Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le patron de Disney+ quitte le navire en pleine crise mondiale

L'Américain Kevin Mayer vient d'être promu CEO de TikTok, l'application vidéo la plus en vogue du moment. Il laisse Disney à la pire période de son histoire.

Kevin Mayer était le visage de Disney+ ; il vient de filer chez TikTok pour devenir le CEO d'une des entreprises les plus en vogue du moment, a-t-on appris dans un communiqué repris par des médias américains le 18 mai 2020.

TikTok est une app vidéo qui appartient au groupe chinois ByteDance : elle a été téléchargée plus de 2 milliards de fois à la date du 30 avril. Ses jeunes utilisateurs y partagent des vidéos humoristique, de danse, de chant ou des scènes de la vie de tous les jours.

« J'étais heureux chez Disney, mais l'ampleur de l'opportunité qu'on me donnait était telle qu'il était impossible de refuser », a commenté Kevin Mayer au New York Times. L'homme d'affaires de 58 ans, qui était le principal représentant de Disney+, devient ainsi le patron d'une des entreprises à la plus grosse croissance de ces dernières années, mais laisse derrière lui le groupe Walt Disney, empêtré dans une crise sans précédent.

Disney+ est en forme, Disney, beaucoup moins

Début mai 2020, la multinationale vantait les chiffres de Disney+, sa plateforme qui, forte de ses 54 millions d'abonnés, a réussi à investir le marché de la vidéo à la demande par abonnement (SVOD) avec succès — bien qu'il reste des inconnues sur sa capacité à garder des clients sur le long terme. Cependant, cette bonne nouvelle n'a pas réussi à éclipser les grosses pertes subies par Disney à cause de la pandémie de coronavirus, qui a contraint la moitié de la population mondiale au confinement au printemps 2020.

L'entreprise a donc connu des pertes sur le dernier trimestre estimées à 1,4 milliard de dollars, notamment à cause de la fermeture contrainte de ses parcs d'attraction, ainsi que la fermeture de nombreux magasins, qui a fait baisser les potentielles recettes en produits dérivés.

C'est Rebecca Campbell, membre du conseil d'administration de Disney et déjà en charge des offres de streaming de Disney (Hulu, ESPN et Disney+), qui va prendre la relève de Kevin Mayer pour gérer l'expansion de Disney+. La plateforme doit être lancée au Japon en juin, puis au Portugal, Luxembourg et en Belgique en septembre 2020, ce qui devrait continuer de lui assurer une forte croissance d'abonnés payants sur le reste de l'année. Mais avec son peu de renouvellement de catalogue et son obligation de production de contenus « familiaux » pour coller à sa ligne éditoriale stricte, Disney+ marche sur des œufs, alors que des concurrents comme Netflix et Amazon Prime Video multiplient les créations de films et séries originaux pour s'assurer de garder leurs abonnés.

Le 25 février dernier, Bob Iger, le PDG historique de Disney avait annoncé sa démission surprise : beaucoup pensaient alors que Kevin Mayer, en charge des opérations numériques, serait le choix le plus moderne et pertinent pour le futur de l'entreprise. C'est finalement Bob Chapek, en charge des parcs, qui a été nommé. À cause de la pandémie de coronavirus, Bob Iger a pourtant été forcé de rester au premier plan pour tenter de sauver son groupe.