Commentaires : Bill Gates investit des millions dans un appareil pour lutter contre le Sida

santé
billgates
médicaments
Tags: #<Tag:0x00007f920cbaef28> #<Tag:0x00007f920cbaedc0> #<Tag:0x00007f920cbaec08>

#1

L’entreprise pharmaceutique Intarcia a annoncé le 29 décembre dernier que la Bill et Melinda Gates Foundation, l’organisation caritative de Bill Gates et de sa femme, a investi 140 millions de dollars dans un projet médical pour la prévention du Sida. Intarcia, l’entreprise derrière l’objet, a imaginé un implant à pompe qui peut être placé sous la peau du patient de manière à ce qu’il puisse diffuser constamment des médicaments antirétroviraux sur une période d’un an ou de 6 mois. Le système…. Publié sur http://www.numerama.com/sciences/221574-bill-gates-investit-des-millions-dans-un-appareil-pour-lutter-contre-le-sida.html par Gabriele Porrometo


#2

Autant je trouve que c’est pertinent pour certaines maladies chroniques et à long terme comme le diabète ou autres cancers qui nécessite une injection quotidienne autant pour des maladies virales je suis un peu dubitatif.

Du moins un virus qui peut-être évité en prenant des précautions. Car je ne pense pas que des gens qui ne veulent pas utiliser de préservatifs soient plus enclins à se faire implanter des appareils sous la peau.

Après pour certaines professions à risque qui sont au contacts de malades ou de sang, pourquoi pas mais on ne parle plus de prévention à grande échelle à ce moment là.

Et puis si demain on peut se mettre à prendre des cachets d’antirétroviraux au quotidien en prévention comme la pillule pour éviter les grossesses ça passera mieux auprès de la population que la pose d’un implant.


#3

On voit que t’as jamais du prendre la pilule. :upside_down:


#4

Le traitement du sida justement aujourd'hui est très similaire à celui d'une maladie chronique.

La contamination par le VIH c'est un peu plus compliqué que ça...

Alors pourquoi l'implant contraceptif existe ?


#5

Oui sauf que dans l'article on parlait surtout de prévention et pas de traitement sauf si j'ai mal lu.

j'ai un doctorat de virologie sur le HIV donc je sais un peu de quoi je parle mais tu peux développer si tu veux, ça m’intéresse d'en discuter..

Je n'étais pas au courant pour l'implant contraceptif mais OK. Après ça reste un choix personnel.
De mon point de vue je préfère prendre un cachet tous les jours que de me faire implanter un truc sous la peau et je ne dois pas être le seul.

Et par curiosité tu t'es fait poser un implant du coup?


#6

Sans dec? T'as un doctorat et tu ne connais pas la PREP?!?

Suivre un traitement avec des cachetons à prendre à chaque risque voir tous les jours, dans des pays où l'accès aux médicaments est plus qu'aléatoire voir impossible toute l'année (quand les médocs ne risquent pas d'être frelatés), est une gageure, implanter un dispositif à recharger une fois ou deux par an en milieu contrôlé, est surement bien plus pérenne.


#7

Je pensais plus à un médicament moins lourd. Que tu pourrais prendre régulièrement sans consulter un toubib. Parce que demander du Truvada à un toubib n’est pas anodin et à moins de bosser dans une profession de santé il faut pouvoir assumer.

Mais bon tu me diras que la pilule nécessite consultation aussi.


#8

Un antirétroviral moins lourd qu’un antirétroviral?


#9

Moins lourd dans la façon de le prendre, de se le faire prescrire et puis à terme des molécules moins lourdes sur l'organisme oui, mais bon si tu veux jouer au plus futé, je te laisse jouer tout seul.


#10

La prévention via Prep, c'est si diffèrent que ça du traitement ?

Je ne suis pas sûr que le comportement humain soit un problème de virologie mais passons sur cet argument d'autorité.
Quelqu'un qui est contaminé par le VIH ne veut pas forcément dire que lui ou sont partenaire refuse systématiquement le préservatif ni qu'un autre moyen de prévention est exclus, si non la prep auraient été abandonnées après les premiers essais par exemple.

En effet, tu es loin d'être le seul, mais beaucoup d'autres on des préférences différentes, alors pourquoi ne pas proposer plusieurs alternatives ?


#11

Oui d'accord, mais encore faut il que dans ces pays-là, l'accès aux actes chirurgicaux pour poser un implant soit possible aussi.


#12

Non mais bien sûr. Je n’ai pas dit que c’était idiot ou inutile, j’ai juste dit que j’étais dubitatif sur le procédé, ça n’engage que moi.


#13

Un cachet quotidien, c'est vraiment "bénin" niveau dérangement (une alarme sur le téléphone au pire pour les étourdis et basta), c'est plus une habitude à prendre qu'un dérangement.

A coté de ça, j'ai déjà vu des personnes en avoir tellement marre des piqures permanentes, qu'elles arrêtaient des traitements bien plus lourds (sclérose en plaque par exemple, et la, certains traitements sous forme de de cachets c'est le "rêve").


#14

Bullshit… Si Bill voulait vraiment investir son argent de façon philanthropique il investirait dans les recherches du Pr. Luc Montagnier, entre autre.

“La mémoire de l’eau”. Mais on sait depuis longtemps que Billou il veut surtout se donner bonne conscience et aider les copains…


#15

J'ai eu un "pote" ancien toxico, séropositif depuis les années 80. La dernière fois que je l'ai vu l était sous la trithérapie, avec 50 cachets par jour : ceux de la thérapie proprement dite et ceux pour contrebalancer certains effets secondaires physiques et mentaux.

Il en avait vraiment bavé avec l'AZT et la trithérapie était un mieux.

Mais parmi sa batterie de médocs, certains étaient à prendre à heures fixe, certains médocs agressent et peuvent provoquer des cancers (cf les médocs anti-rejet des greffes), et le SIDA est la porte ouverte à toutes sorte d'infections dont certaines peuvent dégénérer en cancer.

Tu dis que l'implant contre le SIDA est moins urgent que des traitements contre le cancer ou le diabète, j'ai pourtant l’impression que c'est étroitement lié.

La fondation Bill et Melinda Gates a aussi aidé au développement d'un nouveau préservatif. Pour les pays ou le SIDA est endémique n'est-il pas important de développer des outils pour lutter. Parce-que si t'es affaibli, les autres maladies ne se gênent pas pour s'installer. Mais ça tu le sais mieux que moi.

En fait je dois dire que ton discours m'étonne un peu vu ton diplôme universitaire.

Des cachets j'en ai à prendre tout les jours, 2 fois par jour (pour un autre pb), je serai prêt à payer pour qu'on m'implante un truc qui fasse le job.

Si je dois me déplacer c'est avec "la boite à médoc", j'ai des problèmes (variables) gastriques, de somnolence, cutanés et un foie "d'alcoolique", des prises de sang à faire très régulièrement à cause d'un seuil que je ne dois avoir ni pas assez, ni trop et les traitements d'appoint pour encaisser tout ça.

J'ai oublié "la boite à médoc" lors d'un voyage récemment, il a fallu que je me fasse faxer urgemment une ordonnance de ma pharmacie, certains médocs étant susceptibles d'entrainer des effets de manque. Et ça ça m'est arrivé une fois et c'est vraiment un gros bad.

Tout ça pour vivre "normalement".

Alors les pilules...

La pompe à insuline a permis d’améliorer considérablement le quotidien des malades. Pour certaines maladies, avant de trouver à guérir, il faut déjà permettre de vivre mieux, avec.

Une puce pour mon problème ? Je m'inscrit pour les beta-test.

Et pi les capotes ça va bien 5 min...


#16

Malheureusement, les « cadeaux » de Bill Gates n’ont pas très bonne presse, ils sont parfois vus par les opposants comme des moyens de tester des médocs à bas prix, avec parfois des morts, je vous laisse lire le paragraphe wikipédia en question : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Bill-et-Melinda-Gates#Controverses


#17

Bah comme je disais c’est un choix personnel.

Je dois aussi prendre plusieurs cachets par jour (problèmes cardiaques) mais l’implant ne me tenterait pas du tout si on me le proposait.

Après pour les cas extrêmes où les doses sont trop importantes ou nécessitent une prise intra veineuse c’est un autre problème.


#18

Je l’aurais fais si ca avait existé quand j’en ai eu besoin.

C’est une contrainte, un implant tu l’as dans le bras et tu n’y penses plus pendant 6 ans.

+1, j’ai testé les 15 comprimés à jeun pendant 1 heure pour lesquels on met le réveil au milieu de la nuit, les nausées en attendant d’avoir droit au petit dej. les prises de sang tous les 15 jours, les examens d’ophtalmo pour contrôler l’absence d’effets secondaires. Et je savais que même si c’était pour du moyen terme, la fin du traitement allait arriver tôt ou tard. J’aurais eu la possibilité d’avoir un implant j’aurais signé tout de suite. Alors les gens qui doivent prendre ca à vie…


#20

Les critiques effacent un peu trop facilement le boulot qui a été fait.

Rien que la première ligne mériterait un paragraphe à elle toute seule.

"Sa fondation a déjà dépensé 9,26 milliards de dollars14, en particulier pour vacciner 55 millions d'enfants."

1 milliard pour des enfants, ça pèse moins lourd en encre et en papier qu'un paragraphe de 20 lignes sur les controverses.


#21

Je ne comprends pas pourquoi tu considères que le SIDA n'est pas au moins égal en gravité à un cancer ou un diabète ? C'est un virus. Mais certains virus causent des cancers (papillomavirus par exemple) et le SIDA favorise l'apparition de pathologies, dont certaines cancérogènes et les traitements pour le contenir sont également toxiques. Corrige moi si je dis des bêtises, mais je suis vraiment curieux d’avoir ton point de vue puisque tu es docteur sur le sujet.