Commentaires : Comment GitHub contribue à l'essor du développement en open source

londres
opensource
github
développementweb
Tags: #<Tag:0x00007f3d360b4da0> #<Tag:0x00007f3d360b4b48> #<Tag:0x00007f3d360b48c8> #<Tag:0x00007f3d360b45d0>

#1

21 millions de développeurs web qui travaillent sur pas moins de 59 millions de projets : c’est sur ces chiffres impressionnants que s’est ouvert, le 22 mai 2017, la GitHub Satellite à Londres. Chris Hamstrath, le CEO de la plateforme de développement de logiciels en open source, accompagné de son équipe, est venu présenter aux membres de GitHub, au public et à la presse, les réalisations et les futures perspectives du site lancé en 2008. En 9 ans, GitHub a contribué à bousculer…. Publié sur http://www.numerama.com/tech/260469-comment-github-contribue-a-lessor-du-developpement-en-open-source.html par Nelly Lesage


#2

Réduire le développement au web… ça pourrait en vexer.

La centralisation de Github a ses avantages (facilité d’accès en tant que contributeur, on y a bien souvent déjà un compte, vitrine, écosystème riche) mais pose certaines questions pour le logiciel libre. Il est de bon ton d’évoquer aussi la jurisprudence SourceForge (même si ça a été repris l’année dernière et que les nouveaux propriétaires essaient de corriger le cap).


#3

Je crois qu’on confond GitHub et git.

GitHub est un service, certes très commode, d’hébergement de gits. Certains projets ne font que recopier leur git ‘canonique’, hébergé sur leurs propres machines, sur GitHub. Pas plus git que GitHub n’apportent la démocratie. Ils la permettent, peut-être. C’est dans leur nature de gestion distribuée des sources.

Derrière le repo, l’organisation est ce qu’elle veut être. Et tout ne se fait pas sur GitHub, bien loin de là. Un projet typique a son wiki, son bug tracker, ses mail lists, ses canaux irc, ses automates de compil et de test. Il y a tout un processus de soumission, discussion, amendement qui se déroule en amont du git. Et on ne va jamais sur le site web. Tout se fait via la commande git.

Cette ode à GitHub m’apparaît bien exagérée.


#4

En étant soit-même closed source !
“Faites ce que je dis, pas ce que je fais”.

Par rapport au mainteneur je rejoins @dev_tty en indiquant que ce modèle est celui (entre autre) utilisé dans le noyau Linux et que le noyau n’a pas attendu github pour l’adopter. C’est d’ailleurs même plutôt le contraire puisque le logiciel git a été écrit par Linus Torvalds suite à “des problèmes d’hébergement du code du noyau” et donc git est bien entendu antérieur à github.

Personnellement à github je préfère gitlab qui lui est en partie open source (modèle open core).


#5

Ha bon y a encore des gens qui font du logiciel ? Sans embarquer de techno web ? Ca représente quoi ? 5% ?


#6

C’est une forge logicielle.

Prenons le projet du langage go :

Tu résumes une forge à son système de gestion de versions de code…

Quand je lis développeur web, je comprends frontend, d’où ma remarque.

Soit dit en passant, je trouve ça très bien que Numerama couvre cet événement, mais j’aurais peut-être préféré quelqu’un de plus technique par contre.


Commentaires : Équipe renforcée, Stuff We Like & publicité internalisée : votre rentrée sur Numerama
#7

C’est toi qui réduit le dév web au frontend pour le coup. De nos jours le dev web atteint et dépasse même largement le dev “logiciel” en terme de complexité, représentativité ou compétences techniques.


#8

De manière très courante, pourtant, c’est bien le sens dont parle @liolfil qui est utilisé professionnellement.

Sur des projets “importants”, le backend, c’est pas du “développement web”, c’est du développement logiciel, qui tourne sur des serveurs. Va dire à un gars qui bosse sur ce genre de choses qu’il est un développeur web, il va t’en coller une :smiley: (d’ailleurs l’accès web n’est souvent qu’une partie des connexions possibles à l’application)

De l’autre coté, va donc demander à un “developpeur web” de faire quelques modules / extension pour l’IPBX basé sur asterix, il va se tirer une balle :smiley:


#9

Mince faut que j’arrête de dire que je fais du dev web quand je fais du dev spécifique sur SolR alors ?

Parce que bon, les dev de l’IPBX c’est pas tous les jours (bon ok quand ça merde c’est tous les jours pendant un moment).Et encore, sur asterix tu peux dev des modules même en PHP, il lui faudra quelques temps de découverte de l’API certes mais un dev web de base devrait y arriver (s’il est pas trop mauvais).


#10

J’ai pris cet exemple car justement, c’est technologiquement proche (t’as du PHP, Python , …, du serveur web, de la base de donnée,…) Sauf que voila, niveau développement, ça n’a rien à voir avec du “web” (comprendre, un site internet)

Le coté web, il sert de support, mais c’est pas le cœur du développement (et d’ailleurs, l’utilisateur va taper dedans via de multiples points d’entrées, pas seulement un navigateur web, ça peut être via une API, via un téléphone, etc…)

Le langage n’est qu’un outil, un support. Les compétences d’un développeur se limite pas au langage qu’il connait, c’est beaucoup plus large. Tout comme tu peux utiliser du C pour faire un site web, une application bureautique ou un automate industriel. Et pourtant, ça sera plutôt 3 profils très différents de personnes. Le gars qui connait le langage appliqué sur l’un des sujets, il ne connait absolument rien des autres en pratique.


#11

Bien sûr que les compétences d'un développeur ne se limitent pas au langage,tout comme les développement web ne se limitent pas à développer des sites internet.
On utilise certainement mal le mot oui, et clairement tout ce qui est embarqué / info industrielle ça n'a rien à voir, mais entre le logiciel bureautique et le web il n'y a aucune différence, enfin si, la bureautique est comprise dans le web de nos jours, c'est un sous ensemble.