Commentaires : C'est la journée mondiale contre les DRM

drm
april
dadvsi
Tags: #<Tag:0x00007f921215fa58> #<Tag:0x00007f921215f738> #<Tag:0x00007f921215f350>

#1
 Soucieux de garder le contrôle des œuvres désormais dématérialisées, les ayants droit ont fait appel très tôt à des mesures techniques de protection (DRM) afin de réguler l'utilisation qui est faite de ces œuvres dans l'espace numérique. Mais pour leurs contradicteurs, il s'agit d'abord de verrous qui empêchent les utilisateurs de jouir pleinement de leurs fichiers, souvent acquis légalement par ailleurs.

C'est pour cette raison qu'une journée internationale contre les DRM est organisée depuis plusieurs années, le 4 mai, pour informer les internautes des effets néfastes de ces mesures techniques de protection. L'APRIL, qui s'évertue à promouvoir le logiciel libre, explique que ces outils "empêchent des usages légitimes sur les contenus numériques".

"Ces DRM sont présents sur de nombreux fichiers comme une partie de la musique en ligne, certains livres numériques mais aussi sur les supports physiques comme les DVD et les Blu-Ray pour la vidéo. Ils encodent le contenu de manière à le rendre illisible pour qui n'a pas la clé numérique pour le décoder. Les DRM ont pour principal objectif d'établir un contrôle de l'usage dans le cercle privé, jusqu'ici impossible à mettre en œuvre".

Les mesures techniques de protection des oeuvres ont connu leur heure de gloire en France lors des débats sur la loi DADVSI (Droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information), en 2006). Des dispositions pénales contre le contournement des DRM ont été décidées, mais celles-ci n'ont jamais été prononcées devant les tribunaux.

En 2010, le législateur a publié le décret sur la régulation des mesures techniques de protection, suite à la dissolution de l'Autorité de régulation des mesures techniques (ARMT) et du transfert de ses compétences à la Hadopi. Et c'est dans ce contexte que VideoLAN, éditeur du lecteur multimédia VLC, l'a saisie pour obtenir le droit de lire des Blu-Ray sous DRM.

L'April, qui participe activement à la journée du 4 mai, a joué un rôle considérable dans la lutte contre les DRM. C'est l'association qui avait saisi le Conseil d'Etat après l'adoption de la loi DADVSI. Une saisine judicieuse, puisqu'elle a abouti à une victoire majeure en assurant le bénéfice de l'exception de décompilation, permettant aux développeurs de contourner les DRM pour des besoins d'interopérabilité.

 Le juge administratif a ainsi "consacré le droit de créer et d'utiliser un logiciel libre pour lire des contenus protégés par DRM", a ainsi analysé l'April,<br /><br />[Lire la suite](/magazine/22518-c-est-la-journee-mondiale-contre-les-drm.html)

#2

Pourquoi seulement " LA journée mondiale contre les DRM " ? :non:

Chez moi . . . c’est " TOUS LES JOURS " ! ! ! :biggrinthumb:


#3

[quote name='Obelixator' date='04/05/2012 - 09:26' timestamp='1336116398' post='1480441']Pourquoi seulement " LA journée mondiale contre les DRM " ? :non:

Chez moi . . . c'est " TOUS LES JOURS " ! ! ! :biggrinthumb:[/quote]

C'est pas faux, la dernière fois je voulais regarder American Pie que j'ai en DVD, je le mets dans le lecteur dvd de mon pc, on me demande d'installer un logiciel pour pouvoir lire sur PC, ça m'a gavé, j'ai dl en dvix, au moins j'ai pas ce problème là.


#4

[quote name=‘Obelixator’ date=‘04/05/2012 - 09:26’ timestamp=‘1336116398’ post=‘1480441’]Pourquoi seulement " LA journée mondiale contre les DRM " ? :non:

Chez moi . . . c’est " TOUS LES JOURS " ! ! ! :biggrinthumb:[/quote]
Parce qu’une journée mondiale vaut plus que toute tes journées ;)


#5

Tiens, une question : Le tatouage numérique est il un "DRM" ? et est il plus ou moins néfaste que les DRM purs et durs ? Quelle est la position officielle de l'APRIL là dessus ? Une idée ?


#6

[quote name="sum02" date="04/05/2012 - 09:39" timestamp="1336117187" post="1480450"]

C'est pas faux, la dernière fois je voulais regarder American Pie que j'ai en DVD, je le mets dans le lecteur dvd de mon pc, on me demande d'installer un logiciel pour pouvoir lire sur PC, ça m'a gavé, j'ai dl en dvix, au moins j'ai pas ce problème là.
[/quote]
Ca devait être une protection anti-films-moisis.


#7

Le tatouage numérique (ou Watermarking) n’est qu’un “simple” marquage indélébile et invisible à l’oeil nu : il ne restreint pas les usages, et à ce titre, je n’ai rien contre :jap: (à priori ^^)


#8

[quote name="Zukrr" date="04/05/2012 - 09:44" timestamp="1336117477" post="1480452"]
[quote name="Obelixator" date="04/05/2012 - 09:26" timestamp="1336116398" post="1480441"]Pourquoi seulement " LA journée mondiale contre les DRM " ?

Chez moi . . . c'est " TOUS LES JOURS " ! ! !
[/quote]
Parce qu'une journée mondiale vaut plus que toute tes journées
[/quote]
Je sous-entendais qu'il faudrait que ce soit mondialement le cas pour avoir un effet dissuasif pour les éditeurs de contenu numériques :jap:


#9

[quote name=‘sum02’ date=‘04/05/2012 - 09:39’ timestamp=‘1336117187’ post=‘1480450’][quote name=‘Obelixator’ date=‘04/05/2012 - 09:26’ timestamp=‘1336116398’ post=‘1480441’]Pourquoi seulement " LA journée mondiale contre les DRM " ? :non:

Chez moi . . . c’est " TOUS LES JOURS " ! ! ! :biggrinthumb:[/quote]

C’est pas faux, la dernière fois je voulais regarder American Pie que j’ai en DVD, je le mets dans le lecteur dvd de mon pc, on me demande d’installer un logiciel pour pouvoir lire sur PC, ça m’a gavé, j’ai dl en dvix, au moins j’ai pas ce problème là.[/quote]

Dans ce cas-là, les DRM sont une mesure de salubrité publique. Vive les DRM qui empêchent de regarder les merdes.


#10

[quote name='sum02' date='04/05/2012 - 09:39' timestamp='1336117187' post='1480450'][quote name='Obelixator' date='04/05/2012 - 09:26' timestamp='1336116398' post='1480441']Pourquoi seulement " LA journée mondiale contre les DRM " ? :non:

Chez moi . . . c'est " TOUS LES JOURS " ! ! ! :biggrinthumb:[/quote]

C'est pas faux, la dernière fois je voulais regarder American Pie que j'ai en DVD, je le mets dans le lecteur dvd de mon pc, on me demande d'installer un logiciel pour pouvoir lire sur PC, ça m'a gavé, j'ai dl en dvix, au moins j'ai pas ce problème là.[/quote]
Les DRM ne sont PAS LA POUR PROTEGER un contenu mais POUR IMPOSER UN MODE DE FONCTIONNEMENT.
Les fournisseurs de contenus savent très bien qu'il est facile de copier ne serait-ce qu'en filmant un écran et en effectuant une copie sonore à partir des sorties d'enceinte. C'est lourd mais il suffit qu'un le fasse pour en faire profiter des millions de gens.
Ce qu'il ne veulent pas AVANT TOUTE CHOSE c'est d'ignorer qui figure dans la chaîne de valeur afin de faire payer chaque niveau et de récolter le flouz.
La copie n'engendre que très peu de perte de valeur et ILS le savent bien : celui qui copie n'est pas disposé à acheter de toutes les manières.
C'est la même histoire que le terrorisme.
Le terrorisme actuel (il y en a moins que dans les années 70) est un prétexte pour faire peur et justifier une perte progressive de nos droits fondamentaux : liberté d'expression, de mouvement et d'échanges.
Ici c'est pareil : la copie est le mal incarné car une copie = une vente ratée et donc des artistes non rémunérés.
Mais ils ne sont de toutes les manières PAS rémunérés (voir l'absence de reversement dans le cadre d'une exploitation numérique, l'absence total d'effet de la halte au pis sur la rémunération des artistes).
Le malheur de ces pauvres petits artistes c'est le terrorisme : un prétexte pour faire avaler aux politiques la nécessité de prendre des mesures. Mesures qui ne visent qu'une seule chose : renforcer encore plus le bilan des intermédiaires de la production culturelle (sic).
db


#11

Et c’est aussi la journée mondiale des Jedi !

May the 4th !


#12

[quote name='kypd' date='04/05/2012 - 11:48' timestamp='1336124884' post='1480509']Et c'est aussi la journée mondiale des Jedi !

May the 4th ![/quote]

Ah je croyais que c'était le 25 mai... C'est pas juste pour le jeu de mot aujourd'hui ?


#13

[quote name=‘kypd’ date=‘04/05/2012 - 11:48’ timestamp=‘1336124884’ post=‘1480509’]Et c’est aussi la journée mondiale des Jedi !

May the 4th ![/quote]Be with you.


#14

Les fournisseurs de contenus savent très bien qu’il est facile de copier ne serait-ce qu’en filmant un écran et en effectuant une copie sonore à partir des sorties d’enceinte. C’est lourd mais il suffit qu’un le fasse pour en faire profiter des millions de gens.

C’est sûr que si tu veux un truc flou, tremblotant, mal cadré et inaudible, rien ne pourra jamais rien contre toi.

La copie n’engendre que très peu de perte de valeur et ILS le savent bien : celui qui copie n’est pas disposé à acheter de toutes les manières.

Argument stupide : entre proposer un truc gratuit et un truc payant, c’est certain que la plupart vont prendre le gratuit. Mais si le gratuit n’est plus disponible, il est complètement faux de dire que personne n’achètera le payant.

Tu ne prends pas en compte non plus l’effet d’échelle : entre copier un CD et en passer la copie à 3 potes et ta petite soeur et copier un CD et le mettre à la disposition d’un milliard d’utilisateurs potentiels, il y a une légère différence.

Enfin, il y a un truc que je ne comprends pas : quel est l’intérêt à priver les artistes que tu aimes de revenus légitimes ? Tu voles ceux que tu aimes, c’est un peu con comme attitude, non ? (ah oui, j’oubliais : il ne faut pas dire voler pour prendre sans payer ce qui est normalement payant).
A moins que tu ne pirates que les artistes que tu n’aimes pas. Ce qui est encore plus con : à quoi bon perdre son temps avec des mecs que tu n’aimes pas.

Soutenez les artistes que vous aimez et considérez qu’ils sont suffisamment adultes pour décider EUX-MEME la manière dont ils veulent distribuer leurs oeuvres.


#15

Argument stupide : entre proposer un truc gratuit et un truc payant, c’est certain que la plupart vont prendre le gratuit. Mais si le gratuit n’est plus disponible, il est complètement faux de dire que personne n’achètera le payant.

La question n’est pas là : ce produit “devrait-il” être payant ?
Est-il juste de vouloir faire payer “à l’infini” un produit duplicable “à l’infini” : c’est la génération spontanée de pognon.
.
Si le petit fils du maçon qui a construit ta maison vient sonner chez toi pour te demander des “droits d’auteur” parce que son grand père est mort depuis moins de 70 ans, tu vas lui claquer la porte au nez.
.
Et ne viens pas dire que le maçon n’est pas un “artiste” parce que l’architecte est incontestablement un artiste, et il ne réclame pas des droits aux locataires. Il ne met pas un DRM sur la porte d’entrée pour te faire payer chaque fois où tu veux rentrer chez toi.
.
Que le travail de l’artiste doive être rémunéré c’est évident : mais à sa juste valeur et une seule fois pour le travail fourni.
Qu’il garde une “paternité” totale sur l’oeuvre c’est aussi évident.
.
Mais “l’objet numérique” est un objet comme les autres, et rien ni personne n’est autorisé à poser des verrous sur un objet qui m’appartient, et surtout de m’empêcher de les faire sauter si j’en ai envie (et la capacité de le faire) à partir du moment où j’ai fait l’acquisition de l’objet.
Si j’achète un meuble dont la couleur ne me plait plus, je peux le repeindre sans que le designer ne vienne me faire un procès pour avoir modifié sa création. C’est MON meuble, j’en fais ce que je veux, et si je veux jouer à bernard Palissy c’est mon droit. Si il ne rentre pas dans ma chambre je peux le couper pour l’adapter à mes besoins.
Si j’achète un CD et que l’installation sur mon lecteur MP3 me pose un problème, je veux pouvoir le cracker pour le copier comme il me plait.
Et si je veux le prêter à ma grand mère et le passer à mes copains dans la cour de l’école c’est aussi mon droit.
Et si ma cour d’école c’est internet, c’est aussi mon droit.
.
Si le “business plan” des autoproclamés “ayant droits” en est bouleversé, ce n’est pas mon problème. C’est que leur système est foireux à la base. Ce n’est pas à moi de leur proposer “un système de remplacement” comme la licence globale… non, je suis contre la licence globale : je ne veux pas payer pour engraisser les types dont je n’aime pas les productions artistiques. Quand je vais assister à un concert je paye (assez cher d’ailleurs) pour voir UN artiste précis, pas pour que la sacem s’en mette plein les fouilles et redistribue le reste a gaga-halliday.
.
Si j’organise des sorties à la montagne pour que les enfants puissent s’oxygéner, puis-je interdire aux autres enfants qui ne font pas partie de mon groupe de cesser respirer l’air de la montagne ? Pourtant “j’ai les droits”, je les ai négociés auprès de la municipalité.
.
Ils s’auto attribuent des droits qu’il n’est pas légitime d’avoir. Leur lobbying forcené a fait apparaitre des lois scélérates qui n’auraient jamais du exister. A nous de les détruire.
.
C’est un devoir citoyen que de se révolter contre ces injustices et de fouler au pied les DRM.
… et de conchier ceux qui les défendent !


#16

[quote name=‘Jumbo’ date=‘04/05/2012 - 15:55’ timestamp=‘1336139740’ post=‘1480643’]
La question n’est pas là : ce produit “devrait-il” être payant ?[/quote]

Aucun biens ni services n’est fondamentalement gratuit dans ce monde.
Tant que des gens seront payé pour produire quelque chose, ce résultat sera payant.

Est-il juste de vouloir faire payer “à l’infini” un produit duplicable “à l’infini” : c’est la génération spontanée de pognon.

Je vois l’idée.
Ben premièrement parce que c’est le choix de ceux qui ont produit ce produit en question. Qui es tu pour leur dire : “j’ai pas envie de payer pour votre truc, donc je le prends quand même mais je ne paye pas”. Si tu n’a pas envie de payer pour un film/musique/software, ben tu ne le regarde/ecoute/utilise pas.

Deuxièment, le fait de dupliquer quelque chose à l’infini, s’appelle de la contre-facon. Mais c’est sur, pourquoi acheter un Picasso a plusieurs dizaines de milliers d’euros, quand on peut avoir une contre facon, identique pour quasiment rien ?

C’est pas la génération spontanée de pognon, c’est le principe : je produit quelque chose, ca a du succès, je veux profiter de ce succès.
A coté de ca il y a le principe : pourquoi payer pour l’original quand la contre facon est gratuite ?

Si le petit fils du maçon qui a construit ta maison vient sonner chez toi pour te demander des “droits d’auteur” parce que son grand père est mort depuis moins de 70 ans, tu vas lui claquer la porte au nez.
.
Et ne viens pas dire que le maçon n’est pas un “artiste” parce que l’architecte est incontestablement un artiste, et il ne réclame pas des droits aux locataires. Il ne met pas un DRM sur la porte d’entrée pour te faire payer chaque fois où tu veux rentrer chez toi.

Mauvais exemple car ici la maison n’appartient pas au macon ni à l’architecte. Le propriétaire de la maison à louer les services.
Quand tu achete un film, les acteur, ingé son, le monteur, le costumier etc… ne sont pas rémunéré. Seuls les producteurs qui possèdent le film le sont.
Pareil pour la musique, un musicien qui ne peut se produire seul fait appelle à un producteur avec qui il partage la paternité de l’oeuvre. Mais l’ingé son, le gars qui fait le ménage etc… ne sont pas rémunéré.

Que le travail de l’artiste doive être rémunéré c’est évident : mais à sa juste valeur et une seule fois pour le travail fourni.
Qu’il garde une “paternité” totale sur l’oeuvre c’est aussi évident.

Mais ! t’es qui pour dire à un artiste : voila maintenant t’es salarié, tu gagnera tant par mois et tout ce que tu produira sera gratuit !

Mais “l’objet numérique” est un objet comme les autres, et rien ni personne n’est autorisé à poser des verrous sur un objet qui m’appartient, et surtout de m’empêcher de les faire sauter si j’en ai envie (et la capacité de le faire) à partir du moment où j’ai fait l’acquisition de l’objet.
Si j’achète un meuble dont la couleur ne me plait plus, je peux le repeindre sans que le designer ne vienne me faire un procès pour avoir modifié sa création. C’est MON meuble, j’en fais ce que je veux, et si je veux jouer à bernard Palissy c’est mon droit. Si il ne rentre pas dans ma chambre je peux le couper pour l’adapter à mes besoins.
Si j’achète un CD et que l’installation sur mon lecteur MP3 me pose un problème, je veux pouvoir le cracker pour le copier comme il me plait.
Et si je veux le prêter à ma grand mère et le passer à mes copains dans la cour de l’école c’est aussi mon droit.
Et si ma cour d’école c’est internet, c’est aussi mon droit.

Nan maintenant il faut arreté avec le discour contradictoire et se décider une bonne fois pour toute.
Les objets numérique sont des objets comme des autres ou non ?
Si oui, alors la copie et la distribution grauite à grande échelle de celles ci sont illégales et doivent être stoppée.
Si non, alors ta comparaison avec les objets physique ne tiennent pas la route parce que le numérique n’est pas un objet comme les autres.

Si le “business plan” des autoproclamés “ayant droits” en est bouleversé, ce n’est pas mon problème. C’est que leur système est foireux à la base. Ce n’est pas à moi de leur proposer “un système de remplacement” comme la licence globale… non, je suis contre la licence globale : je ne veux pas payer pour engraisser les types dont je n’aime pas les productions artistiques. Quand je vais assister à un concert je paye (assez cher d’ailleurs) pour voir UN artiste précis, pas pour que la sacem s’en mette plein les fouilles et redistribue le reste a gaga-halliday.

La caricature du francais raleur ! Pas content, mais n’a aucune idée pour inversé les choses et continuera a raler !
Tout ce discour pour finir par un : de toute facon j’ai aucune idée de comment changer les choses et je m’en fou. C’est triste

Si j’organise des sorties à la montagne pour que les enfants puissent s’oxygéner, puis-je interdire aux autres enfants qui ne font pas partie de mon groupe de cesser respirer l’air de la montagne ? Pourtant “j’ai les droits”, je les ai négociés auprès de la municipalité.

Si tu as les droits, négocié avec la municipalité, tu as le droit de mettre en place une sécurité autour de la montagne pour que personne ne puisse y faire de ballade.
Mais la encore, comparer le numérique qui peut etre facilement duplicable avec un service physique est stupide.

Ils s’auto attribuent des droits qu’il n’est pas légitime d’avoir. Leur lobbying forcené a fait apparaitre des lois scélérates qui n’auraient jamais du exister. A nous de les détruire.

Ah ils se les auto attribue ?
A ma connaissance ils participent à la production de films et de chanson en fournissant du personnel et des moyens. Tu n’aimes pas la musique qu’ils produisent ? Ne l’achete pas, ne l’écoute pas. C’est aussi simple

C’est un devoir citoyen que de se révolter contre ces injustices et de fouler au pied les DRM.
… et de conchier ceux qui les défendent !

Ah on en revient au DRM !
Les DRM sont de vraies pavés en bétons armé t’empechant de chier correctement. C’est un fait.
Seulement si on réfléchit au pourquoi des DRM on se rend compte que quelque part les consommateurs sont fautif aussi.


#17

Je vois l'idée.
Ben premièrement parce que c'est le choix de ceux qui ont produit ce produit en question. Qui es tu pour leur dire : "j'ai pas envie de payer pour votre truc, donc je le prends quand même mais je ne paye pas". Si tu n'a pas envie de payer pour un film/musique/software, ben tu ne le regarde/ecoute/utilise pas.

Non, faire payer pour quelque chose qui ne coûte rien à produire ça s'appelle un enrichissement sans cause et c'est illégal dans TOUS les autres domaines.
par exemple, si je suis consultant pour une entreprise et que je rends un rapport qui est la copie d'un texte du domaine public, je serais poursuivi pour facturation abusive... sauf si je suis "artiste". :)
Je n'ai pas le droit de "vendre le soleil", je peux vendre une place à la plage sur la chaise longue pour profiter du soleil, mais pas "vendre le soleil".
Donc ce n'est pas "leur choix" comme tu dis, le commun des mortels ne peut pas se comporter comme eux, mais eux ont tous les droits.

Deuxièment, le fait de dupliquer quelque chose à l'infini, s'appelle de la contre-facon. Mais c'est sur, pourquoi acheter un Picasso a plusieurs dizaines de milliers d'euros, quand on peut avoir une contre facon, identique pour quasiment rien ?

C'est pas la génération spontanée de pognon, c'est le principe : je produit quelque chose, ca a du succès, je veux profiter de ce succès.

Ce n'est pas de la contrefaçon puisque c'est l'ayant droit lui même qui duplique : tu crois que i-tunes efface le fichier de son disque dur chaque fois qu'un client (un i-pigeon) le télécharge ?
Non ce que je critique c'est le fait de faire payer à l'infini pour un travail qui a été fait une seule fois.
Quand je paye, je paye avec de l'argent PHYSIQUE, cet argent est obtenu par mon travail unique qui me permet d'obtenir un salaire unique. Et "l'artiste" lui il bosse une fois, puis c'est la rente à vie (cf Patrick Hernandez). Moi si j'arrête de bosser pendant un mois, je ne bouffe pas.
Je veux bien payer pour chaque musique écoutée, mais avec de l'argent "numérique" qui se duplique à l'infini exactement comme leurs produits musicaux.
Si chaque fois que je clique sur mon "générateur de pognon" j'ai du pognon numérique qui apparaît, je peux leur donner ce pognon en échange de leur musique, alors oui, ça ne me gène pas de payer à chaque fois.
Si je suis agriculteur et que je doive vendre un poireau à chaque fois que je veux écouter une chanson, à un moment mon champ n'aura plus de poireaux, mais l'"artiste" lui aura toujours sa chanson... et moi plus rien.
Il est donc anormal d'échanger de l'argent physique contre du vent numérique.
Échanger du physique contre du physique : oui.
Échanger du vent contre du vent : oui.
Échanger du physique contre du vent : non.

Mais ! t'es qui pour dire à un artiste : voila maintenant t'es salarié, tu gagnera tant par mois et tout ce que tu produira sera gratuit !

Parce que c'est ainsi que nous sommes TOUS payés.
Qui es tu pour dire que les "artistes" doivent avoir un statut spécial ? Ils sont sortis de la cuisse de Jupiter ?
Ce sont des êtres humains comme les autres, il ont droit à ce que leur travail soit rémunéré à sa juste valeur, mais ils ne valent pas plus que moi. D'ailleurs je joue (certes nettement moins bien qu'eux) d'un instrument de musique, mais ils sont totalement incapable de faire mon travail, même mal, même très mal, et pour cause, ils sont loin, très loin d'avoir mes diplômes et mes compétences. En outre je suis d'une certaine façon "artiste" moi même puisque je suis l'auteur de nombreux articles (papier, pas web) et de plusieurs livres, et que je fais régulièrement des "prestations" en public. :)
Donc il ne s'agit pas de "salarier" un artiste, mais de le payer "une fois", pas de lui verser une rente à vie. Peu importe la somme que tu lui verses. Par exemple un footballeur est certes payé une fortune, mais uniquement quand il est sous contrat avec le club, et que le club après sa retraite gagne des matchs ou perde, il ne touche plus un centime.
Et bien pour un artiste ce devrait être pareil : il fait une "prestation" (il compose, ou il chante, ou il joue...) il est payé (une fois) pour son travail et puis basta. Donc ce n'est pas "tout ce que tu produiras sera gratuit" mais : tu as bossé, tu as fait UNE oeuvre, voilà ton pognon, maintenant CETTE oeuvre appartient à ceux qui ont payé (nous). Si tu veux encore du pognon, alors remets toi au boulot et fais nous une NOUVELLE oeuvre. Exactement comme le boulanger : il vend son pain et si il veut encore du pognon il retourne au four.

Nan maintenant il faut arreté avec le discour contradictoire et se décider une bonne fois pour toute.
Les objets numérique sont des objets comme des autres ou non ?
Si oui, alors la copie et la distribution grauite à grande échelle de celles ci sont illégales et doivent être stoppée.
Si non, alors ta comparaison avec les objets physique ne tiennent pas la route parce que le numérique n'est pas un objet comme les autres.

On ne parle pas d'objet, mais de "chose" que j'ai achetée. Appelles ça comme tu veux : je paye, donc c'est à moi. Tu peux fixer le prix que tu veux, mais vendu c'est vendu, tu n'as pas le droit de venir voir dans mon assiette pour voir ce que je mange ni comment je le mange.
On peut parfaitement comparer un "objet numérique" à un enseignement. Je paye pour suivre une formation et apprendre une compétence. Une fois que j'ai acquis cette compétence, je peux en faire ce que je veux : l'enseigner GRATUITEMENT à d'autres si j'ai envie, ne rien en faire, en faire mon métier... tout ce que je veux, même la revendre d'occasion.
Ne viens pas me dire qu'une musique appartient alors toujours à celui qui me l'a vendue. Elle ne lui appartient pas plus que les connaissances à celui qui me les a enseignées. Dans les deux cas, j'ai payé pour les acquérir, mais à présent elles m'appartiennent.
Mais il a le droit de fixer le prix qu'il veut, mais si ce prix est trop élevé, personne ne voudra acheter sa musique (ou suivre ses enseignements).
Mais une fois achetée, elle est à moi.

La caricature du francais raleur ! Pas content, mais n'a aucune idée pour inversé les choses et continuera a raler !
Tout ce discour pour finir par un : de toute facon j'ai aucune idée de comment changer les choses et je m'en fou. C'est triste

NON, bien au contraire, j'ai DES solutions (pas une seule, mais des), mais j'estime que ce n'est pas à MOI de faire leur boulot et de leur amener un business plan tout neuf prêt à gober.(ils lisent les fora comme celui-ci)
Si ils veulent les connaître, c'est facile : qu'ils sortent le pognon.
Ils peuvent me contacter pour envisager un contrat : je leur révèle une de mes solutions en échange d'une honnête rétribution.
pas de pognon = je ne livre pas mes solutions.

Ah ils se les auto attribue ?
A ma connaissance ils participent à la production de films et de chanson en fournissant du personnel et des moyens. Tu n'aimes pas la musique qu'ils produisent ? Ne l'achete pas, ne l'écoute pas. C'est aussi simple

Ces moyens qu'ils fournissent ont un prix.
C'est tout à fait normal qu'il récupèrent leur mise et même fassent un bénéfice.
Mais pas un bénéfice infini.
Ah oui au fait : à part pour faire des cadeaux, de toute ma vie je n'ai JAMAIS acheté un CD de musique :) :)
(mais j'ai déjà acheté en ligne)
Alors oui à cause de moi l'industrie du disque se porte mal. :)

Seulement si on réfléchit au pourquoi des DRM on se rend compte que quelque part les consommateurs sont fautif aussi.

exactement : si ils avaient boycottés les produits DRMisés, ils auraient vite disparu.
Mais ce sont des veaux, donc ils se font traire.
.
De toutes façons la course à l'échalote entre ceux qui font les DRM et ceux qui les font sauter est perdue d'avance.


#18

[quote name='Jumbo' date='04/05/2012 - 23:49' timestamp='1336168166' post='1480788']
Non, faire payer pour quelque chose qui ne coûte rien à produire ça s'appelle un enrichissement sans cause et c'est illégal dans TOUS les autres domaines.[/quote]

Oui, enfin, dire qu'un cd ou film ne coute rien à produire... C'est un petit peu éxagéré...

par exemple, si je suis consultant pour une entreprise et que je rends un rapport qui est la copie d'un texte du domaine public, je serais poursuivi pour facturation abusive... sauf si je suis "artiste". :)

Maintenant, si tu engage des développeurs pendant un an pour qu'ils produisent un soft que tu compte vendre. Tu va donc prévoir de vendre ce soft afin de récupéré au moins ton investissement en terme d'argent et de temps. Que tu vendes que des copies numériques de l'original, au final ca t'as quand même couter de l'argent et du temps. A la différence d'un meuble ou une voiture qui sont soit livrés en kit, soit assemblés par des robots à grande échelle.

Je n'ai pas le droit de "vendre le soleil", je peux vendre une place à la plage sur la chaise longue pour profiter du soleil, mais pas "vendre le soleil".

On te vend pas le film, mais une place de cinéma pour le voir, ou une autorisation pour le visionner chez toi

Ce n'est pas de la contrefaçon puisque c'est l'ayant droit lui même qui duplique : tu crois que i-tunes efface le fichier de son disque dur chaque fois qu'un client (un i-pigeon) le télécharge ?
Non ce que je critique c'est le fait de faire payer à l'infini pour un travail qui a été fait une seule fois.
Quand je paye, je paye avec de l'argent PHYSIQUE, cet argent est obtenu par mon travail unique qui me permet d'obtenir un salaire unique. Et "l'artiste" lui il bosse une fois, puis c'est la rente à vie (cf Patrick Hernandez). Moi si j'arrête de bosser pendant un mois, je ne bouffe pas.
Je veux bien payer pour chaque musique écoutée, mais avec de l'argent "numérique" qui se duplique à l'infini exactement comme leurs produits musicaux.
Si chaque fois que je clique sur mon "générateur de pognon" j'ai du pognon numérique qui apparaît, je peux leur donner ce pognon en échange de leur musique, alors oui, ça ne me gène pas de payer à chaque fois.

Ok faisons ca.
Pour chaque album/film/soft sortis sur le marché faisons refaire l'oeuvre. Cette oeuvre a produire couterais plusieurs milliers voir millions d'euros. Deja que les gens ont du mal à débourser quelques dizaine d'euros pour un CD ou un films, qu'est ce que ca va être quand l'oeuvre vaudra des millions.

Si je suis agriculteur et que je doive vendre un poireau à chaque fois que je veux écouter une chanson, à un moment mon champ n'aura plus de poireaux, mais l'"artiste" lui aura toujours sa chanson... et moi plus rien.

Tu vends ton poireau au prix de sa production avec une légère hausse pour des bénéfices.
Ton poireau coute moins à la production, qu'une musique, un film ou un soft.

Il est donc anormal d'échanger de l'argent physique contre du vent numérique.
Échanger du physique contre du physique : oui.
Échanger du vent contre du vent : oui.
Échanger du physique contre du vent : non.

L'argent est physique ? C'est pas juste des chiffres sur un compte en banque ?
Non l'argent aujourd'hui est virtuel, tu peux l'échanger contre de l'argent physique pour acheter du physique, mais la plupart du temps ca reste des chiffres dans un programme informatique. La preuve en piratant les serveurs banquiers tu peux changer la valeur de ton compte en banque sans pour autant avoir effectuer des transaction.
Si ca c'est pas virtuel...

Parce que c'est ainsi que nous sommes TOUS payés.
Qui es tu pour dire que les "artistes" doivent avoir un statut spécial ? Ils sont sortis de la cuisse de Jupiter ?

Parce que les artistes ont un statut spécial.
Prenons un exemple tout simple, si tu bosses des mois sur un projet dans ta boite. Tu es payé même si le projet n'est pas encore sorti et n'a pas commencé a rapporter de l'argent.
Un musicien quand il écrit ou répète ses chansons, il est payé sur la chanson qu'il va sortir ?
Un acteur de théâtre, quand il répète pour sa pièce, il est payé pour sa pièce avant sa représentation ?

Ce sont des êtres humains comme les autres, il ont droit à ce que leur travail soit rémunéré à sa juste valeur, mais ils ne valent pas plus que moi.

Je suis d'accord ils ne valent pas plus que nous.
Mais leur travail à une autre portée que celui de la pluspart des gens. Si demain tu arretes de travailler pour réfléchir à une idée de génie qui te permettra de toucher des millions de gens, tu te contenrais à la sorti de juste gagner l'equivalent d'un salaire moyens alors que tu as pris beaucoup plus de risque qu'eux et que tu a le potentiel pour gagner plus ?
Moi non. Etre salariés c'est une solution de facilité, tu fais juste ce dont on attend de toi et c'est fini. Etre artiste il faut créer quelque chose et aura pour but de plaire à un maximum de personne. C'est beaucoup plus difficile.

D'ailleurs je joue (certes nettement moins bien qu'eux) d'un instrument de musique, mais ils sont totalement incapable de faire mon travail, même mal, même très mal, et pour cause, ils sont loin, très loin d'avoir mes diplômes et mes compétences. En outre je suis d'une certaine façon "artiste" moi même puisque je suis l'auteur de nombreux articles (papier, pas web) et de plusieurs livres, et que je fais régulièrement des "prestations" en public. :)

D'abord félicitation pour ta réussite professionnel :)
Ensuite, tu le dis toi même. Tu es incapable de faire la même chose qu'eux et ils sont incapable de faire ton taf' Pourquoi comparer vos deux choix de vie donc ?

Donc il ne s'agit pas de "salarier" un artiste, mais de le payer "une fois", pas de lui verser une rente à vie. Peu importe la somme que tu lui verses. Par exemple un footballeur est certes payé une fortune, mais uniquement quand il est sous contrat avec le club, et que le club après sa retraite gagne des matchs ou perde, il ne touche plus un centime.
Et bien pour un artiste ce devrait être pareil : il fait une "prestation" (il compose, ou il chante, ou il joue...) il est payé (une fois) pour son travail et puis basta. Donc ce n'est pas "tout ce que tu produiras sera gratuit" mais : tu as bossé, tu as fait UNE oeuvre, voilà ton pognon, maintenant CETTE oeuvre appartient à ceux qui ont payé (nous).


#19

Oui, enfin, dire qu’un cd ou film ne coute rien à produire… C’est un petit peu éxagéré…

J’insiste : un film, une musique, un logiciel ne coûte RIEN à dupliquer numériquement.
Que Steam vende une ou mille copies, ça lui coûte le même prix de le mettre en ligne.

Maintenant, si tu engage des développeurs pendant un an pour qu’ils produisent un soft que tu compte vendre. Tu va donc prévoir de vendre ce soft afin de récupéré au moins ton investissement en terme d’argent et de temps. Que tu vendes que des copies numériques de l’original, au final ca t’as quand même couter de l’argent et du temps. A la différence d’un meuble ou une voiture qui sont soit livrés en kit, soit assemblés par des robots à grande échelle.

Mais tous les jours il se vend des logiciels à des entreprises.
Tu crois que quand une entreprise commande la réalisation d’un logiciel, elle supporte que ceux qui l’ont développé aient un quelconque droit de regard sur ce logiciel ?
Ce sont juste les ventes “en grande série” qui sont des sodomies, où l’éditeur s’abroge le droit d’imposer des obligations à ses clients.
Maintenant si les éditeurs ne sont pas capables de produire des logiciels de façon rentable, c’est leur problème.

On te vend pas le film, mais une place de cinéma pour le voir, ou une autorisation pour le visionner chez toi

Voilà : autant je suis d’accord sur la place de cinéma (et je vais au cinéma). Autant je n’autorise PAS un quelconque producteur/ éditeur de m’autoriser ou pas quoi que ce soit. Si j’achète un DVD, il est A MOI. Remarques c’est peut être pour ça que je ne les achète pas. :)

Ok faisons ca.
Pour chaque album/film/soft sortis sur le marché faisons refaire l’oeuvre. Cette oeuvre a produire couterais plusieurs milliers voir millions d’euros. Deja que les gens ont du mal à débourser quelques dizaine d’euros pour un CD ou un films, qu’est ce que ca va être quand l’oeuvre vaudra des millions.

ce n’est pas mon problème si elle est invendable.
Si l’artiste demande x millions pour son oeuvre, peut-être ne trouvera-t-il pas d’acheteur.
Il y a des industriels qui ont des projets fantastiques plein les cartons, ces projets amélioreraient notre vie à tous (beaucoup plus que n’importe quel film), mais personne ne veut les acheter aux prix qu’ils en voudraient, alors ils ne les mettent pas en oeuvre. Tant pis.

Tu vends ton poireau au prix de sa production avec une légère hausse pour des bénéfices.
Ton poireau coute moins à la production, qu’une musique, un film ou un soft.

NON, un poireau coûte beaucoup plus cher à dupliquer qu’une oeuvre numérique dématérialisée.
Il faut le planter, l’arroser… pour la chanson, il suffit de la télécharger une seconde fois sur i-tunes : ça ne coûte rien, zéro, nada.

L’argent est physique ? C’est pas juste des chiffres sur un compte en banque ?
Non l’argent aujourd’hui est virtuel, tu peux l’échanger contre de l’argent physique pour acheter du physique, mais la plupart du temps ca reste des chiffres dans un programme informatique. La preuve en piratant les serveurs banquiers tu peux changer la valeur de ton compte en banque sans pour autant avoir effectuer des transaction.
Si ca c’est pas virtuel…

non l’argent a toujours une valeur en contrepartie physique.
Sa virtualité n’existe que dans certaines opérations purement financières dont le détail n’a pas sa place ici (et qui sont tout aussi critiquables).
Tu ne peux pas “télécharger” une seconde fois ta paie. Tu peux télécharger 1000 fois la même chanson.

Tu es incapable de faire la même chose qu’eux et ils sont incapable de faire ton taf’ Pourquoi comparer vos deux choix de vie donc ?

Tu es mal comprenant ou quoi ?
je viens de te dire que JE PEUX JOUER DE LA MUSIQUE, ils sont incapables de faire ce que je fais.
Certes, je n’aurais aucun succès, mais je SAIS le faire. Eux ne savent PAS faire mon boulot.

Alors maintenant j’ai une question. A combien vas tu rémunérer l’artiste et surtout sur quelle base ?
Si on reste sur le coté entreprise, le prix d’un album devra comprendre le temps sur lequel il a travaillé dessus et les frais qu’il a du avoir pour produire cet album. Maintenant il vient de sortir un album qui vaut à peu près plusieurs milliers d’euros. Qui va l’acheter ? Qui va acheter cette oeuvre de plusieurs milliers d’euros pour la diffuser gratuitement afin que tout le monde soit content ?

ça n’est pas mon problème.
C’est un marché : l’équilibre se fait entre l’offre et la demande. Il y a d’un coté les exigences des artistes et d’un autre ce que les gens sont prêts à payer pour ce produit.
Si c’est trop cher ça ne se vendra pas.
Si ça n’est pas assez cher, le pauvre artiste va bosser comme un turc pour trois clopinettes.
ça n’est donc pas mon problème : je n’ai pas à donner un avis dessus.
Le seul avis que j’ai : pour telle oeuvre je suis prêt à payer tant… mais peut-être l’artiste juge-t-il cette somme insuffisante. Si c’est le cas, je me passerai de son oeuvre et il se passera de manger. On verra qui tiendra le plus longtemps. :)

Oui sauf que le boulanger il fait plusieurs baguettes quasi identique en même temps pour 1h de travail.
Dans notre cas, un artiste ne peux produire exactement la même performance simultanément sans que cela ne soit de la copie.

ça se voit que tu n’as pas assisté à plusieurs concerts du même artiste dans plusieurs villes différentes : c’est exactement le même spectacle.
En outre tu confonds “oeuvre” et “enregistrement”.
Une oeuvre peut être vendue à un groupe de personnes, chacun en possédant (légalement) une copie.
Par exemple un peintre ne fait pas que des tableaux, il fait aussi des lithographies.
D’ailleurs parfois pour des raisons purement mercantiles afin de créer la rareté certains pseudo-artistes détruisent la pierre originale et ne gardent qu’un nombre limité de copies numérotées. Ce ne sont pas des artistes, mais des marchants.

Ok donc j’en reviens au même point. Tu va payer pour recevoir un enseignement.
Cet enseignement tu l’as donc payé et tu va donc le partager gratuitement. Moi ca me va. C’est ta vie.
Maintenant, toi tu ne peux vivre que en prodigant, à plein, ton enseignement gratuitement. Il va falloir soit que tu fasse autres chose à coté. Donc entre un enseignement à plein temps payant et un enseignement gratuit mais a temps partiel, il y a une différence de qualité (on parle uniquement de l’enseignement ici !).

Mais qui es-tu pour juger de la qualité de mon travail ?
Dans un concert celui qui a une place “gratuite” entend moins bien que celui qui a une place “payante” ?
Un artiste qui se produit “gratuitement” pour une oeuvre de charité chantera-t-il plus faux que pour un concert payant ?
Donc pour les enseignements c’est pareil.
Comme tu l’écrivais les gens auront le choix entre le gratuit et le payant. Donc même si le gratuit est selon ton point de vue moins bien : en faisant le rapport qualité prix je serais toujours vainqueur (n’importe quoi divisé par zéro c’est toujours l’infini) :)

Pour ton parallèle entre le numérique et l’enseignement, tu ne peux pas les comparer. Le numérique, si tu le copie il restera le même. Si tu apprends quelque chose de quelqu’un tu ne pourra pas le réexpliquer exactement de la même facon.
Qu’en sais-tu ?
encore une fois comment te permets tu de juger ce que tu ne connais pas ?
Non seulement je le réexpliquerai aussi bien, mais j’apporterai “en plus” une touche de compréhension que l’original n’avait pas. C’est comme ça que l’humanité fait depuis la nuit des temps. Il n’y a que les branleurs et les ringards qui ne sont pas capables de faire aussi bien (sinon mieux) que ceux qui les ont formés. Autrement il y aurait des connaissances perdues à jamais.

Après concernant la culture en règle général, tu ne paye pas l’objet en lui même, mais l’autorisation/la license pour pouvoir en profiter. Vu que le concept de possession à l’ère numérique est complètement obsolète, les gens te vende le droit d’utilisation de l’objet (sous certaines conditions) plutot que l’objet en lui même.

ça c’est ce qu’on VOUDRAIT nous faire croire.
je ne l’accepte pas et je conchie tous ceux qui tentent de me l’imposer.
Et dans ce cas, je cracke les protections et je partage comme un gorêt pour en faire profiter le maximum de personnes.
Si l’idée de perdre autant de “ventes potentielles” fait perdre le sommeil à certains je me roule par terre de plaisir.
En fait quelqu’un qui télécharge parce que c’est “à disposition” n’aurait certainement pas investi un seul centime dedans si c’était payant. Un téléchargement n’est pas égal à “une vente perdue” mais ça je me garde bien de le dire à ces requins.

T’es sérieux ?
Tu sais que la tu applique le même raisonnement que tu combat depuis le début : c’est la génération spontanée de pognon.
non leur “donner” cette (ou ces) idée(s) n’est pas gratuit, c’est le fruit de mes réflexions, de mon travail, et j’ai l’habitude de facturer mon travail.
C’est mon “oeuvre” exactement comme celle d’un artiste que je te rappelle j’invite à être payé pour son travail.

Personnellement je ne critique pas cette mentalité que je trouve assez logique. Mais c’est bizarre comme raisonnement : J’ai une idée révolutionnaire pour régler ce problème. Tu veux savoir ce que c’est ? Ben allonge la thune…
Désolé, mais pour des business men pour qui l’argent passe avant tout. Ca ne marchera jamais. Quand on veut vendre quelque chose, il faut au moins avancer un début d’idée.

si ils ne veulent pas de mon idée je m’en fout j’ai d’autres moyens de subsistance que de traiter avec eux.
(exactement comme l’artiste à qui on ne propose pas assez pour son oeuvre… sauf que moi j’ai un plan B pour vivre)
Encore une fois ce n’est pas eux qui imposent les lois.
Ils n’aiment pas traiter comme ça, ils vont se faire voir, moi je garde mon idée, je la recyclerais dans un autre projet, c’est mon problème. Ils ne l’auront pas, c’est le leur.
De toutes façons ça m’aurait fait chier de leur vendre une idée qui leur aurait permis de continuer à gagner du pognon.

Je suis d’accord avec toi pour la partie bénéfice infini.
Mais si ce que tu as produit est populaire et que tu arrive à le vendre sur le très long terme c’est naturel de vouloir continuer a gagner de l’argent si des gens veulent l’acheter.

NON, si tu as vendu un truc tu ne PEUX pas continuer à le vendre sans y apporter quelque chose “en plus”.
Un artiste qui compose une musique et qui se produit dans un concert fait une “prestation” si il fait un second concert il fait une autre prestation, donc il est normal qu’il fasse payer l’entrée les deux fois.
Un artiste qui fait un enregistrement, et qui le met en vente sur i-tune ne fait qu’une seule prestation, celle du jour où il a enregistré : il ne sera payé qu’une seule fois.
Et ce n’est pas parce que les gens même longtemps après continuent à le télécharger qu’il doit gagner le moindre centime supplémentaire.
le pognon c’est pour le récompenser de son travail. C’est une gratification matérielle.
Le succès c’est pour le récompenser de son talent. C’est une gratification morale : ça ne doit rien lui rapporter.
.
Est ce que tu penses qu’il est “naturel” de vouloir enculer les gens en leur vendant au delà du raisonnable un produit déjà rentabilisé ? Alors il est tout aussi “naturel” de ne pas se laisser faire, et de casser la gueule à celui qui essaie.
.
D’où notre amour immodéré des majors et autres connards de la sacem.


#20

Faudra expliquer aux abrutis qui sont pour les DRM que c'est de la grosse merde, parce-que ça ne fait chier que les clients qui paient, et ça ne change rien pour ceux qui téléchargent les trucs crackés.

Il n'y a rien de mieux que les DRM pour encourager le piratage.

DRM = Digital Restrictions Management... ou comme dirait la FSF, c'est du pur "defective by design".
http://www.defectivebydesign.org/