Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Avant de rejoindre le lobby du cinéma, Netflix avait quitté discrètement celui de la tech

Avant de rejoindre l’association des studios hollywoodiens, Netflix a discrètement quitté le lobby de la tech.

Il y a ce que Netflix rejoint, mais il y a aussi ce que Netflix quitte. Or, toutes ces allées et venues, qui passent parfois inaperçues, racontent aussi une certaine évolution du géant de la vidéo à la demande par abonnement (SVOD).

Le 22 janvier, on découvrait le ralliement de la plateforme à la puissante MPAA, une association dont la raison d'être est la défense des intérêts des principaux studios hollywoodiens. Elle compte six autres membres : 20th Century Fox, Paramount, Sony Pictures, Universal, Walt Disney, et Warner Bros. Entertainment.

Départ du lobby de la tech

Mais dans le même temps, a repéré le site Électron Libre, le service a dit adieu à la CCIA (Computer & Communications Industry Association), une association qui a pour rôle de représenter les grands noms des technologies de l'information et de la communication. Ce départ « a eu lieu quelques semaines » avant l'adhésion à la MPAA, indique notre consœur Isabelle Szczepanski.

Les rangs de la CCIA sont notamment composés d'Amazon, eBay, Facebook, Google, Intel, Mozilla, Nvidia, Pinterest, Samsung et Uber. Parmi ses prises de position figure la mise en place d'un système de propriété intellectuelle « qui encourage des dispositions équilibrées en matière de droit d'auteur ».

Ce n'est pas forcément la direction que la MPAA entend emprunter : son crédo, c'est plutôt de « faire respecter les lois américaines existantes sur le droit d'auteur et résister aux efforts de ceux qui cherchent à éroder le droit d'auteur au détriment de l'économie créative », de soutenir des actions au niveau international et de « soutenir un cadre solide en matière de droit d'auteur ».

Cette trajectoire n'est somme toute pas surprenante au regard de ce que fait Netflix : la société ne se contente pas d'acheter sur catalogue des œuvres pour remplir son service de SVOD. Elle en produit aussi massivement et agit de fait comme un véritable studio. À tel point qu'aujourd'hui, son travail est salué par la profession avec des nominations dans de prestigieux festivals et concours.