Commentaires : Bill Gates s'excuse d'avoir imposé la combinaison Control-Alt-Suppr pour redémarrer les PC

microsoft
billgates
ibm
Tags: #<Tag:0x00007f920ad1f328> #<Tag:0x00007f920ad1f1e8> #<Tag:0x00007f920ad1ef90>

#1

Le milliardaire Bill Gates a finalement avoué ce mercredi la raison derrière l’invention étrange du raccourci control + alt + delete (suppr.) qui a longtemps servi à redémarrer les ordinateurs sous Windows. À l’en croire, cette étrange et peu instinctive combinaison de touches ne serait pas de son fait. L’homme derrière Microsoft a ainsi confié lors d’une conférence organisée par Bloomberg : « Si je ne devais changer qu’une seule chose, j’en ferais une touche unique  ». Selon d’autres souvenirs du milliardaire, cette drôle…. Publié sur http://www.numerama.com/tech/291461-bill-gates-sexcuse-davoir-impose-la-combinaison-control-alt-suppr-pour-redemarrer-les-pc.html par Corentin Durand


#2

Ouais, enfin, pour une combinaison aussi dangereuse, je trouve qu’il valait mieux mettre 3 touches dispersées sur le clavier, pour ne pas risquer de tout perdre d’une fausse manip…


#3

Une seule touche de clavier pour un force-reboot et perdre tout ton travail non-sauvegardé !!! Il est devenu sénile le Billou !


#4

C’est pas pire que “Ctrl Shift Eject” pour mettre en veille mon mac au boulot :3


#5

S’il y avait un regret à avoir, ce que l’on ait été obligé de recourir autant à cette combinaison de touche alors qu’elle ne devrait pas servir pour un OS fonctionnel.


#6

au contraire… efficace et même madame michu connait. Probablement le truc le moins nul de windows.


#7

Comme d’hab, Corentin se plante en essayant de faire du technique: le soucis avec la combinaison en question n’est pas lié au redémarrage du PC, mais à l’ouverture de session. Je vous invite à lire la version de zdnet qui est bien plus claire, ou voir directement la vidéo (à 8:15).


#8

L’action de cette combinaison de touche a évolué dans le temps :

  • Sous MS-DOS, la pression simultanée de ces touches engendre un redémarrage du système (reboot) ; on parlait d’IPL, pour initial program load.
  • Sur les versions de Windows reposant sur MS-DOS (de Windows 3.1 à Windows ME), cette combinaison provoque habituellement la première fois l’apparition d’une boite de dialogue permettant d’arrêter des processus ayant un comportement erratique, et la seconde fois un redémarrage du système.
  • Sous Windows NT et ses successeurs (Windows Server 2000, Windows XP, Windows Server 2003, etc.), cette combinaison de touches permet d’interagir avec le processus WinLogon.

#9

La dernière fois qu’il a fait ça, on s’est retrouvé avec une touche de merde entre Ctrl et Alt. Comme je tire avec Alt en tir principal et Ctrl en tir secondaire dans les FPS (ne me demandez pas pourquoi j’aime cette configuration, c’est comme ça depuis Doom pour moi), vous voyez le topo ? Non ? Retournez à votre partie de Tetris alors.

J’ai longtemps pesté contre ce parasite de Bill à cause de ça, mais je vous l’accorde, ce n’est pas mon principal grief, loin de là.

Roooh, comme vous y allez. Il y avait quand-même une nette différence entre DOS et CP/M.

CP/M


A>█

DOS


C:\>▂


#10

Effectivement, mais Billou ne regrette pas l’utilisation de cette combinaison pour des tâches potentiellement dangereuses et réservées aux initiés, comme le redémarrage brutal ou l’ouverture du gestionnaire des tâches. Il le regrette par rapport à l’usage obligatoire imposé à tous les utilisateurs pour ouvrir une session.


#11

On avait plus ou moins compris. Le truc, c’est que ce type a le chic pour tendre des bâtons… il ne devrait jamais parler en public.


#12

Sur quelle version de l'OS il était obligatoire d’utiliser cette combinaison de touches pour ouvrir une session ?
Sous MS-DOS, ça reboot et sous Windows, le changement de session se faisait à la souris de mémoire.


#13

Déjà qu'un malencontreux mouvement du pied trop près de la tour risque de toucher le bouton "reset" quand celui-ci est mal placé (le pied comme le bouton). Avoir une touche sur un clavier qui fait ça est quand même un peu risqué...

Et avouons le, le mouvement de bras pour faire le ctrl alt suppr à quelque chose de particulier... on sait que ça va mal.


#14

Dans les versions NT c’était le cas, et ça l’est aussi depuis XP, si le PC fait partir d’un domaine avec un contrôleur il me semble (i.e., en entreprise). La combinaison Ctrl-Alt-Suppr ne peut être reçue que par le kernel (elle déclenche une interruption), donc l’utiliser pour ouvrir une session permet de s’assurer que l’invite d’ouverture de session provient du kernel et n’est pas détournée par un programme malveillant.


#15

Ok, je ne me rappelle pas avoir déjà rencontrer cette configuration.


#16

ah la touche reset…ça me rends aussi nostalgique que quant je pense à la touche boost me permettant de passer de 25 à 50 Mhz sur mon ancien 486dx.


#17

« Si je ne devais changer qu’une seule chose, j’en ferais une touche unique »

Parce que Windows plante tellement qu'il y a besoin de le redémarrer souvent !
-->[]


#18

Pour rappel, le géant de l’informatique américain signera avec Gates alors même que celui-ci ne disposait pas encore d’un OS. Mais les négociations avec G. Kidall ayant échoué, l’Américain était disposé à payer peu pour son software, même si ce dernier se révélera être un plagiat du travail de Kidall.

Tiens on fait dans la fake news ? Non parce que si Corentin Durand est parvenu à prouver cette assertion il doit savoir que quelques billets verts l'attendent !

http://www.computerhistory.org/atchm/microsoft-ms-dos-early-source-code/


#19

C'est à la fois vrai et faux.

Vrai car le premier PC-DOS ressemble à CP/M comme deux gouttes d'eau.

Faux car le code source de PC-DOS n'était pas celui de CP/M. C'était juste... compatible quoi (perso, je suis contre les copyright qui rendent les choses incompatibles).

C'était sans doute la meilleure chose à faire à ce moment là (quand l'interface graphique n'était pas ce que les entreprises voulaient car il y avait un parc logiciel non négligeable en mode texte).

Gary Kildall est au business ce que Chantal Goya est au Death metal... il a fait deux conneries :

  1. Il a snobé Big Blue (IBM), LE monstre informatique de ce temps à qui personne ne disait non. Ça manque cruellement de savoir faire point de vue business (je dois bien admettre que cette connerie là, je l'aurais faite aussi... même aujourd'hui car snober les puissants, je trouve que ça fait hyper classe).

  2. La plus grosse : quand IBM a sorti son PC, PC-DOS n'était pas livré avec, il fallait l'acheter à part pour 40 $. Kildall a déposé plainte pour plagiat (pas assez légitime, mais il y avait quand-même des points sensibles). IBM a négocié pour qu'il puisse aussi vendre son propre système s'il le voulait. Kildall a accepté, pensant que le système d'IBM serait à chier comme toujours, et quelques mois après, il sortait son CP/M-86 pour 240 $. Six fois plus cher pour faire la même chose... plouf... support software affaibli (y'avait quand-même des différences sur des détails à la con)... glouglouglouglou... glo... gl... g...?

Tout cela a déjà été expliqué en long en large et en travers. Déjà, dans Les Cinglés de l'informatique en 1995, presque tout était dit et il n'y avait franchement pas grand-chose à rajouter. Allez hop, direct sur le passage en question :


#20

Je comprend rien … Il n’y a pas besoin de [Ctrl][ALt][Supp] pour rebooter, Windows le fait tout seul aléatoirement … :smiling_imp: