Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Plan cybersécurité : à quoi va servir le milliard d'euros que le gouvernement prévoit d'investir

C'est un hasard de calendrier fortuit. Alors que les cyberattaques contre les hôpitaux de Dax et de Villefrance-sur-Saône font grand bruit, le président Emmanuel Macron devrait détailler, ce jeudi 18 février, la nouvelle stratégie française pour développer le secteur de la cybersécurité.

Les grandes lignes du plan ont déjà été communiquées à la presse. En tout, c'est 1 milliard d'euros d'investissements qui va être dirigé vers le secteur dans les 5 années à venir, dont la moitié depuis les caisses de l'État, d'après La Tribune.

Deux objectifs : relever le niveau de sécurité dans le public (hôpitaux, collectivités) et dans le privé ; et développer la filière de la cybersécurité pour créer une alternative française aux outils majoritairement américains.

La stratégie « startup nation » déclinée pour la cybersécurité

Le gouvernement a de grandes ambitions pour la cybersécurité française : il souhaite doubler les effectifs de la filière d'ici 2025 (de 37 000 emplois à près de 80 000 emplois), ainsi que tripler le chiffre d'affaires du secteur pour atteindre 25 milliards d'euros.

Pour y parvenir, il compte répéter une stratégie qu'il a déjà appliquée au développement des startups françaises :

176 millions pour renforcer la résilience de l'administration

Au micro de France Info, le président de la Fédération hospitalière française (FHF) Frédéric Valletoux demandait le 16 février une aide renforcée aux pouvoirs publics : « Les hôpitaux doivent faire partie des cibles protégées au premier niveau, c'est une demande que l'on fait déjà depuis un moment au gouvernement. Ils doivent nécessiter de protections supplémentaires et d'un accompagnement supplémentaire» Le gouvernement lui apporte une réponse dans son plan : 176 millions d'euros sur 5 ans vont soutenir les besoins du secteur public, notamment les hôpitaux et les collectivités.

C'est l'Anssi (agence nationale de sécurité des systèmes d'information) qui sera chargée d'encore mieux protéger et former les administrations, c’est pourquoi elle va recevoir 136 millions d'euros sur les 176 millions de l’enveloppe. L'agence est en première ligne lors des incidents cyber critiques, en tant que Cert (« Computer Emergency Response Team » ou « équipe de réponse aux incidents ») français. Elle est notamment convoquée au chevet des organisations frappées par les terribles rançongiciels.

Cet investissement devrait lui permettre de :

Comme le souligne la Tribune, les administrations vont aussi profiter de financements débloqués pour la transition numérique de l'État. Ces mises à jour nécessaires des outils, ajoutées aux nouvelles formations, devraient aussi participer au renforcement de la résilience des organismes publics.