans la limite de fair use de l'offre mobile, c'est tout. Rien à voir avec la neutralité du web...


#11

Y en a bien qui gueule quand Google ose preferer mettre en avant ses services aux detriments des autres (alors que, c'est juste que l'utilisateur est trop co... paresseux pour aller voir autre part.

Là c'est pareil voir pire.


#12

La question de Google se pose car ils sont en situation monopolistique dans certains pays et, dès lors, il devient nécessaire de faire intervenir certaines règles pour assurer une concurrence loyale avec les autres services du marché.
Mais, encore une fois, ça n’a rien à voir avec la neutralité du net, ce n’est qu’une histoire de concurrence qu’il faut équilibrer.

Ici, qu’une entreprise décide de ne pas décompter l’utilisation de son service de stockage sur son offre mobile n’a aucun rapport avec la neutralité du net.

Sinon ça veut dire qu’il faut aussi inclure des cas comme Free qui bride les gens qui téléchargent sur leur plateforme dl.free alors qu’ils ne sont pas leurs clients.
Pourtant, tout le monde trouve ça normal.

Aussi, ça voudrait dire qu’on considère les services de stockage privés en cloud comme faisant partie intégrante d’Internet. Or, c’est hautement sujet à débat, et je rejoins personnellement l’avis de Shin-55 sur la question, qui dit que non, un service de stockage privé n’est pas à soumettre aux mêmes règles que “l’internet ouvert”.


#13


#14

la neutralité du net à pour but d’assurer une liberté de diffusion de l’information et des contenus sur internet, quel que soit la source, la destination, ou le contenu (bel idéal, mais sur le papier seulement).Or le cloud, c’est du contenu perso (donc pas à vocation de circuler), de moi à moi (moi-maison à moi-mes contenus hébergés), ce qui sort entièrement du scope à protéger par la neutralité du net.

A part que tu n’y connais rien , le smilley represente bien ton style
la neutralité s’applique sur le traitement du transfert (tous au meme niveau de diffusion) et rien d’autre.
la tu parle de filtrage. Et d’apres toi , c’est quoi le “cloud” comme tu dit ? tu pense que le transfert ce fait par magie ? un trou de ver qui arrive pile poil chez toi ?

Enfin les neuneu qui pose des fichiers personnel ou important sur ces serveur sont juste des nobrain
et il recevront leur dû, le jour ou ces boite a meumeu leur mettrons une carotte dans le fondement …


#15

J'ai une assez bonne vision de ce qu'est du cloud, et bizarrement, c'est pas "nécessairement" lié à internet. Après, je te rend la pareil: comment définis tu internet? Mais en tout cas, si le cloud orange n'est relié qu'entre ton mobile/tablette et leur serveur "cloud", c'est pas un réseau relié à internet (en tout cas pas nécessairement) donc la neutralité n'a pas raison d'être dans ce schéma.

En attendant, comment tu appelles la mise en place d'un système de limitation du transfert de donné si ce n'est un moyen de filtrage ? J'ai certainement pas un jargon techniquement pur, mais je sais encore raisonner. Pour limiter, faut regarder le contenu, ou la taille, et dire stop dès que ça dépasse/sort de ce qu'on autorise, donc forme de filtre. Remplace par "entonnoir" si ça te plais mieux (vu que l'entonnoir à aussi un rôle de filtre)

Enfin, les neuneux qui posent des fichiers personnels sur ces serveurs sont des personnes qui font confiances à ce système, de la même façon que les neuneus dont on fait tous partie déposent de l'argent sur un compte en banque (les vrais gens intelligents utilisent une tirelire et n'acceptent que de se faire payer en fraiche, évidemment).
ça ne devrait pas être à eux de se poser la question de "qu'est ce qui se passe si...?"

Tout le monde ne peut pas se constituer son cloud privé, s'acheter un énorme DD de stockage, etc... mais c'est bien d'adopté ce comportement puant envers la grande majorité du monde qui t"entoure. ça te grandis vraiment.


#16

je te signale que les “actionnaires institutionnels” ce sont les banques, les compagnies d’assurance, etc…, donc essentiellement du prive, et du coup ta diatribe…


#17

Personnellement je suis peu à l’aise avec le terme de “service géré”, mais je comprend le raisonnement.
Toutefois, il me semble bien que le Cloud “nouvelle mouture” correspond bien à ce que tu décris comme un service géré pour ce qui est du dialogue mobile-serveur, quand bien même, par ailleurs tu peux y accéder par leur site.

Non, la neutralité du net s’applique justement à toute application sans distinction. Il n’est pas nécessaire qu’il y ait publication de contenu. Internet, ce n’est pas que le web.
Je suis d’accord, mais elle ne s’applique qu’à internet. Un service personnalisé d’ASP ou de SaaS pour un particulier (comme pour un pro) ne me semble pas être compris dans le terme internet, donc pas soumis au même principe.


#18

tu ne comprend meme pas le principe d'un traitement egalitaire , je vais pas continuer la-dessus.
mais evite de raconter n'importe quoi.

faut lire les contract de ces cloud , tu perd les droits de ce que tu depose, d'ou l'importance de les chiffrer deja, le risque de perd tous les fichier deposer, dans ma banque les sommes deposer reste ma propriete et au cas ou elle sont assurer par l'etat ton exemple est plutot foireux.


#19

Dans ce cas , leur cloud , n'est accessible que et uniquement par un relai direct orange
tu ne peu pas y avoir acces de l'exterieur (en voyage , autre ISP ou reseau mobile)


#20

Bah précise au lieu de buter. parce que tout le monde peut jouer à ce petit jeu...

Le principe d'une comparaison, c'est justement d'élargir l'explication à qq chose d'approchant, sans que ça soit la même chose. Mais malgré ça je pense que tu as compris ce que je pointait.

J'ai bien lu ces contrats, et je sais bien qu'il existe des clauses aberrantes (d'où le fait que moi non plus je ne met rien d'essentiel dessus, sans sauvegarde perso) mais il n’empêche qu'en principe ce n'est pas à eux d'aller comprendre comment tout ça fonctionne. Le gars nul en méca à quand même le droit d'acheter une voiture ou c'est aussi un nobrain ?(oups désolé une autre comparaison).

Honnêtement, les considérations techniques me passe un peu au dessus. Je sais juste que pour les services de cloud, en parallèle d'internet, bah... il n'ont pas à être couvert par ce principe de neutralité. Plus précisément, on ne va pas imposer des restrictions pour ce service sous prétexte que la neutralité est mal respecté sur internet