Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Jusqu'à leur séparation, Orange va encore baisser les débits fournis à Free Mobile

Partenaires sur la 2G et la 3G depuis 2011, Orange et Free Mobile vont se séparer en 2020. Il est temps que le quatrième opérateur vole de ses propres ailes.

Le partenariat entre Orange et Free Mobile sur l'itinérance des données en 2G et en 3G entre dans sa dernière ligne droite. En effet, c'est en 2020 que s'éteindra l'accord qui a été signé en 2011 entre les deux entreprises. Dès le 1er janvier, une réduction de débits aura lieu sur le réseau d'Orange pour les mobinautes de Free dont les communications passent par les infrastructures de l'opérateur historique.

Mise en place par l'opérateur historique sous l'égide du régulateur des télécoms, cette assistance technique a permis au quatrième entrant de pouvoir proposer d'emblée un service national en 2G et en 3G, le temps qu'il construise son propre réseau pour pouvoir acheminer lui-même les communications de sa clientèle. La 4G, en revanche, n'est pas concernée par ce deal.

Si Orange a été un partenaire constant de Free Mobile sur l'itinérance nationale en 2G et en 3G, le groupe n'a pas fait cela pour la beauté du geste. Comme le rappelait Le Monde en 2016, il y avait un volet financier très intéressant pour l'opérateur historique. À l'époque, le deal lui rapportait entre 500 et 700 millions d'euros. En outre, il fallait de toute façon qu'un opérateur accompagne Free les premières années.

Chute des débits à prévoir

Aujourd'hui, Free Mobile est globalement capable de voler de ses propres ailes. Selon les données de l'autorité des télécoms, le groupe couvre 93 % de la population et 73 % du territoire en 4G, en date de juin 2019. Et de façon générale, le groupe s'est « fortement » amélioré, même s'il reste « sensiblement en retrait » par rapport à ses concurrents. Il faut dire qu'il est arrivé plus tard sur le marché.

Afin d'organiser la séparation des deux partenaires, une transition progressive est en cours depuis 2017. Ainsi, chaque nouvelle année, les débits fournis par Orange chutent, jusqu'à extinction. C'était encore le cas en janvier 2019 et cela le sera de nouveau en janvier 2020. Et cette fois, les débits plafonneront à 384 kb/s en téléchargement et en envoi. Il s'agit du débit maximum théorique pour la 2G/Edge.

En conséquence, les clients de Free Mobile qui basculeront sur le réseau d'Orange au-delà du 31 décembre n'auront plus qu'une connexion réduite. En pratique, cela veut dire que ces mobinautes ne pourront avoir accès qu'à la téléphonie là où Free n'a aucune infrastructure. En décembre, Free déclarait 14 205 sites 4G en service. Nombre qui progressera encore en 2020. Et au 31 décembre, la séparation sera complète entre Orange et Free Mobile.