Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Salto : les émissions phares comme « Cash Investigation » seront absentes de la plateforme française

Takis Candilis, le nouveau directeur général de France Télévisions, a confirmé le 26 août 2019 qu'il n'y aurait pas beaucoup d'exclusivités sur Salto, la future plateforme de SVOD voulue par son groupe, TF1 et M6. Certains programmes « magazines » du service public, comme Cash Investigation, n'y seront pas.

Plus le temps avance, plus on se demande quelle sera l'offre de Salto, la future plateforme française de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) qui émanera de l'association entre France Télévisions, TF1 et M6.

Interrogé au sujet du service français qui a vocation à être lancé au premier trimestre de 2020, Takis Candilis, le nouveau directeur général de France Télévisions, a confirmé que Salto n'aurait pas la primauté sur les contenus de qualité de son groupe.

Il a notamment cité l'une des émissions à haute valeur ajoutée du service public, Cash Investigation : « Aujourd'hui Cash Investigation est une marque de la télévision linéaire, et nous souhaitons qu'elle soit la mieux exposée sur la télévision linéaire », a-t-il affirmé dans l'émission l'Instant M de France Inter le 26 août 2019. « Il y a une télévision de rendez-vous et une télévision de contenus. Le numérique, c'est plutôt une télévision de contenus, et la télévision de rendez-vous restera la télévision linéaire.» À noter que de nombreux épisodes de l'émission Cash Investigation sont disponibles gratuitement sur la chaîne YouTube officielle du programme.

Pas de magazines d'enquête, pas de flux

D'après les explications du DG de France Télévisions, la plateforme Salto ressemblera plus à un catalogue de vieux contenus : « Ce n'est pas la même chose qui est sur une plateforme numérique : les magazines ne seront pas sur les plateformes numériques, le flux ne sera pas... » a-t-il également prononcé avant de s'arrêter dans sa phrase. Au moment de sa création en 2018, il semblait pourtant que Salto était présenté à la fois comme un service de replay, de diffusion de flux de programmes des trois groupes français ainsi que de contenus exclusifs. Que reste-t-il ?

Aujourd'hui, les mots de Takis Candilis n'augurent rien de rassurant. Il confirme d'ailleurs que les nouveaux épisodes de séries phares du groupe France Télévisions, comme Plus Belle la Vie, ne seront pas directement basculés sur Salto après leur diffusion sur France 3 : « Il y aura Plus Belle la Vie [sur Salto], mais probablement pas les prochains numéros de Plus Belle la Vie, qui, eux, pendant le temps de rattrapage, resteront en gratuit sur France.tv »

L'autorité de la concurrence française a récemment validé la création de Salto après des mois d'attente d'un retour de l'autorité européenne, et après l'aval du CSA. Mais cet accord n'est pas venu sans contraintes : France Télévisions, TF1 et M6 ont dû faire de nombreux compromis, dont l'obligation de se restreindre sur les exclusivités (un comble, lorsque l'on sait que les contenus sont diffusés gratuitement à la télévision linéaire), et de ne pas pouvoir faire de la publicité gratuite pour le service de SVOD sur leurs propres chaînes.

« Je ne vois pas pourquoi on n'irait pas revoir, ou voir, des programmes sur un site français et payant, alors qu'on paie pour des programmes américains par abonnement », a jugé Takis Candilis, qui en a profité pour glisser un petit taquet aux séries produites par Netflix en France depuis son arrivée en 2014 : « Il y a une force qu'aucune plateforme américaine ou même chinoise ne peut avoir, c'est le lien avec le local (...) Si vous regardez Netflix, les quelques tentatives de programmes français qu'ils ont faites sont assez désastreuses.»

En soi, Salto pourrait très bien se contenter d'être une plateforme de contenus froids, voire anciens, qui permettrait aux Français qui le souhaitent de rattraper de vieilles séries (Navarro ? Julie Lescaut ?) qui ne sont plus disponibles en replay, sans avoir à les acheter en DVD. Il y aurait d'ailleurs sûrement un public pour cette offre, en fonction du montant de l'abonnement (toujours non divulgué à ce jour). Mais il faudrait alors cesser de le présenter comme une « alternative » crédible aux offres de SVOD américaines qui envahissent le marché français — compter 5 millions d'abonnés Netflix —, mais plutôt une manière de sauver les meubles, en tirant une croix sur la jeunesse, qui profitera soit des replays gratuits (comme pour le succès de la série Skam France), soit des nouveautés étrangères payantes.

https://www.numerama.com/pop-culture/540067-salto-a-officiellement-le-droit-dexister-mais-l-alternative-francaise-a-netflix-aura-les-poings-lies.html