Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

France Inter n’a pas vraiment été « piratée » pendant le discours de Macron

Les auditeurs de France Inter dans l'Est parisien ont entendu un tout autre discours que celui du président ce dimanche 24 avril 2022, après les résultats du second tour de l'élection. Des pirates ont (encore) profité de la faiblesse d'émission dans cette zone particulière.

Les principales chaînes télé et antennes radio retransmettaient, ce dimanche 24 avril 2022, la première intervention du président réélu après le résultat du second tourSauf que dans l'Est parisien, c'est un tout autre discours que pouvaient entendre les auditeurs de France Inter. La célèbre station a subi un piratage de ses fréquences pendant près d'une heure par un groupe encore inconnu et sans revendications.

C'est bien la voix d'Emmanuel Macron qui a été utilisée, mais montée de manière à lui faire prononcer une mystérieuse allocution. « Je n’ai aucune envie de faire cinq ans de plus. Je sais que les Françaises et les Français en cette heure attendent un projet conscient, théorisé. Afficher une organisation méthodique pour contrevenir aux lois de la république et créer un ordre parallèle », pouvait-on entendre.

https://twitter.com/margauxcrff/status/1518306933811429380?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1518306933811429380%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.francetvinfo.fr%2Felections%2Fpresidentielle%2Fpresidentielle-2022-l-antenne-de-france-inter-a-nouveau-temporairement-piratee_5101189.html

Le groupe Radio France a réagi auprès de l'AFP, confirmant le piratage de son antenne parisienne. La fréquence avait déjà été détournée lors du premier tour de l'élection présidentielle le 10 avril, quand son réseau FM Paris-Est avait diffusé un discours antisystème à plusieurs reprises. Radio France a précisé à l’AFP être « en lien avec l‘Arcom (ex-CSA) pour vérifier ce qui s’est passé ».

« La diffusion FM c'est simple, c'est celui qui crie le plus fort qui l'emporte »

Bien que le piratage d'une onde radio peut paraître spectaculaire, ce n'est pas la station en elle-même qui a subi une attaque, mais une fréquence radio locale dans l'Est de ParisContacté par Numerama, Alec Archambault, avocat spécialiste dans le droit du numérique, nous explique pourquoi cette zone en particulier est plus vulnérable. 

« Ce territoire d'environ 40 000 résidents est soumis à une couverture radio perturbée depuis la construction des Tours Mercuriales à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis. Les deux buildings font office de parapluie à ondes » nous explique Alec Archambault.

« L'émetteur dans cette zone a une puissance relativement faible, entre 100 et 200 Watt, en comparaison à d'autres régions où il monte à 10Kw (soit 10000w). Il suffit que des petits malins achètent un appareil plus puissant pour prendre possession de la fréquence. Le récepteur se tourne vers leur signal. La diffusion FM c'est simple, c'est de l'analogique : c'est celui qui crie le plus fort qui l'emporte. »

https://twitter.com/AlexArchambault/status/1518533324490350592?s=20&t=qk6uO1ypIyDGRencKICnTA

« Sur votre émetteur, vous rentrez la fréquence que vous voulez tant que vous avez la puissance suffisante. En revanche, c'est interdit par loi d'utiliser des bandes FM sans licence », ajoute le juriste. En France, c'est l'Arcom qui se charge de les attribuer et donc, en conséquence, il est illégal de brouiller une fréquence déjà utilisée.