Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Fibre 10G : Free reformule son offre Freebox Delta à la formulation trompeuse

Free apporte quelques retouches à sa communication sur la Freebox Delta. Alors que l'opérateur évoquait de la « Fibre 10G », il est maintenant question de « Fibre 10G EPON ».

Free a-t-il quelque peu survendu les capacités des Freebox Delta et Freebox Delta S sur la fibre optique, lors de sa présentation en décembre 2018 ? En tout cas, l'opérateur a manifestement jugé utile de procéder à certaines reformulations dans sa communication commerciale. Finie la mention « Fibre 10G » qui était jusqu'à présent mise en avant : désormais, il faut parler de « Fibre 10G EPON ». Et ça n'est pas anodin.

La précédente rédaction était piégeuse : elle pouvait laisser entendre auprès de personnes peu averties que les internautes accédant à Internet avec la Freebox Delta bénéficiaient d'un débit en fibre optique de pointe : 10 Gbit/s -- ce qui est dix fois plus élevé que le débit maximum qui est généralement proposé (1 Gbit/s) par les opérateurs délivrant du très haut débit.

La mention 10 G devient 10G-EPON

Avec l'ajout de ces quatre lettres, ce qu'a remarqué Cable Review le 16 août 2019, le doute n'est plus permis : la formulation fait bien référence à un standard spécifique (10G-EPON). EPON est l'acronyme d'Ethernet Passive Optical Network, soit Réseau Optique Passif Ethernet. Si celui-ci prévoit bien un débit symétrique (sens ascendant et descendant) ou asymétrique (juste descendant) à 10 Gbit/s, tout le monde n'y a pas accès.

Comme le relevait 01 Net début 2018, Free déploie des équipements 10G-EPON dans les nœuds de raccordement optique (un local depuis lequel part la fibre optique vers une ville, une agglomération ou un quartier) de ses zones dites AMII (appel à manifestation d’intérêt d’investissement), c’est-à-dire les zones denses et moyennement denses qui intéressent les opérateurs.

Gare aux abus de la com'

Cette clarification devrait offrir une parade judiciaire à Free, au cas où certains de ses clients jugeraient que le marketing de l'entreprise était trompeur -- après tout, l'opérateur a déjà été condamné par le passé sur ce fondement : à l'époque, cela concernait l'usage du terme « illimité » avec des offres qui, en réalité, étaient limitées. Ainsi, Free pourra toujours dire qu'il ne s'agit-là que de la prise en compte d'un standard.

Avant ce changement rédactionnel, Free signalait déjà que la mention « 10 G » n'avait rien à voir avec le débit descendant théorique en fibre optique. C'est toujours le cas aujourd'hui. En petits caractères, il est précisé que les clients de la Freebox Delta et de la Freebox Delta S atteignent dans le meilleur des cas, 8 Gbit/s et non pas 10 Gbit/s avec la technologie 10G-EPON.