Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Des hackers russes créent de faux profils LinkedIn pour dérober des informations

La cellule cyberdéfense de Microsoft a détecté une campagne de cyberespionnage lancée par des pirates informatiques russes, reliés au Kremlin. Ces derniers se sont servis du réseau social professionnel LinkedIn ainsi que d'adresses mail usurpées pour tromper les victimes.

C'est une technique de pirates presque ordinaire. Un groupe de malfaiteurs originaire de Russie a mené une campagne de cyberespionnage en créant de faux profils LinkedIn, afin de rentrer en contact avec sa cible. L'opération a été repérée et détaillée dans un rapport du centre de renseignement des menaces de Microsoft, publié ce 15 août 2022.

Seaborgium, un groupe de hackers également connu sous le nom ColdRiver, est suspecté d'agir pour le compte du KremlinIls visent principalement des organisations et des dirigeants dans les pays membres de l'OTAN pour leur dérober des infos confidentielles. Cette fois, les pirates russes ont créé une myriade de faux profils sur les réseaux sociaux ainsi que les adresses mail pour discuter avec leurs cibles. Ces dernières sont issues « du monde du renseignement, de la défense ainsi que des organisations non gouvernementales (ONG) et intergouvernementales » indique Microsoft.

Des informations collectées à l'insu des victimes

À l'aide de ces profils, les malfaiteurs entament une conversation et gagnent la confiance des victimes jusqu'à leur envoyer une pièce jointeCette dernière est généralement un rapport d'analyse prétexte et nécessite de rentrer des identifiants de connexion d'adresse mail pour y accéder. Microsoft indique que les attaquants sont parvenus à usurper l'identité d'employés d'une entreprise pour faire parvenir ces messages en interne dans le groupe. 

Un faux compte créé par un hacker et repéré par Microsoft. // Source : Microsoft
Un mail avec une pièce jointe piégée mettant en avant un nouveau rapport sur la situation en Ukraine. // Source : Microsoft

Seaborgium utiliserait EvilGinx, un outil informatique qui sert de proxy, interceptant les informations entre la victime et le serveur du site. Ainsi, les malfaiteurs ont reçu les données de double authentification et ont pu contourner cette barrière de sécurité. 

Le géant de la tech a partagé et bloqué soixante-neuf noms domaines associés à la campagne d'hameçonnage. La même méthode avait été utilisée pour piéger des politiques britanniques, les mails avaient ensuite été publiés sur un site complotiste créé spécialement par le groupe de hackers russes. 

Les faux-profils LinkedIn sont également une technique des hackers nord-coréens, donc attention à qui vous contacte sur ce réseau.