Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'enseigne GameStop ne trouve pas de repreneur et coule en bourse

La direction de GameStop ne cherche plus à vendre son enseigne et s'effondre en bourse.

Le distributeur de jeux vidéo GameStop doit faire face à de nombreux problèmes. Dans le communiqué de presse du 29 janvier, les dirigeants indiquent avoir échoué à trouver un repreneur. Ils précisent d'ailleurs avoir « achevé les efforts visant une vente ». Alors que l'enseigne est toujours sous le coup d'une dette de 816 millions de dollars, l'information n'a pas tardé à faire son effet sur le groupe coté en bourse. Juste après la diffusion du communiqué de presse, le titre GameStop a perdu 27% de sa valeur.

Pour endiguer ses problèmes, la compagnie avait déjà du vendre sa division Spring Mobile le 16 janvier dernier pour 735 millions de dollars. Cependant, aucun véritable plan ne semble avoir pris forme concernant cette rentrée d'argent. La direction affirme « continuer à évaluer l'usage optimal de ces actifs, qui pourraient être utilisés pour réduire la dette, racheter des actions, réinvestir dans le jeu vidéo et les produits dérivés, ou une combinaison de ces options ». Autant dire que l'entreprise ne prend pas un chemin très clair.

GameStop toujours à la recherche d'un dirigeant

Les ennuis ne s'arrêtent pas là pour GameStop, puisque la direction ne parvient toujours pas à trouver de directeur général. Le siège est libre depuis mars 2018 et personne ne semble vouloir reprendre le flambeau, ce qui n'est pas si étonnant vu les difficultés du groupe à maintenir sa tête hors de l'eau.

Les difficultés du distributeur américain vont peut-être avoir un impact du côté de l'Hexagone, puisque GameStop possède la société Micromania-Zing depuis 2008. Spécialisée dans la vente de jeux vidéo et de produits dérivés, la firme pourrait bien voir les déboires de son actionnaire principal lui retomber dessus si la situation ne s’améliore pas d'ici peu.