Commentaires : Avec Bubble Zoom, lire une BD sur smartphone devient très confortable

google
android
bandedessinée
Tags: #<Tag:0x00007f3d300ff9a0> #<Tag:0x00007f3d300ff6f8> #<Tag:0x00007f3d300ff400>

#1

Sur Google Play Livres, la lecture d’un bouquin est une expérience très agréable et fluide avec pas mal de petites options pour améliorer le confort de l’utilisateur. Mais jusqu’ici, cela valait uniquement pour les livres classiques, sans illustration. Dès qu’il s’agissait d’une bande dessinée, il fallait zoomer dans l’image pour pouvoir déchiffrer le texte inscrit dans les bulles. Il était donc impossible d’apprécier les planches dans leur globalité, mêlant art graphique, narration et dialogues. Or c’est là que réside tout l’intérêt…. Publié sur http://www.numerama.com/pop-culture/184465-avec-bubble-zoom-lire-une-bd-sur-smartphone-devient-tres-confortable.html par Omar Belkaab


#2

Quand on voit certaines planches de BD, cela me parait difficiles d’imaginer les apprécier sur des écrans aussi petits. Sur une tablette pourquoi pas, mais cela impose quand même pas mal de mouvements pour agrandir les bulles.

Contrairement à un livre, la BD papier a pour moi toujours de beaux jours devant elle.


#3

Pourquoi pas. Sur les comics ou les mangas le format se prête bien aux tablettes. BD “de gare”, peu de cases, rentrent facile dans l’écran d’une tablette. Au pire demi-page par demi-page. Ça peut aussi fonctionner avec des BD ou la narration n’est pas si importante que ça, de la BD sans prétention, comme les Schtroumpf ou Le Petit Spirou.

La ou ça coince c’est pour des BD plus adultes, avec une narration tès travaillée jusque dans le choix de la mise en page. Les BD ou l’agencement des cases est intrinsèquement lié à l’histoire qui s’y passe et y apporte une plus-value indispensable.

Ces BD perdent toute leur saveur sur tablettes, une visibilité sur la page entière est nécessaire.

Je me permet un petit plaisir, j’en décortique (vite fait) 3.

Akira. Baston vers la fin.

1ere case, la plus grande, qui prend à peu près 1/3 de la page. Le pote de Kanéda, en petit au centre descend du haut gauche vers le bas droite. Le bâtiment détruit écrase le personnage, dépassé par la situation. Néanmoins dans sa descente il est tourné vers la partie lumineuse du ciel, une éclaircie.

2eme case. Rectangulaire, allongée. Kai, sur le dos. Enfermée dans le cadre comme dans un cercueil. Un gisant. Elle regarde vers le haut. Écrasée par le bâtiment et la taille de la case du dessus. Les cailloux, sur la droite, sont dans une partie claire qui fait écho au ciel de la case du dessus. D’un copier/coller ils pourraient presque combler les trous dans le bâtiment du dessus et sont dans la continuité d’une stelle déjà en contrebas du pote de Kanéda. (case du dessus).

3eme case. Gauche, plus petite que celle du dessus. format horizontal. Kai regarde vers le haut, comme semblant chercher de l’aide, de l’air… sonnée. Son visage est également tourné vers le Colonel en dernière case. C’est une façon de l’annoncer. Le visage de Kai est à la hauteur du ciel de la dernière case.

4eme case. Aussi petite que la précédente, bas gauche de la page. Depuis le milieu de page les cases réservées à Kai (présentée comme une morte) se réduisent et plongent vers le bas. Il n’y a plus d’espoir, on est au fond du trou. Jusqu’à ce que… Venant de loin, de l’enfer (le ciel dans son dos pouvant presque représenter des flammes), en petit, extrémité bas gauche, surgit le Colonel. ancien ennemi qui apparait en libérateur.

Dernière case, bas, droite. Case allongée sur le haut. Le Colonel est une masse rassurante, debout, massif, qui contraste avec le bâtiment de la première case et le copain de Kanéda tout petit et totalement largué. Dans son dos, dans le prolongement du regard de kai (3eme case) le ciel, la lumière. Tourné vers Kai, le Colonel fait rempart de son corps sur la fin de page avant la suivante. On a aussi l’impression qu’il aide Kai à se relever.

Aquablue, T2 (je crois).

Pleine page pour donner une sensation de gigantisme, sous l’eau, nous avons des coraux et des poissons pour avoir l’échelle.

En petit, en haut, des personnages qui descendent vers un trou noir, les abysses. Les deux cases du dessous marquent ce qu’il leur reste à descendre façon “Jacques Maillol”. Encore deux fois la distance. C’est pour accentuer l’effet de profondeur.

2eme case. Arrivée. Une masse, la seule de la page avec le Mégophias (le vaisseau) de la grande image et située au même niveau. La case du milieu marque une pause. La progression dans l’eau est suspendue.

3eme case, toujours allongées, bas, droite, fin de la séquence, ils remontent, cette fois les cases du dessus marquent la distance à effectuer. Qu’ils soient tout en bas à droite de la page, ça semble anecdotique comme ça mais ça renforce visuellement l’effet de profondeur d’ou ils viennent.

Et c’est pareil pour toute les cases de ces deux planches. On ne peut pas lire ça convenablement sur tablette.

Ici, vite fait (oui je dis tjrs ça ^^’)

Le vaisseau est dans l’espace, c’est une double page (important !). Méga massif, en haut gauche de la page, il domine la situation. Les autres sont comme des moustiques, des rebelles qui attaquent l’étoile de la mort. Je reste sur le vaisseau. On ne le retrouve ensuite que sur la seconde page, en milieu de page, il a fait comme un glissement de cases par rapport à la première page. Il a progressé, est plus sombre, l’avant du vaisseau, en forme de flèche, est mit en avant. Passé d’un haut de page dominant à un milieu de page moins confortable, il a foncé sans que rien ne l’arrête. Notez que le haut de case penche vers le bas, droite. On va vers l’écrasement. L’adversaire sera acculé en bas, à droite.
Dernière case, l’estocade. Le vaisseau éperonne un rebelle. fin de page, 1-0 pour les méchants. Les deux seuls moments ou on voit des explosions sont la première et dernière case. Première case, attaque des rebelles. Dernière case, éclatage des rebelles.

:wink:


#4

Je confirme que ce genre d’application est plutôt faite pour un médium déjà adapté à une lecture tablette : comics et manga. Le confort de lecture n’est en principe pas altéré puisque le support physique du fichier numérique correspond à la taille du support original.
A tester mais potentiellement très intéressant. Par contre je n’ai encore jamais tenté de lire une BD (comics/manga) sur un téléphone, j’ai la chance d’avoir une tablette pour mes lectures comics VO. Cela me semble compliquer d’avoir un plaisir de lecture sur une écran de 5".


#5

Effectivement n’étant pas amateur de manga/comics, c’est à dire plutôt des petits formats je n’y ai pas spécialement pensé. Si la tablette a plus ou moins le même format que la version papier, pourquoi pas, par contre quel intérêt au bouton pour grossir les bulles dans ce cas ?


#6

On peut ainsi profiter du travail des auteurs dans leur totalité.

Non, un auteur de BD n’est certainement pas un fan de smartphone, avec ou sans bulle amovible. et voir son travail en format 2 pouces, c’est certainement pas ce qui va le pousser à continuer son boulot.

Pour arriver à un tel résultat, Google a utilisé une intelligence artificielle dont le fonctionnement repose sur l’apprentissage automatique.

Holà, il y a besoin d’une IA pour détourer des bulles ? Faut pas déconner non plus.


#7

Eh oui, il faut une IA pour repérer une bulle avec du texte dedans et trouver son sens de lecture. Dire que lorsqu’en 1987, je savais vectoriser un plan de découpe scanné pour commander une machine outil, je faisais de l’IA sans le savoir…

Bref, c’est le terme à la mode. Il y a quelque mois, c’était les “algorithmes” qui faisait ceci ou qui faisait cela. Maintenant, ce sont les IA.


#8

Et ca y est on revient sur le débat ridicule de l’intérêt d’un support aussi condamné que le papier d’arbre…
Perso j’ai LA samsung 13’’ je lis aussi facilement les comics que les bd sans pleurer.
Google avait bien fait doucement rigoler avec sa super nouveauté de lire en mode paysage -c’est pas comme si on avait subitement envie de plus que 13’’, mode paysage et hop on dépasse allègrement le support papier d’arbre pour les malvoyants, pour un effort au doigt assez derisoire-. Et avec son histoire de bulles, c’est pas mieux …
Comparé à comixology/amazon c’est toujours dérisoire ! Contrairement à ce que vous dites leur Guided View n’hésite pas à faire la part belle aux pleines planches… une bulle perdue sur une double planche ? pas de problème, ca va zoomer dessus.
Je n’hésite pas a lire mon abonnement The Walking Dead sur mobile : en N&B c’est encore plus ideal.
Bref, Google Bulles ? Guided View le fait déjà en mieux et non automatisé… et vu le nombre hallucinant de BDs disponibles sur comixology… pourquoi regretter le manuel ?


#9

Parce-qu'une BD c'est un objet sympa, qu'on peut offrir, s'offrir, faire dédicacer, trouver chez un bouquiniste, se commander et attendre impatiemment, acheter une édition spéciale pour les fans avec couv' inédite et impression sur papier de luxe ex :

édition 2015
créé et signé par xxx
Format 40 x 60 cm
sur papier couché mat supérieur 350 g

Album qu'on se fera un plaisir d'exposer dans la bdthèque, à coté des cartes et goodies qu'on a acheté dans la foulée. Un bouquin c'est aussi une odeur. L'odeur de la colle d'imprimerie quand il est neuf, l'odeur du temps qui passe quand il a bien tourné.

Une bd sur son support papier ce n'est pas qu'une histoire à lire, c'est un objet qu'on se paye pour se faire plaisir. Le toucher papier peut aussi être un plaisir. Tourner une page n'est pas faire un slide sur une tablette.


#10

@Numérama : Arretez d’utiliser le terme Intellegence Artificielle à tout va. Une intelligence apprend, évolue. Là ce ne sont “que” des algo.


#11

Ben, déjà, si on ne prend pas des BD de merde en 3 couleurs, il faut reconnaitre qu’il y a peu de dessinateurs travaillant en numérique uniquement. Quand on va à Angoulême, c’est rarement pour y voir des tablettes.
Je dois bien reconnaitre que le catalogue bandes dessinées en format numérique (légal) est quand même extrêmement pauvre, sans doute parce que beaucoup d’auteurs ne souhaitent voir leur travail piétiné.
Ensuite, le papier existe depuis quelques milliers d’années, alors qu’on est même pas certain que dans 20 ans on aura encore les terres rares et autres éléments nécessaires à la fabrication de ta Samsung 13" compatibles avec plus grand chose dans 3 ans et obsolète dans 5.
Un livre, une fois réalisé, il n’a besoin de rien, aucune énergie, aucune application, il peut être prêté aisément, revendu ou échangé facilement, et en plus ça peut être un bel objet.


#12

Le mec il doit classer ses tablettes par ordre chronologique d’obsolescence programmée sur ses étagères, à la place des livres obsolètes!