Une nouvelle hausse des taxes à l'importation de produits tech va être appliquée à la rentrée.

Apple, à l’instar d’autres constructeurs, sait à quoi s’en tenir. À partir du 1er septembre, la firme de Cupertino va subir une nouvelle hausse de 10 % des taxes à l’importation en provenance de Chine. Si le gouvernement américain a retardé cette mesure à décembre pour certains produits (comme les téléphones, les ordinateurs et les consoles de jeux vidéo), d’autres n’y échapperont pas à la rentrée.

Sont notamment concernés : les montres connectées, les écouteurs/casques sans fil ou encore les enceintes intelligentes. Pour Apple, lire : l’Apple Watch, les AirPods et le HomePod. Dans un premier temps, nul ne sait si cette augmentation sera absorbée dans la marge ou répercutée sur les prix appliqués aux États-Unis.

HomePod // Source : Apple

Vers une augmentation du prix des produits Apple ?

En septembre 2018, Apple tirait la sonnette d’alarme face aux directives voulues par l’administration Trump. À l’époque, la multinationale expliquait que ces nouvelles taxes inhiberont «  la croissance et la compétitivité » aux États-Unis et pourraient avoir un impact sur les prix proposés aux consommateurs américains. Il apparaît en effet difficile d’imaginer Apple rogner éternellement sur ses marges pour contrer cette augmentation des coûts.

La décision de revoir le prix de l’Apple Watch, des AirPods et du HomePod à la hausse reste néanmoins périlleuse. Dans le dernier bilan financier d’Apple, la division qui les concerne affiche une forme olympique (5,25 milliards de dollars de chiffre d’affaires contre 3,7 milliards à la même époque en 2018). Des tarifs augmentés pourraient avoir un impact sur la croissance de produits amenés à compenser des ventes d’iPhone de moins en moins importantes. La solution idéale, très compliquée à mettre en place à court terme, serait d’assembler ses produits ailleurs qu’en Chine.

Ces derniers mois, Apple a déjà essuyé une hausse des taxes sur certains de ses produits — notamment ses chargeurs. Pour l’heure, il ne les vend toujours pas plus cher chez l’Oncle Sam (ni ailleurs).

Partager sur les réseaux sociaux