Commentaires : Achats in-app : Apple réplique aux critiques européennes

applications
appstore
ios
itunes
paiement
freetoplay
Tags: #<Tag:0x00007f3d2f1941a0> #<Tag:0x00007f3d2f12f840> #<Tag:0x00007f3d2f10f978> #<Tag:0x00007f3d2f10e690> #<Tag:0x00007f3d2f10da60> #<Tag:0x00007f3d2f10d650>

#1


Apple n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds. Pointée du doigt par la Commission européenne et les États membres de l'Union, la firme de Cupertino a tenu à détailler précisément les mesures qu'elle a mises en place ou qu'elle compte déployer avec iOS 8 pour mieux réguler les applications contenant des achats intégrés (achats in-app), notamment celles s'adressant aux enfants.

Les autorités européennes tiennent en effet à prescrire de nouvelles règles que devront suivre les plateformes de téléchargement d'applications lorsque leurs contenus ciblent un jeune public. Cela concerne tout particulièrement les jeux "free to play" qui, derrière leur façade gratuite, intègrent un système de micropaiement pour gagner de l'argent. Or, ce dernier point n'est pas toujours indiqué clairement.

Aux yeux de la Commission, Apple a certes "proposé de se pencher sur la question mais n'a, malheureusement, proposé aucune solution concrète immédiate à ce jour pour traiter les craintes liées, en particulier, à l'autorisation de paiement". Une conclusion que la société américaine juge inexacte, puisque, selon elle, les outils de contrôle réclamés par Bruxelles sont déjà en place.

Contrôle parental

Le logiciel iTunes inclut en effet un contrôle parental dans les préférences "qui permet de définir des restrictions de contenu" selon le genre (musique, films, séries TV, applications, livres...) et / ou l'âge de l'usager. En outre, iOS contient lui aussi des outils de contrôle parental permettant de restreindre l'accès à certains programmes installés sur l'iPhone, l'iPad ou l'iPad touch.

Commentant ces dispositifs, un porte-parole fait savoir que "Apple est fière d'être moteur de l'industrie dans le domaine du contrôle parental avec une solution qui est très simple à utiliser et qui assure une expérience excellente à la fois pour les parents et les enfants sur l'App Store. Le contrôle parental sur iOS est fiable, intuitif et personnalisable".

Catégorie "Enfants"

Outre les restrictions qui peuvent être appliquées à iTunes et iOS, Apple souligne "qu'au cours de la dernière année, nous nous sommes assurés que toutes les apps qui permettaient les achats intégrés étaient clairement identifiées. Nous avons également créé une catégorie enfants sur l'App Store avec un niveau de protection encore plus fort pour les apps destinées aux enfants âgés de moins de 13 ans".

Plusieurs catégories (enfants de moins de cinq ans, de six à huit ans, de neuf à onze ans) sont en effet proposées, avec une rubrique précisant ce que sont les achats intégrés et un guide d'utilisation d'iTunes à l'usage des parents.

Contrôle des achats

Mais surtout, Apple a mis l'accent sur une fonctionnalité qui arrivera avec iOS 8. La prochaine évolution majeure de son système d'exploitation mobile va en effet intégrer l'option "Partage familial". Celle-ci propose en particulier de contrôler les achats, ce qui fera que les "enfants devront demander la permission avant de faire des emplettes sur l'iTunes Store, l'iBooks Store ou l'App Store".

Ainsi, les enfants devront demander la permission à leurs parents via l'application (ou de vive de voix, c'est selon), qui enverra alors une requête à ces derniers. Un message s'affichera alors sur le terminal des parents avec trois options : rejeter, examiner l'application ou approuver. Apple assure que cela donne "aux parents encore davantage de contrôle sur ce que leurs enfants peuvent acheter sur l'App Store".

"Travailler avec l'Union européenne"

Pour Apple, les protections proposées aux parents pour encadrer l'utilisation de ses services par les enfants vont "au-delà des fonctionnalités proposées par d'autres acteurs de l'industrie". Les critiques de la Commission ne sont donc pas fondées. Cependant, la firme américaine est magnanime. Elle est en effet disposée à "travailler avec les États membres [...] pour répondre à leurs préoccupations".

Lire la suite


#2

Continuons à envoyer à Bruxelles le rebut des hommes politiques qui ont prouvé leurs incapacités, et nous continuerons à avoir un parlement européenet une commission d'ânes batée.


#3

Et ça fonctionne même si les parents sont sous Androïd ?


#4

Les prix des achats in-app dans certains jeux sont déments. Il s'agit manifestement de vol. La cible est bien entendu les enfants. Un jeu comme candy crush devrait être simplement interdit aux mineurs dans sa forme actuelle. Donc ça devient simple, il y a une option smartphone de mineur cochée et protégée et l'application n'aparait plus dans l'app store. Et dans l'état actuel, ne jamais mettre son numéro de carte de crédit sans mot de passe sur un téléphone accessible aux enfants.


#5

Ne jamais mettre son numéro de carte de crédit, tout court.


#6

Oui, c’est une solution radicale, mais parfois, si l’on souhaite acheter une app qui vaut le coup à un prix raisonable (Je sais il faut chercher), il faut une carte. Moi perso, j’utilise une mastercard prépayée donc même si il arrivait un accident, quand il n’y a pu d’argent sur la carte, la fête est finie.


#7

Pour Apple, tu as par exemple également les carte iTunes. Tu n'as meme plus à mettre ton code de CB.


#8

C'est la raison même. Mais "activer" un iBidule sans carte de crédit a longtemps été un parcours du combattant. Je m'y suis moi-même repris à trois fois pour trouver le chemin qui mène à la création d'un AppleID sans carte. Pour ensuite détruire l'email et n'avoir plus aucun lien avec Apple. Beaucoup de gens ont suivi la ligne de moindre résistance. Par contre, il devrait être possible de révoquer pour ceux qui le désirent.


#9

Pour Apple, les protections proposées aux parents pour encadrer l’utilisation de ses services par les enfants vont “au-delà des fonctionnalités proposées par d’autres acteurs de l’industrie”. Les critiques de la Commission ne sont donc pas fondées. Cependant, la firme américaine est magnanime. Elle est en effet disposée à “travailler avec les États membres […] pour répondre à leurs préoccupations”.

Pas mal la tournure ironique du paragraphe ^^
Apple n’a pas compris que la comparaison ne se fait pas entre “acteurs de l’industrie” mais entre des textes et leurs pratiques.

Après sur ce coup là, il faut dire ce qui est: on tape sur Apple mais les parents valent pas mieux et surtout: est ce qu’il y a eu des plaintes ou des remontées négatives ou est ce qu’un loulou à la commission s’est levé un jour en disant: “ha tiens aujourdhui je vais pondre ça faire style” ? Car à la limite y a peut être plus urgent si aucune plainte n’a été enregistrée (vous me direz ca permet de faire oublier la commission et son accord foireux avec Google entretemps).

Un parent est quand même responsable de son enfant, dans tous les cas de figure (sécurité, achat, tout), à lui de se mettre au niveau plutôt que de balancer un objet dans les mains de son petit et le laissez se démerder.
Quel parent irait donner sa CB + son code en réel à son enfant ? Pratiquement aucun (j’inclus les parents qui envoient leur enfant retirer au distributeur plus quelques cas isolés spécifiques d’où le “pratiquement”).

Et à la limite, jouer à un jeu “normal” (hors tablette mobile etc) n’est pas dénué d’intérêt non plus (oue je suis old school). Le gros avantage, c’est qu’au moins il y a des interactions humaines si c’est un jeu de société ou alors l’enfant peut jouer seul aussi; ouioui un enfant arrive encore à jouer seul sans mobile tablette etc.
Le gros point noir est qu’évidemment, cela demande un investissement temps que pas mal ne sont pas prêts à donner (ce qui se conçoit aussi chacun a le droit d’avoir qques temps de “repos” dans la journée). Tout est question d’équilibre.


#10

Je me posais la question. Mais le problème n’est pas là, le problème c’est qu’Apple doit disposer de toutes les coordonnées parentales.

Encore un moyen de se faire une belle base de données.


#11

Le simple fait qu'un ordinateur soit lié au compte en banque est une hérésie en soi. Je n'admets déjà pas qu'il soit lié à mon identité, ne parlons pas de CB. Je savais que c'était leur but depuis longtemps mais je ne pensais pas qu'ils y arriveraient si facilement. La main d'Apple dans ma culotte, pardon mon portefeuille, c'est pas vraiment à l'ordre du jour. J'ai viré l'application AppleStore d'OS X avec un plaisir sadique. Les logiciels importants, de toutes façons, sont toujours disponibles par la voie normale. J'ai pas envie d'un supermarché chez moi. Y'a des limites au consumérisme, quand-même merde! (c).


#12

On trouve des cartes iTunes de 25, 50 et 100 € chez Leclerc (Culturel) Darty, Boulanger etc.
Cela limite les risques, sans avoir à fournir un numéro de CB


#13

non impossible, le seul reproche que l’on peut faire a Apple c’est 1 device = user, donc si on veux profiter du profil enfant il faut qu’il ai sont/ses propre idevice à lui (si j’ai bien pigé http://www.apple.com/ios/ios8/)


#14

tout le monde travaille gratuitement c'est vrai, tout est en libre accès...


#15

On peut demander a Siri d’appeler sa femme, il faut faire alors une fiche contact(si cela n’est pas déja fait) et indiquer la relation…
Le business d’Apple n’est pas la vente de vos/nos données (sinon elle serait encore plus riche, oui c’est possible) Google si.


#16

Mais tu es au courant que ton bidule n’est pas sécurisé. Mettre son numéro de carte dans un truc non sécurisé, c’est chercher la merde.
L’avenir qui se profile est que votre bidule serve de carte d’identité, de carte de paiement, de GPS, de système d’informations ‘publicitaires’, avec échange de données courte distance. Comme ça on sait qui tu es, où tu es, avec qui et ce que tu fais.
On trouve déjà beaucoup de personnes qui mettent toute leur vie sur leur bidule et qui voyagent avec leur eBillet, ça évite la paperasse, c’est bien. ça devient beaucoup moins bien subitement quand le bidule tombe et ne fonctionne plus.


#17

Quel parent responsable irait filer un smartphone à un gamin de moins de 12 ans ?
Oups ...


#18

la solution serait de rajouter une catégorie: “gratuit avec options payantes” car il est vrai qu’il devient lourdingue de voir des applis pseudo-gratuites fortement bridées si on raque pas après coup.

faudrait également ajouter la catégorie “gratuit avec pub”


#19

Ou carrément trouver un autre mot qui aura le sens de "gratuit" à la base, car vu le galvaudage, c'est foutu d'avance.


#20

Ce qu’il faut, c’est avant tout interdire l’enregistrement du mdp de paiement et rendre obligatoire l’envoie d’un sms ou email à chaque transaction avec un détail à chaque fin du mois.
Comme ça, il n’y a plus d’excuse du “je ne savais pas” ou “mon enfant a fait ces paiements”…
==> si ton gosse fait des paiements, c’est qu’il connaît le mdp et que donc, tu lui as donné !!

Il faut responsabilisé les gens et arrêter de les tenir par la main tout le temps