Commentaires : Bill Gates investit des millions dans un appareil pour lutter contre le Sida

santé
billgates
médicaments
Tags: #<Tag:0x00007f9215080f80> #<Tag:0x00007f9215080e40> #<Tag:0x00007f9215080cd8>

#22

Parmi les cas que je classerais en “contraintes”:

  • traitement toutes les 3h à vie (6 fois par jour, espacé)
  • piqures tous les jours soit même, ou par infimières tous les 2 jours (en hospitalisation, j’ai déjà connu une petite semaine de prises de sang toutes les 2 heures, y compris la nuit…)
  • les 20 cachetons de la taille de gros bonbons, matin, midi et soir.

Un cachet par jour, style pilule contraceptive, ou encore médicament pour la tension, on est plus dans l’organisation “simple” qu’une contrainte sur la vie de tous les jours…

Dans le cas de l’implant contraceptif, l’inconvénient majeur,bien “pire” que l’apport niveau “désagrément”, c’est qu’il provoque des règles abondantes et imprévues chez beaucoup de personne.


#23

Je comprends pas pourquoi tu pars là-dessus. Je n'ai jamais dit que le SIDA n'était pas grave bien au contraire.

La seule chose que j'ai mis en cause c'est le procédé, la technique de l'implant en tant que prévention ( et non pas traitement car une fois que tu es contaminé tu dois prendre le traitement à vie, contraire à la Prep)

Après on peut discuter du pour ou du contre de telle ou telle prévention, mais je discuterai jamais l'utilité de lutter contre le VIH.

Dans le cas ici présent c'était "cachet à prendre par jour" VS" implant qui le fait à ta place".

Je ne sais pas si je me suis mal exprimé quelque part, dans ce cas cite moi le passage qui t'a laissé pensé ça.


#24

[quote=“Sidi1, post:23, topic:42396”]
Je n’ai jamais dit que le SIDA n’était pas grave bien au contraire.
[/quote]Je ne te fais pas dire ça, j’avais juste compris que pour toi (cf quote ci-dessous) le traitement des virus était moins prioritaire que d’autres pathologies, tel le cancer.

La prise d’antirétroviraux s’apparente déjà, pour moi, à un traitement. Cela dit peut-être que je mélange des trucs. Antirétroviraux c’est ce qu’on prend quand on est séropositif (c’est la trithérapie ?). Bref, j’ai cru que nous parlions de ça et du coup je ne voyais pas en quoi c’était préventif.

En cas de prise de risque (comme la pilule du lendemain) ou d’accident, il s’agit bien de prévention et pour un traitement qui doit être long de plusieurs semaines je trouve ça intéressant de pouvoir avoir cette pompe. La prise de médicaments (pilules ou autre) peut avoir des loupés. L’appareil dont parle l’article éviterait ça. Il me semble que ça peut être sécurisant.

Et donc s’il n’y a pas de séropositivité t’enlève l’implant.

En fait par “prévention” j’entends prévention contre la transmission. A partir du moment ou il y a eu transmission ce n’est plus de la prévention, même s’il s’agit de prévenir le passage de la séropositivité au SIDA en lui-même.

Hem…bref…je…suis pas très…heu…calé sur la question… ^^’


#25

Ben en fait justement, on parlait de prévention ici car le traitement antirétroviral marche aussi en prévention (pour faire simple car on n'utilise pas toutes les molécules utilisées en trithérapies), tu peux prévenir la contamination si tu as déjà des antirétroviraux dans le sang lorsque le virus pénètre ton organisme.

Pour vraiment vulgariser c'est un peu comme si tu faisais une chimio en continu pour flinguer les cellules cancéreuses dès qu'elles apparaitraient.

Mais après on a parlé de Prep, mais c'est pas aussi facile que ça. Disons que c'est bien pour les gens qui travaillent au contact du sang, ceux qui bossent dans le milieu du sexe (prostitution...) et éventuellement pour les populations ou les médocs sont difficiles d'accès (dans la mesure ou l'implant serait plus facile).


#26

Oui effectivement je me suis mal exprimé, je voulais dire "utilisé comme prévention à l'infection", je ne parlais pas du traitement des personnes déjà contaminées.

Car en effet j'ai lu l'article un peu trop vite, on parlait de prévention du SIDA et pas du VIH, le SIDA étant un état découlant de l'infection par le VIH.

Du coup prévenir un SIDA c'est traiter une infection du VIH déjà présente.

Donc si je veux résumer ma pensée:

_ utiliser un implant pour la trithérapie quant tu es déjà séro+, oui, car c'est très lourd et c'est impératif de respecter les prises.

_utiliser un implant quant tu es séro- en remplacement du préservatif, c'est discutable....


#27

Si tu fais un écart ne serait ce que 30 mn, ta contraception risque d’être inopérante, sachant que moins la pilule est dosée, moins elle aura d’effets secondaires indésirables, mais plus la fenêtre de tolérance sera courte.


#28

Ok, merci pour ces précisions. Effectivement, se faire pucer c'est un peu limite comme moyen de contraception. Encore que... piercing et insertions d'objets sous la peau sont nettement plus invasifs qu'un machin gros comme un grain de riz. (ou une demi-allumette pour l'objet dont on parle)


#29

Au niveau contraceptif, si on veut une chose qui "dure", autant se tourner vers le stérilet plutôt qu'un implant.... Ca dure plus longtemps, et y'a moins d'effets secondaires.

Parmi les "implants utiles" de certains traitements, y'a le cas d'implants de cortisone qui empêche de devoir aller se faire des infiltrations régulières notamment, et réduire la "lourdeur" du traitement / moralement plus tenable à long terme.


#30

On peut être enceinte sous stérilet aussi.J'ai une nièce qui en est la preuve vivante. :rolling_eyes:


#31

Sous pilule aussi.

Les 2 sont similaires en efficacité (du 99% en pratique)

En réalité c’est très au dessus d’un point de vue médical mais en pratique, c’est moins bien: mal posé par exemple


#32

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.